• Le concours Science Factor vise à faire émerger des idées et projets d’innovation citoyens, avec une participation égale de filles et de garçons, en prenant appui sur les réseaux sociaux. Science Factor propose aux jeunes de la sixième à la terminale de construire en équipe (de 2 à 4 participants, pilotés par une fille), un projet scientifique ou technique innovant, une invention ayant un impact positif clairement démontré au niveau sociétal, économique ou environnemental.

    Concours organisé par Global Contact en partenariat avec le Ministère de l’Éducation Nationale, le Ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation et le Secrétariat Général pour la Modernisation de l’Action Publique.

    Objectif : stimuler l’intérêt des jeunes, et plus particulièrement des filles, pour les métiers scientifiques et techniques.

    L'édition 2017-2018 est ouverte du 11 septembre au 31 décembre 2017.

     Le calendrier de cette 6e édition du concours :
          - Septembre au 31 décembre 2017 : dépôt des projets des équipes participantes
          - Du 8 décembre 2017 au 8 janvier 2018 : votes pour les projets sur Internet et Facebook
          - Janvier 2018 : notation par le jury des projets retenus à l’issue des votes et annonce des finalistes
          - Février 2018 : coaching des finalistes pour l’oral du concours
          - 15 Mars 2018 : oraux de finale et journée nationale de rencontres
          - 15 Mai 2018 : remise des Prix et journée nationale de rencontres

    Qui peut participer ?

    Le concours s'adresse aux élèves francophones de la sixième à la terminale (ou niveaux équivalents pour les élèves scolarisés en filière professionnelle ou à l’étranger). Les équipes candidates, constituées de 2 à 4 jeunes, sont obligatoirement pilotées par une fille et peuvent être épaulées par des étudiants, enseignants ou professionnels issus de filières scientifiques et techniques.


    Que doit-on présenter et comment se déroule le concours ?

    Les équipes doivent présenter une innovation scientifique ou technique dont le caractère novateur, ainsi que l’impact sociétal, économique ou environnemental devront être clairement démontrés lors du dépôt du projet. Pour participer au concours, les équipes doivent réaliser une vidéo illustrant leur projet et remplir le formulaire de participation en ligne.

    Nous recommandons fortement aux équipes de réaliser une maquette (physique, virtuelle) ou un prototype de leur projet afin de permettre aux internautes et au jury de mieux se projeter dedans.

    Les équipes présentent ensuite leur projet sur Internet et les réseaux sociaux, et les soumettent aux votes des internautes. Ces votes établissent un classement à l’issue duquel les 5 meilleurs projets de chaque catégorie sont soumis au jury de Science Factor, qui sélectionnera 3 équipes finalistes pour chaque Prix. En 2016-2017, les projets Science Factor ont récolté plus de 15 000 votes ! Les équipes finalistes présentent alors leur projet à l’oral devant le jury, et une équipe lauréate est désignée par Prix.

    Que gagne-t-on ?

    Cette année, quatre prix sont attribués : un pour les collégiens, un pour les lycéens, le Prix ENGIE Science Factor qui récompense l’équipe de collégiens ou de lycéens pour la solution la plus économe en énergie ou la plus optimisée en production d’énergie et le Prix Orange Science Factor qui récompensera l’équipe ayant présenté la solution numérique (matériel, logiciel ou application, réseaux) dont l’utilité à la société civile sera la plus significative et la mieux démontrée.

    https://sciencefactor.fr/#1

    facebook.com/sciencefactor  

     

     


  • Pour aider les élèves de première et de terminale à découvrir les études de certaines filières de l'enseignement supérieur français, France Université Numérique a créé 7 MOOC (cours en ligne gratuit et massif) pour aider les lycéens dans leurs choix d'orientation.



    Ces cours gratuits sont diffusés sur la plate-forme FUN qui est l'organe de diffusion public des MOOC des établissements d'enseignement supérieur français
    (universités et grandes écoles)

    Une formation en ligne ouverte à tous (FLOT), aussi appelée cours en ligne ouvert et massif (CLOM), ou MOOC (massive open online course en anglais), est un type ouvert de formation à distance capable d'accueillir un grand nombre de participants.

    FUN propose 7 MOOC pour aider les lycéens à entrer dans l'enseignement supérieur

    www.fun-mooc.fr

    La plateforme publique FUN-MOOC diffuse depuis septembre 2017, des MOOC d’aide à l’orientation et à la préparation à l'entrée dans l'enseignement supérieur. Ces cours en ligne, gratuits et collaboratifs, créés par six universités et une grande école, ont pour objectif d'aider les élèves et leurs familles à imaginer un parcours d’étude à l'université, à s'inscrire en IUT ou à préparer des études en sciences. La présentation des cursus vaut pour l'ensemble des enseignements dans cette discipline quelque soit l'établissement.
    Avec ces MOOC gratuits, les établissements d’enseignements supérieurs souhaitent toucher un très large public et favoriser la démocratisation de la démarche d’orientation.

     

    Brochure : 7 MOOC pour entrer dans l'enseignement sup'

    Télécharger « MOOC_orientation_2018_v4.pdf »

    Brochure : un MOOC c'est quoi ?

    Télécharger « Un MOOC c'est quoi.pdf »

     

    EXEMPLE :

    Introduction à la psychologie à l'Université

    https://www.fun-mooc.fr/courses/course-v1:UT2J+59001+session03/about

    À propos du cours

    L’objectif de ce cours est de présenter ce qu’est la psychologie, ce que sont ses principaux secteurs, et les différents débouchés possibles.
    De nombreux étudiants s’inscrivent en licence de psychologie en ayant une idée vague, restreinte, voire erronée de ce qu’est la psychologie à l’université : quels contenus enseignés ? Est-il vrai qu’il y a des maths ? Quels métiers à l’issue de la formation ? Ils peuvent parfois être étonnés de découvrir, dès les premiers cours, que cela ne correspond pas vraiment à ce qu’ils avaient imaginé.

    Notre objectif principal est donc de présenter dans les grandes lignes, ce que sont la psychologie et le métier de psychologue ainsi que d’autres débouchés possibles. Ce cours peut donc être vu comme une introduction générale à la psychologie, un panorama non exhaustif des objets, méthodes et champs d’application. Il a pour visée une meilleure diffusion de l’information auprès du grand public, une meilleure orientation des étudiants dans cette filière, et, à terme, une meilleure réussite.

    • Fin d'inscription

    10 fév 2018

    • Début du Cours

    08 jan 2018

    • Fin du cours

    11 fév 2018

    À qui s'adresse ce MOOC ?

    Ce MOOC s’adresse au grand public sans aucun pré-requis. Il est conçu prioritairement pour les personnes qui souhaitent s’orienter vers un cursus de psychologie à l'université (lycéens et reprises d’études) mais s’adresse également à toute personne qui s’intéresse à cette discipline et à cette profession.

    Format et organisation du cours

    Le cours est ouvert sur une durée totale de 5 semaines nécessitant, chacune, une implication d’environ 2 heures par apprenant. Chaque semaine, des vidéos sont mises à disposition des apprenants, suivies de questions permettant de faire le point sur ce qu’il est important de retenir.

    Des activités complémentaires sont également proposées suite à certains contenus.

    La première semaine est une introduction générale, positionnant la psychologie, le métier de psychologue, ainsi que les différentes méthodes utilisées. Ensuite, au sein de chacune des autres semaines, deux perspectives complémentaires sont développées :

    • la première renvoie à la présentation de différents secteurs de la psychologie et des métiers associés (développement, cognitive, sociale, patho-clinique, …),

    • la seconde renvoie à des focus plus précis sur des études ou thématiques spécifiques (le stress, l’interprétation des visages, les faux souvenirs, les jeux vidéos ou en ligne, etc.).

    Des forums seront également mis en place pour répondre aux questions des apprenants.
    Plusieurs niveaux d’engagement sont possibles allant du simple visionnage de toutes ou d’une partie des vidéos jusqu’à la réalisation de tous les quizz et toutes les activités complémentaires proposées.

     

     

     


  • Dans les domaines du paramédical et du social,
    les formations sont accessibles sur concours. 
    Il faut contacter les écoles dès le mois d'octobre de l'année de terminale
    car les inscriptions sont souvent closes en février.

     

    Inscriptions aux CONCOURS : Les métiers du paramédical et social

    Inscriptions aux CONCOURS : Les métiers du paramédical et social

    Inscriptions aux CONCOURS : Les métiers du paramédical et social

    Inscriptions aux CONCOURS : Les métiers du paramédical et social

    Les écoles paramédicales préparent en 1 à 3 ans aux   DE obligatoires pour exercer les métiers d’infirmier, d’audioprothésiste, d’ergothérapeute, de manipulateurs en électroradiologie médicale...

    Accessibles le plus souvent sur concours (inscriptions payantes), la plupart des cursus paramédicaux sont sanctionnés par un DE (diplôme d’Etat) ou un CC (certificat de capacité), obligatoires pour exercer.

    Les  DE sans le bac se préparent en écoles spécialisées, souvent rattachées à des centres hospitaliers. Ces formations sont courtes (18 semaines à 1 an).

    Pour les formations post-bac, cap en général sur 3 à 5 ans d’études en écoles/instituts. Exceptions : les certificats d’orthophoniste et d’orthoptiste se préparent à l’université. Le DE de puériculture s’acquiert en 1 an après un DE d’infirmier ou de sage-femme.

    Sans le Bac :

    Les écoles sociales mènent en 3 ans aux DE souvent exigés pour exercer comme assistant de service social, éducateur spécialisé, éducateur technique spécialisé ou encore  éducateur de jeunes enfants.

    Selon le DE et son niveau, les études peuvent durer 1 an (comme le DE spécialité accompagnement de la vie à domicile), 2 ans (comme le DEME, de niveau bac) ou 3 ans (comme le DEEJE, de niveau bac + 2).

    Le coût de la formation peut être très élevé : de quelques centaines d'euros à 3000 euros par ans, selon les écoles et les diplômes. Mais les élèves bénéficient le plus souvent de dispositifs d'aide au financement (bourse du conseil régional, par exemple). L'apprentissage est aussi possible.

    A savoir. Pour le  DEASS Diplôme d'Etat d'assistant de service social et le DEES Diplôme d'Etat d'éducateur spécialisé, une tactique consiste à passer par le DUT carrières sociales de même option (AS et ES) pour tenter l'entrée en 3e année (procédure de sélection propre à chaque établissement). L'avantage : appréhender les différents aspects du travail social et acquérir une première expérience.

    Sans le bac :

    Les autres formations du social :

    Deux BTS (brevets de technicien supérieur), économie sociale et familiale et services et prestations des secteurs sanitaire et social, et un DUT (diplôme universitaire de technologie), carrières sociales, donnent accès aux métiers du secteur, ainsi que quelques licences pro et masters. Ces diplômes, plus axés sur la théorie, permettent de mûrir son projet et de se spécialiser pas à pas.

    Côté animation, des diplômes, tel le BPJEPS (brevet professionnel de la jeunesse, de l'éducation populaire et du sport), ou d'autres, de niveau bac + 2 ou + 3, sont souvent accessibles sans diplôme scolaire, car les critères de sélection portent davantage sur l'expérience en animation.

    Par ailleurs, les formations de conseiller pénitentiaire d'insertion et de probation et d'éducateur de la PJJ sont accessibles par des concours particuliers, relevant du ministère de la justice.

     

    Des bourses d’études ou des aides du conseil régional, par exemple existent. Le Conseil Régional des Hauts de France  attribue des bourses d’études sanitaire et sociale. http://www.apradis.eu/index.php/item/319-bourses-saso

    Rentrée 2017/2018 : ouverture de la plateforme régionale des bourses d'études sanitaires et sociales entre le 15 et 30 juillet 2017 jusqu’au 30 octobre 2017

     

    Le guide des formations sociales et paramédicales dans l'académie d'Amiens recense toutes les informations pratiques concernant les concours : conditions de diplôme, calendrier des concours, lieux de formation, frais d’inscription et de scolarité, etc.

    Guide formations sociales et paramédicales (académie Amiens 2017)

     

    Les diplômes ouverts à la VAE  : vae.asp-public.fr

    La VAE Sanitaire et Sociale

    Les diplômes du secteur sanitaire et social sont délivrés par les ministères chargés de la santé et des affaires sociales ; l'information pratique des candidats et la gestion des candidatures sont assurées par l'ASP pour le compte des Directions Régionales de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale (DRJSCS anciennement DRASS). Celles-ci continuent de décider de la recevabilité, d'organiser les jurys et de délivrer le cas échéant le diplôme.

    A ce jour, 15 diplômes sont accessibles par la VAE :

    SANTE    

        - diplôme d'état d'aide-soignant (DEAS)
        - diplôme d'état d'auxiliaire de puériculture (DEAP)
        - diplôme de préparateur en pharmacie hospitalière (DPPH)
        - diplôme d'état d'ergothérapeute (DEERGO)
        - diplôme d'État d'infirmier de bloc opératoire (DEIBO)

    Retrouver des informations sur le site du ministère en charge de la santé -> Cliquer ici

     

    SOCIAL

       - diplôme d'état d'accompagnant éducatif et social (DEAES)
               * spécialité accompagnement de la vie à domicile
               * spécialité accompagnement à l'éducation inclusive et à la vie ordinaire
               * spécialité accompagnement de la vie en structure collective
        - diplôme d'état d'assistant familial (DEAF)
        - diplôme d'état d'ingénierie sociale (DEIS)
        - diplôme d'état de médiateur familial (DEMF)
        - diplôme d'état d'auxiliaire de vie sociale (DEAVS) – (pour les dossiers déposés avant le 01/02/2016)
        - diplôme d'état d'assistant de service social (DEASS)
        - diplôme d'état d'aide médico-psychologique (DEAMP) – (pour les dossiers déposés avant le 01/02/2016)
        - diplôme d'état d'éducateur de jeunes enfants (DEEJE)
        - diplôme d'état de technicien de l'intervention sociale et familiale (DETISF)
        - certificat d'aptitude aux fonctions d'encadrement et de responsable d'unité d'intervention sociale (CAFERUIS)

    Retrouver des informations sur le site du ministère en charge des affaires sociales -> Cliquer ici

     

     

     


  • Dans le cadre de la lutte contre le décrochage à l’université et de l’accompagnement des étudiants en réorientation, le rectorat d’Amiens, en concertation avec l’université de Picardie Jules Verne, a mis en place une plate-forme numérique sous forme de "Portail de réorientation des étudiants".

    Ouverture du portail de réorientation des étudiants de l’université

     

    Ce dispositif prend le relais, au niveau académique, de la procédure Admission postbac à l'issue de la phase d'admission complémentaire, qui se termine fin-septembre.

    Le portail de réorientation des étudiants est ouvert du 2 octobre au 31 décembre 2017.

    Sont concernés par cette procédure les étudiants inscrits en 1re année de Licence ou de DUT qui souhaitent changer de formation au cours du premier semestre et envisagent d'intégrer un Brevet de technicien supérieur (BTS) ou un Diplôme universitaire de technologie (DUT).

    Les formations de ces filières qui disposeront de places vacantes à cette période pourront ainsi recruter directement ces candidats. Les étudiants intéressés pourront s'inscrire sur cette plateforme et déposer leur(s) candidature(s), en formulant trois vœux au maximum.

    Une admission pourra être proposée après entretien avec les responsables des établissements demandés, notamment chefs d'établissement et Directeurs délégués aux formations technologiques et professionnelles (DDFTP).

    En cas de non admission sur leur(s) vœu(x), les candidats seront alors pris en charge soit par le Centre d'information et d'orientation proche de leur domicile soit par la Mission académique de l'enseignement supérieur (MAES).

     

    Par qui être accompagné(e) ?

    Les psychologues de l'Éducation nationale spécialité Éducation, développement et conseil en orientation scolaire et professionnelle de la MAES peuvent conseiller les étudiants dans le choix de formations en vue de leur réorientation. Elles peuvent les aider tout au long de la procédure.


    Contact

    Mission académique de l’enseignement supérieur – MAES – 45 rue Saint Leu – 80000 Amiens
    Courriel : maes@ac-amiens.fr
    Tél : 03 22 92 28 78 

     

    Source : ONISEP Amiens

     


  • L'action régionale d’accompagnement vers l’alternance des personnes handicapées (3APH)
    en Picardie.
    Cette action vise l’accompagnement de parcours de formation par la voie de l’alternance (contrat de professionnalisation ou contrat d’apprentissage) pour les personnes en situation de handicap âgées de 16 ans et plus.

    (Expérimentation en 2014)

    Le public bénéficiaire :

    ·       Personnes âgées de 16 ans et plus, en situation de handicap, reconnues au sens de l'obligation d'emploi des travailleurs handicapés ou en cours de reconnaissance (récépissé de dépôt de dossier à la MDPH),

    ·       Disposant d'une orientation milieu ordinaire de travail,

    ·       Ayant un projet d'alternance et des besoins spécifiques d'accompagnement pour accéder à la qualification et à l'emploi.

     

    Objectif de l’action 3APH :        

    Cette action a pour objet l’accompagnement de la préparation de parcours  vers l’alternance, la sécurisation pendant et post alternance.

     

    Télécharger « 3APH 2017.pdf »

    La prescription est encore possible durant le mois d'octobre 2017

    Télécharger « Fiche de prescription 3 APH - Aisne 2017.pdf »

     

    Les prescripteurs possibles

    ·       Cap emploi

    ·       Éducation nationale (dont les Unités Localisées pour l'Inclusion
    Scolaire)

    ·       Etablissements Médico-sociaux (IME, IMPRO)

    ·       Missions Locales

    ·       Pôle emploi

    ·       Agefiph

     

    Mise en œuvre et suivi de parcours en alternance en 4 services opérationnels 


    P2 : Positionnement des candidats à l'alternance

    P3 : Elaboration et consolidation du projet en alternance

    P4 : Accompagnement à l'entrée du contrat en Alternance

    P5 : Appui durant le contrat en alternance

     

     Hand'T'Aisne / Cap Emploi

    8 rue de la Nef d'Or
    02100 Saint-Quentin

    03.23.05.27.68

    handtaisne.voltaire@handtaisne.fr.

     

    Contactez les Cap emploi de Picardie :
    CAP Emploi Aisne - HAND’T’Aisne
    7 chemin de l’hippodrome, 02000 Laon
    Tél : 03 23 27 75 00
    Mél. : capemploiaisne@wanadoo.fr


    Cap Emploi Oise - IPSHO
    Centre des tanneurs, 7 rue des tanneurs,
    60000 Beauvais
    Tél : 03 44 15 66 66
    Mél. : 3aph@ipsho.org


    CAP Emploi Somme - ALIHANSE
    6 allée des fleurs - Village Oasis - Dury,
    80044 Amiens Cedex 1
    Tél : 03 22 89 82 60
    Mél. : accueil.alihanse@orange.fr

     

     


  •  Vous souhaitez faire reconnaître vos compétences acquises dans la pratique de votre métier ? 
     
    La Validation des Acquis de l’Expérience ou VAE vous permet d’obtenir un diplôme ou un certificat à l’égal d’une formation classique.

    Dès le 1er octobre 2017, les règles s'assouplissent !

    Réformée à travers la loi Travail du 8 août 2016, la VAE pourra être demandée après 1 an d'exercice contre 3 ans auparavant.

    Recevabilité, financement et certification sont mis à jour par un décret publié au Journal Officiel en juillet dernier.
    Télécharger « decret VAE.pdf »

    Procédure de recevabilité

    Ainsi, de nouvelles règles de calcul de la durée d’exercice des activités en milieu professionnel vont s'appliquer à partir du 1er octobre. Cette dernière passe de 3 à 1 an, que l’activité soit exercée de façon continue ou non. L’ensemble des activités professionnelles salariées ou non, d’au moins 1 an en rapport avec le certificat demandé, est alors pris en compte.

    Pour déposer un dossier, le candidat devra présenter : un document cerfa renseigné et signé, en plus des documents justifiant de la durée des activités, en remplacement des anciens livrets 1 et 2. Le dossier doit ensuite être adressé au certificateur sur son site Internet ou via le portail gouvernemental dédié à la VAE. Attention : un seul dossier peut être déposé pendant la même année civile, pour le même diplôme, titre ou certification. Dans le cas de demandes pour différentes validations, le maximum de dossier de recevabilité est de 3.

    Information et financement

    Vous pouvez demander une aide gratuite à la constitution du dossier de recevabilité et des informations sur les principes, les modalités de mise en œuvre et de financement. L’accompagnement peut aussi être renforcé, pour des cas particuliers. Le salarié ne paie pas les frais de transport, de repas et d’hébergement, ni les frais d’examen du dossier de recevabilité et d’accompagnement ou d’organisation de session d’évaluation.

    Lorsque les actions permettant au salarié de faire valider les acquis de son expérience se déroulent au titre de plan de formation, hors temps de travail en accord avec son employeur, le salarié bénéficie aussi d’une allocation de formation.

    Certification totale ou partielle

    La date d’évaluation est proposée par le certificateur. Un jury de validation procède à l’examen du dossier du candidat et s’entretient avec lui. Si elle est prévue, une mise en situation professionnelle est organisée. La VAE peut être accordée pour la totalité du diplôme ou seulement pour une partie en estimant que vous souffrez de certaines lacunes.

    Le président (du jury) adresse alors au certificateur un rapport précisant l’étendue de la validation accordée, et dans le cas d’une validation partielle la nature des aptitudes, compétences et connaissances que le candidat doit acquérir et qui doivent faire l’objet d’une deuxième évaluation. Cela peut comprendre également l’orientation vers une formation complémentaire.

    Enfin, une attestation des compétences ou un livret de certification est remis au candidat. Dans le cas d’une certification partielle, la limite de validité de 5 ans est levée et devient définitive.

     

     


  • DIPLÔME UNIVERSITAIRE
    Faculté de Médecine d’Amiens

    UNIVERSITÉ DE PICARDIE JULES VERNE
    CENTRE DE RESSOURCES POUR LES INTERVENANTS AUPRÈS DES AUTEURS DE VIOLENCES SEXUELLES
    CHU D’AMIENS-PICARDIE
    CHI DE CLERMONT DE L'OISE

    DIPLOME D’UNIVERSITE VIOLENCE, SANTE & SOCIETE


    Présentation du D.U. :
    Les rapports nationaux et internationaux relatifs au champ de la violence et de la santé s’accordent sur la nécessité de former l’ensemble des acteurs concernés par la prise en charge des victimes et des auteurs de violences, notamment les Médecins, Psychologues, Professionnels de santé, Travailleurs sociaux, Magistrats, Personnels de l’administration pénitentiaire, des Forces de l’ordre, et des Associations.
    Travail en réseau et collaboration sont nécessaires à l’amélioration des prises en charge sanitaire, judiciaire et sociale.
     

    Objectifs de la formation :
    L’objectif principal de cette formation est de permettre l’acquisition d’un socle commun de connaissances aux professionnels des champs Santé, Justice et Social, et notamment de valider le cursus théorique des médecins coordonnateurs.


    Conditions d’inscription :
    Ce D.U. est ouvert aux :

    Docteurs en Médecine et étudiants de 3ème cycle de Médecine,
    Magistrats, Avocats et Juristes
    Psychologues et étudiants de 3ème cycle de Psychologie.

    Travailleurs sociaux
    Personnels de l’administration pénitentiaire
    Directeurs et cadres d'établissements de santé, médico-social, et social
    Autres personnels administratifs.

    Inscriptions :
    Après autorisation du comité pédagogique.
    Inscription auprès de Mme DUMONT Dominique,
    U.F.R. de Médecine d'Amiens, 3 Rue des Louvels - 80036 Amiens cedex 1
    Tel : 03 22 82 54 30.

     

    Pour en savoir plus : Télécharger « DU 2017-2018.pdf »

    Le GCS-CRIAVS de Picardie: http://www.criavs-picardie.org/

     

     

     


  • "Il y a deux gros changements lorsque l'on arrive en sixième : un nombre plus important de professeurs et le fait de ne pas être toujours dans la même salle de classe", résume Jean-Louis Seve, professeur principal de sixième au collège Pierre et Marie Curie de Braine, dans l'académie d'Amiens.

    Cycle 3 - cycle de consolidation : CM1, CM2 et classe de sixième

    Le cycle 3 relie désormais les deux dernières années de l'école primaire et la première année du collège, dans un souci renforcé de continuité pédagogique et de cohérence des apprentissages au service de l'acquisition du socle commun de connaissances, de compétences et de culture. La classe de 6e occupe une place particulière dans le cycle : elle permet aux élèves de s'adapter au rythme, à l'organisation pédagogique et au cadre de vie du collège tout en se situant dans la continuité des apprentissages engagés au CM1 et au CM2.

    Pour en savoir plus sur les programmes du collège : http://www.education.gouv.fr/cid81/les-programmes.html

    Les horaires en sixième (cycle 3)

    Le cycle 3, cycle de consolidation, unit le cours moyen 1re année (CM1), le cours moyen 2e année (CM2) et la classe de sixième. Il permet ainsi d’améliorer la continuité et la cohérence des apprentissages, en prenant appui sur un programme d’enseignement rédigé pour l’ensemble des trois années.

    L’année de sixième a pour objectif d'affermir les acquis fondamentaux de l'école élémentaire et d'initier les élèves aux disciplines et méthodes propres à l'enseignement secondaire.

    Un livret scolaire, contenant notamment les bilans périodiques de cycle 3 et le bilan de fin de cycle 2, est transmis par les écoles aux équipes du collège afin de favoriser la mise en place d’un accompagnement pédagogique dans le cadre des enseignements dispensés en sixième (enseignements communs et enseignements complémentaires). Il peut aider par exemple à la constitution de groupes selon les besoins des élèves, ou encore lorsque cela s’avère nécessaire, de programmes personnalisés de réussite éducative (PPRE).

    Volumes horaires des enseignements obligatoires applicables aux élèves du niveau sixième de collège

    Enseignements

    Horaires hebdomadaires

    Éducation physique et sportive

    4 heures

    Enseignements artistiques *

    (arts plastiques + éducation musicale)

    1 heure + 1 heure

    Français

    4,5 heures

    Histoire-géographie

    Enseignement moral et civique

    3 heures

    Langue vivante

    4 heures

    Mathématiques

    4,5 heures

    SVT, technologie, physique-chimie

    4 heures

    Total **

    26 heures ***

    * Chacun de ces enseignements peut être organisé à raison de 2 heures hebdomadaires sur un semestre.

    ** S'y ajoutent au moins 10 heures annuelles de vie de classe.

    *** Sur ces 26 heures, 3 heures hebdomadaires sont consacrées aux enseignements complémentaires sous la forme d'accompagnement personnalisé et/ou d'enseignements pratiques interdisciplinaires.

     

    Guide gratuit d'orientation

    Guide gratuit  "Entrer en 6e – Découvrir le collège" rentrée 2017

    Entrer en 6e, Rentrée 2017

    Télécharger le guide (pdf, 3,95 Mo)

     

    La classe de sixième

     

    Quelles nouveautés en 2017 ?

    La rentrée 2016 a vu la mise en place de la réforme du collège. La rentrée 2017 va connaître quelques légères modifications. En sixième, trois heures par semaine seront consacrées aux "enseignements complémentaires", c'est-à-dire aux enseignements pratiques interdisciplinaires (EPI) et à l'accompagnement personnalisé (AP). Chaque établissement répartit à sa manière les horaires entre EPI et AP.

    Les EPI sont des cours mêlant plusieurs disciplines et l'accompagnement personnalisé est un temps pour approfondir ses connaissances et compétences ou pour travailler sur ses difficultés. L'accompagnement personnalisé doit également permettre d'acquérir de bonnes méthodes de travail. 

     À noter : les horaires sont les mêmes sur l'ensemble du collège, soit 26 heures de cours par semaine quel que soit le niveau avec 1h30 de pause à midi.

    Dans ces 26 heures sont aussi incluses 3 heures d’enseignements complémentaires.

    Se faire aider avec l'accompagnement personnalisé

    En 6e, les heures d’accompagnement personnalisé sont là pour :

    • vous adapter à votre nouvel emploi du temps en début d’année ;
    • vous aider à bien comprendre les consignes données ;
    • vous permettre d'approfondir certaines matières ;
    • vous mettre à niveau si nécessaire.

    Pendant ces heures, vous pouvez être réunis en petits groupes, en interclasse ou encore en atelier.

    Enfin, au moins 10 heures de vie de classe viendront s’ajouter sur l’année (par exemple, 1 heure tous les mois).

    Qu’est-ce que "la vie de classe" ?

    Les heures de vie de classe permettent de dégager du temps en dehors des cours pour parler de l’organisation de la classe ou du collège, des sujets de tous les jours (cantine, fournitures) mais aussi de questions plus graves comme les problèmes de comportement. On peut aussi y discuter des questions liées à l’actualité ou à la société... D’autres adultes peuvent faire des interventions pendant ces heures (d’autres professeurs, le CPE, des intervenants extérieurs au collège, etc.)

    Le Parcours Avenir

    Ce parcours éducatif débute en 6e : vous découvrez le monde du travail (visites d'entreprise, rencontres avec un professionnel...) et vous vous familiarisez avec des notions telles que "formations", "métiers", "secteurs d'activités", "entreprises", etc. L'idée est aussi de commencer à réfléchir à vos goûts, vos envies pour choisir un métier qui vous plaît plus tard.

     

    arrêté du 16 juin 2017 - J.O. du 18 juin 2017
    Organisation des enseignements dans les classes de collège

    arrêté du 19 mai 2015 - J.O. du 20 mai 2015

    L'Etudiant, ONISEP, Education.gouv

     


  •  

    Décret VAE : nouvelles modalités de mise en oeuvre au 1er octobre 2017

     

     

     

    Le décret du 4 juillet 2017 met la partie règlementaire du Code de l’éducation en conformité avec les nouvelles règles s’appliquant en matière de VAE issues :

    • des articles 1er, 6 et 21 de la loi n° 2014-288 du 5 mars 2014 relative à la formation professionnelle, à l’emploi et à la démocratie sociale ;
    • de l’article 78 de la loi n° 2016-1088 du 8 août 2016 relative au travail, à la modernisation du dialogue social et à la sécurisation des parcours professionnels.

    Télécharger « decret VAE.pdf »

    Règles de calcul de la durée d’exercice des activités en milieu professionnel

    Le décret rappelle que sont désormais prises en compte dans une demande de VAE l’ensemble des activités suivantes :

    • activités professionnelles salariées,
    • activités non salariées,
    • activités de bénévolat ou de volontariat,
    • activités exercées par une personne inscrite sur la liste des sportifs de haut niveau,
    • activités exercées dans le cadre de responsabilités syndicales,
    • activités exercées d’un mandat électoral local ou d’une fonction élective locale.

    Lorsqu’il s’agit d’activités réalisées en formation initiale ou continue, peuvent être prises en compte :

    • les périodes de formation en milieu professionnel,
    • les périodes de mise en situation en milieu professionnel,
    • les stages pratiques,
    • les préparations opérationnelles à l’emploi,
    • les périodes de formation pratique de contrat d’apprentissage, de contrat de professionnalisation ou de contrat unique d’insertion.

    Suite à la réforme opérée par la loi du 8 août 2016, sont prises en compte les activités exercées pendant une durée d’au moins un an, de façon continue ou non, en rapport direct avec le diplôme ou titre à finalité professionnelle ou le certificat de qualification professionnelle pour lequel la demande est déposée.

    Cette durée d’un an est calculée sur un nombre d’heures correspondant à la durée de travail effectif à temps complet en vigueur dans l’entreprise en fonction de la période de référence déterminée en application d’un dispositif d’aménagement du temps de travail (en référence à l’article L3121-41 du Code du travail).

    Il est aussi précisé que la durée des activités réalisées hors formation doit être supérieure à celle des activités réalisées en formation.

    Art. R335-6 du Code de l’éducation, modifié

    Procédure de recevabilité de la demande de VAE

    1° Étapes de la procédure de VAE

    Comme c’était déjà le cas auparavant, la procédure de validation des acquis de l’expérience comprend deux étapes :

    • une étape de recevabilité de la demande de validation des acquis de l’expérience ;
    • et une étape d’évaluation par le jury. Cette seconde étape est organisée par un organisme certificateur. Il peut s’agir de :
      • l’autorité administrative qui délivre la certification,
      • l’établissement ou l’organisme qui délivre la certification.

    Le décret précise que l’organisme certificateur peut proposer au candidat une aide gratuite à la constitution de son dossier de recevabilité.

    2° Dossier de recevabilité

    Il comprend :

    1. un formulaire de candidature dûment renseigné avec la signature manuscrite ou électronique du candidat dont le modèle est fixé par arrêté du ministre chargé de l’Emploi ;
    2. les documents justifiant de la durée des activités exercées par le candidat et le cas échéant, les certifications ou parties de certifications obtenues et les attestations de formations suivies antérieurement distinguant la durée des périodes de formation initiale ou continue réalisées en situation de travail, en rapport direct avec la certification ciblée ;
    3. les documents spécifiques éventuels, nécessaires à l’examen de la demande de validation, fixés par l’organisme certificateur délivrant la certification professionnelle.

    Il y aura donc désormais un modèle unique de formulaire de candidature (CERFA). Un cerfa est un formulaire administratif réglementé. Il s'agit d'un imprimé officiel dont le modèle est fixé par arrêté.

    3° Nombre de demande pouvant être déposées

    Deux règles sont posées :

    • un candidat ne peut déposer qu’un seul dossier de recevabilité pendant la même année civile et pour le même diplôme, titre ou certificat de qualification ;
    • pour des diplômes, titres ou certificats de qualification professionnelle différents, il ne peut déposer plus de trois dossiers de recevabilité au cours de la même année civile.

    Ces obligations et l’engagement sur l’honneur du candidat à les respecter sont rappelés sur chaque formulaire de candidature à une validation.

    4° Dépôt du dossier de demande

    Le candidat adresse le dossier de recevabilité à l’organisme certificateur, dans les conditions que ce dernier a préalablement fixées et rendues publiques, notamment sur son site internet ou sur le portail gouvernemental dématérialisé dédié à la VAE.

    5° Instruction du dossier de recevabilité

    L’examen du dossier de recevabilité est réalisé par l’organisme certificateur.

    Il consiste :

    • d’une part, à contrôler la conformité de la durée effective d’activité par rapport à la durée requise ;
    • et, d’autre part, à vérifier le rapport direct des activités déclarées par le candidat avec les activités du référentiel de la certification.

    6° Notification de la décision

    L’organisme certificateur notifie sa décision au candidat par tout moyen donnant date certaine à la réception de cette décision.

    La notification mentionnant une décision favorable indique, pour chaque certification la durée de validité de la recevabilité de la demande à l’expiration de laquelle le candidat doit renouveler sa demande ou, en accord avec l’organisme certificateur, la proroger si le contenu du référentiel de la certification reste inchangé.

    Cette notification peut comporter des recommandations, relatives notamment aux formations complémentaires.

    Pour rappel, sur proposition d’un représentant d’un des organismes membres du service public de l’orientation, l’accompagnement à la VAE peut aussi comprendre une assistance à l’orientation et à la recherche de financement pour la prise en charge d’une formation complémentaire correspondant aux formations obligatoires requises par le référentiel de la certification recherchée ou à l’acquisition d’un bloc de compétences manquant dans le parcours du candidat et correspondant à une partie identifiée dans ce référentiel (article R6423-3 du Code du travail).

    7° Session d’évaluation

    L’organisme certificateur propose au candidat au moins une date de session d’évaluation dans les 12 premiers mois à compter de la date d’envoi de la notification de la décision favorable sur la recevabilité.

    Art. R335-7 du Code de l’éducation, modifié

    Règles relatives à l’étape de validation

    1° Dossier de validation

    Le candidat, ayant reçu une décision favorable à sa demande de recevabilité, constitue son dossier de validation comprenant :

    • la description de ses aptitudes, compétences et connaissances mobilisées au cours de son expérience dans les différentes activités exercées ;
    • et, le cas échéant, au cours de formations complémentaires mentionnées ci-dessus.

    Il l’adresse à l’organisme certificateur, chargé de l’organisation du jury de la certification professionnelle, dans les délais et les conditions que ce dernier lui aura préalablement fixés et communiqués.

    Le dossier de validation est soumis au jury constitué et présidé conformément au règlement et aux dispositions régissant le diplôme, le titre ou le certificat de qualification postulé.

    Art. R335-8 du Code de l’éducation, modifié

    2 ° Décisions du jury

    Le jury décide de l’attribution ou de la non attribution du diplôme, du titre ou du certificat de qualification.

    Il peut délivrer une ou plusieurs parties identifiées de certification professionnelle classée au sein du répertoire nationale des certifications professionnelles (RNCP) et visant à l’acquisition d’un ou plusieurs blocs de compétences. Dans ce cas, il identifie les aptitudes, compétences et connaissances qui feront l’objet de l’évaluation complémentaire nécessaire à l’obtention du diplôme, titre ou certificat de qualification postulé.

    Art. R335-9 du Code de l’éducation, modifié

    La décision du jury est notifiée au candidat par l’organisme certificateur.

    Les parties de certification obtenues de manière définitive font l’objet de la délivrance au candidat :

    • soit d’attestations de compétences,
    • soit d’un livret de certification.

    L’organisme certificateur prend les mesures nécessaires pour être en mesure de satisfaire toute demande de duplicata des attestations ou du livret.

    Art. R335-10 du Code de l’éducation, modifié

    Pour la VAE des formations du supérieur, le président du jury adresse à l’organisme certificateur un rapport précisant :

    • l’étendue de la validation accordée,
    • la nature des aptitudes, compétences et connaissances que le candidat doit acquérir et qui doivent faire l’objet d’une évaluation complémentaire en cas d’attribution d’une ou plusieurs parties de certification.

    Art. R613-37 du Code de l’éducation, modifié 

    VAE dans l’enseignement supérieur

    1° Application des règles de droit commun de la VAE

    Peuvent donner lieu à validation, les acquis de l’expérience correspondant à l’exercice d’activités dont la nature et la durée sont définis dans les conditions de droit commun (voir ci-dessus l’article R335-6 du Code de l’éducation modifié).

    L’étape de recevabilité de la demande est régie par les dispositions de droit commun (voir article R335-7 du Code de l’éducation modifié ci-dessus) et le candidat, ayant reçu une décision favorable à sa demande de recevabilité, constitue son dossier de validation dans les conditions de droit commun (voir article R335-8 du Code de l’éducation modifié ci-dessus).

    2° Spécificités de la validation des formations dans le supérieur

    Dossier de demande

    Le formulaire de candidature est accompagné d’un dossier comprenant outre les diplômes, certificats et toutes autres pièces permettant au jury de validation d’apprécier la nature et le niveau de ces études.

    Il comprend par ailleurs :

    • l’annexe descriptive du diplôme,
    • les attestations certifiant les crédits européens obtenus représentatifs des études suivies lorsque celles-ci l’ont été dans le cadre défini par l’Union européenne pour favoriser la mobilité, dans un autre Etat européen.

    Art. R613-35 du Code de l’éducation, modifié

    Dossier de validation

    Le dossier de validation des acquis de l’expérience ou le dossier de la demande de validation des études supérieures est soumis au jury constitué et présidé conformément au règlement et aux dispositions régissant le diplôme ou le titre à finalité professionnelle auquel il est postulé.

    Rôle du jury

    Le jury de validation :

    • procède à l’examen du dossier,
    • s’entretient avec le candidat au regard de ce dossier.

    Une mise en situation professionnelle réelle ou reconstituée du candidat est organisée lorsque le référentiel de la certification ciblée l’a prévu.

    Les procédures d’évaluation permettent au jury de vérifier si les acquis dont fait état le candidat correspondent aux aptitudes, compétences et connaissances exigées par le règlement du diplôme ou du titre postulé.

    Décret n° 2017-1135 du 4 juillet 2017 relatif à la mise en œuvre de la validation des acquis de l’expérience

    Centre Inffo : www.droit-de-la-formation.fr

     

     


  • Espace Scolaire Condorcet, rond-point Joliot Curie, 02100 Saint-Quentin

    Tél. 03 23 08 44 44 - http://condorcet02.lyc.ac-amiens.fr/site/

    En partenariat avec
    la poste

    Pour intégrer directement la formation par apprentissage (à partir de la terminale professionnelle), le candidat doit être titulaire ou non d'un bac général, STMG ou professionnel et rechercher une qualification professionnelle.

    Modalités d'entrée en formation

    L'entrée en formation se fait par la signature d'un contrat d'apprentissage avec une entreprise du secteur marchand.
    Le recrutement se fait à partir d'un CV, d'une lettre de motivation et d'un entretien.

    Dans le cadre du partenariat avec le groupe La Poste, les apprentis retenus seront affectés en bureau de poste sur l'ensemble de la Picardie.

    15 places sont proposées, les apprentis sont affectés en bureau de poste sur l’ensemble de la Picardie. Le recrutement se fait sur dossier (CV et lettre de motivation) et entretien.

    Responsable UFA

    • Pascal OYER - 03 23 08 44 34 - pascal.oyer@ac-amiens.fr

    Organisation de la formation

    Ce bac professionnel se fait en alternance entre le CFA de l'Espace Scolaire Condorcet de Saint Quentin et l\entreprise à laquelle vous êtes liée par un contrat d'apprentissage sur une durée d'un an (agence commerciale de La Poste ou une entreprise commerciale).

    Comme tous les contrats de travail, le contrat d'apprentissage est soumis aux règles du code du travail et aux conventions collectives. Mais il s'agit d'un contrat de travail de type particulier : il comporte obligatoirement une formation qui est donnée à la fois en entreprise et dans un centre de formation d'apprentis (CFA).

    Les contrats d'apprentissage débutent le 1er septembre et s'étendent jusqu'au 31 août.

    L'alternance se fait selon un planning établi entre les entreprises et le CFA :

    • 26 semaines en entreprise
    • 21 semaines au CFA (examens compris)
    • 5 semaines de congés payés.

    Les apprentis suivent le programme de terminale bac pro commerce.

    Débouchés professionnels

    Le bac pro commerce permet d'être vendeur en magasin spécialisé (sport, textile, chaussures, cosmétiques…), dans la grande distribution (hypermarchés, grands magasins…) ou télévendeurs.

    Poursuite d'études

    • BTS Management des Unités Commerciales
    • BTS Négociations et relation client.

     

    Télécharger « BAC_PRO_COM_APP.pdf »

     

     


  • Au lycée Françoise Dolto, on propose depuis la rentrée aux élèves de seconde de renforcer leur anglais. L’objectif à terme est de séjourner et travailler dans un pays voisin.

    Par Jérôme Hémard | Publié le 04/09/2017 l'Aisne Nouvelle

     

    Le lycée professionnel Françoise Dolto travaille sans relâche son image et sa réputation. Ici, on s’emploie à former des élèves motivés dans des domaines porteurs. Pour cette rentrée 2017, on met en avant l’anglais et le secrétariat médical, deux nouveautés qui méritent un éclairage.

    Pour sa seconde rentrée à Dolto, le proviseur Muriel Morel multiplie les discours, les rencontres et les déplacements au sein de l’établissement qu’ elle dirige. Pour elle, seules la réussite et la motivation des jeunes priment.

     Ce lot de nouveautés doit largement y contribuer. «  Dès cette rentrée, on renforce l’anglais pour une ouverture à l’international de manière à ce que les élèves aient des bases pratiques, qu’ils puissent accueillir un touriste étranger par exemple et l’orienter. »

    Les élèves de seconde vont donc inaugurer ce concept avec l’idée de « les envoyer quand ils seront en classe de première et ou de terminale dans un autre pays où on parle anglais » détaille le proviseur. Un moyen aussi de mieux travailler la mobilité, un des freins les plus handicapants chez les jeunes de Thiérache en matière de formation et d’emploi.

    Initiation au secrétariat médical

    Autre nouveauté au lycée professionnel, l’initiation au secrétariat médical pour les élèves qui suivent le Bac pro gestion et administration. Là encore, il s’agit de coller au terrain et à la réalité pour répondre le mieux possible au marché de l’emploi. "On propose cette initiation par la mise en situation et une formation aux logiciels spécialisés" présente le proviseur, précisant que le professeur en charge de cette discipline a suivi une formation auprès du centre hospitalier de Guise. Cette initiation se fait en partenariat avec le lycée d’Hirson.

    Autre secteur renforcé pour mieux répondre à la réalité, celui de l’aide à la personne. Le CPA Petite enfance devient Accompagnement éducatif petite enfance. Outre le changement de nom, l’idée est de répondre davantage aux attentes des professionnels avec des bases élargies à d’autres métiers.

    Les débouchés sur les Hauts-de-France sont importants pour ce secteur porteur, reste à trouver les bons élèves motivés. Sur le cru sorti en juin, avec le Bac en poche, la moitié des élèves poursuivent par un BTS ou passent les concours pour devenir aide-soignante ou infirmier.

    Au lendemain de la rentrée, il est encore un peu tôt pour dire ce que ces jeunes feront demain. En tout cas avec des formations nouvelles ou plus traditionnelles, les élèves ont déjà des cartes en main.

     

     


  • Chaque année, environ 20 % des candidats au baccalauréat échouent à l’examen. Si le redoublement est fortement privilégié (80 % des élèves qui se présentent au bac pour la deuxième fois réussissent), des alternatives existent.

    • RETENTER SA CHANCE
      Pour mener des études supérieures, repasser le bac reste la meilleure solution.
      Mais attention, si le redoublement est un droit, il est accordé dans la limite des places vacantes : dès l’annonce des résultats, contacter le proviseur de son lycée pour obtenir l’autorisation de redoubler. pour en savoir plus, s'adresser au CIO.

    Redoubler dans votre lycée d'origine

    La première chose à faire est d’entamer les démarches pour redoubler dans votre lycée.

    Même si c'est un droit, le redoublement n’est pas automatique. Il faut contacter votre établissement pour en faire la demande. L'inscription ne posera pas de problème : contrairement à ce qui se passait avant 2015, une place au sein de votre lycée d’origine vous est désormais assurée. Attention, la mention "admis à redoubler" doit être inscrite sur votre dossier scolaire.

    Vous avez même la possibilité de conserver les notes au-dessus de la moyenne obtenues au bac, mais dans ce cas vous ne pourrez pas obtenir de mention.

    Se présenter en candidat libre. Dans le pire des cas, si vous pensez que vous êtes capable de travailler par vous même : les inscriptions s’effectuent directement auprès du rectorat. Il est possible de se préparer en prenant des cours par correspondance. CNED

     

    • S'INSCRIRE A L'UNIVERSITE
      En passant le DAEU (Diplôme d’accès aux études universitaires), les non bacheliers peuvent rejoindre les bancs de la faculté et s’inscrire en 1ère année.
      Ce diplôme de « substitution » offre les mêmes droits que le baccalauréat. Il se prépare en an à l’université. Il existe un DAEU A (littéraire) et un DAEU B (scientifique). A noter : ce diplôme est ouvert sans condition particulière aux candidats de 24 ans et plus. Les plus jeunes doivent justifier de deux années d’activité professionnelle.

     

    • FAIRE DU DROIT
      Les candidats recalés âgés d’au moins 17 ans peuvent passer une capacité en droit. La préparation se fait en deux ans en cours du soir (dans les UFR, au Cned ou dans des établissements privés) et l’enseignement passe en revue l’ensemble des notions juridiques. Les titulaires de la capacité en droit peuvent ensuite entrer en 1ère ou 2e année de licence de droit, en DUT carrières juridiques ou à l’Ecole de droit de notariat. Attention cependant, la capacité en droit exige beaucoup de travail personnel et le taux de réussite à l’examen n’est que de 20 %. Enfin, sachez qu’il existe également une capacité en gestion.

     

    • TENTER UN DIPLÔME D'ECOLE
      Certaines écoles spécialisées admettent des non-bacheliers dans des cursus professionnels, en particulier dans le secteur du tourisme, de l’hôtellerie-restauration, des arts... En général, il s’agit d’établissements privés qui délivrent des diplômes d’école, de qualité très variable et couteux.
      Certaines écoles, qui centrent leur formation dans un domaine spécifique, n’exigent pas le bac. C’est le cas d’Itecom Art Design, spécialisée dans le multimédia et les arts appliqués, ou de Doranco, qui se concentre sur les métiers d’Internet, tels que le développement multimédia et l’administration de réseaux.

     

    • PREPARER UN BTS ou DUT
      En théorie, le bac n’est pas indispensable pour intégrer un cycle court de type BTS. De nombreux établissements privés acceptent des non-bacheliers, mais attention au frais de scolarité souvent exorbitants. La majorité des structures privées proposent essentiellement d’accéder à des BTS du secteur tertiaire : assistant de direction, commerce international, management des unités commerciales... Si vous visez des filières rares, mieux vaut repasser votre bac pour espérer y accéder. Du côté des IUT, les places sont plus chères. On compte à peine 2 % de non-bacheliers dans leurs effectifs.
      Il est souvent demandé à ces étudiants de représenter le bac en fin de première année.

     

    • S'ORIENTER VERS LE SPORT
      Les diplômes de l'animation et du sport sans le bac, il est possible de préparer le Brevet professionnel de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport (BPJEPS) qui mène au métier d’animateur dans la spécialité choisie.

     

    • L'ALTERNANCE RESTE POSSIBLE
      L’alternance est ouverte aux non-bacheliers, sous réserve de posséder une expérience préalable dans le champ d’études désiré. « C’est plus facile pour trouver une entreprise susceptible d’accepter l’alternance si l’étudiant n’a pas le bac », précise un représentant de l’ISEE, école de commerce parisienne.
      Trois jours en entreprise, deux jours en formation... L’alternance permet aux jeunes de 16 à 26 ans d’acquérir une première expérience professionnelle, mais aussi d’obtenir un diplôme tout en étant rémunérés.

     

    • S'ENGAGER DANS l'ARMEE
      Les non-bacheliers peuvent être recrutés dans toutes les armées (garçons et filles de 18 à 25 ans). Comme volontaires, ils signent un contrat de 1 an renouvelable 4 fois.

    Autrement :

    Dans l'armée de terre : contrat d'engagé volontaire (EVAT) de 3, 5, 8 ou 10 ans, renouvelable jusqu'à 27 ans de service. Voir le site de recrutement de l'armée de terre

    Dans l'armée de l'air : possibilité de s'engager comme militaire technicien de l'air. Contrat initial de 4 ans (5 pour les pompiers). Voir le site de recrutement de l'armée de l'air.

    Dans la marine : possibilité de s'engager comme matelot de la Flotte (contrat de 4 ans à 9 ans). Pour les 16-17 ans, École des mousses (Brest). Voir le site de recrutement de la marine.

    Dans la gendarmerie nationale : possibilité de s’engager comme gendarme adjoint volontaire. Contrat de 2 ans, suivi éventuellement d'un contrat de 3 ans. Voir le site de recrutement de la gendarmerie.

    • LA FONCTION PUBLIQUE, les recrutements sans concours

    Le parcours d’accès aux carrières de la fonction publique territoriale, hospitalière, d’État (Pacte) est un contrat de droit public de 1 à 2 ans alternant formation et stage.
    Ouvert aux non-bacheliers de 16 à 25 ans, il permet d’intégrer la fonction publique comme fonctionnaire titulaire dans un emploi de la catégorie C. Voir le site portail de la fonction publique.

    • VALIDER SES ACQUIS DE L’EXPÉRIENCE

    Dans le cadre de la VAE (validation des acquis de l’expérience), il est possible d’obtenir tout ou partie d’un diplôme (bac pro, BTS, DUT...) ou d’un titre professionnel (CQP, titre homologué au RNCP...) avec 1 an d’expérience au minimum (3 ans pour les domaines sanitaires et sociales...). Se renseigner auprès du CIO, point-relais conseil VAE

    • LE DROIT AU RETOUR EN FORMATION

    Si vous avez entre 16 et 25 ans et que vous n'avez pas de diplôme ou de qualification professionnelle, vous pouvez faire valoir votre droit au retour en formation. reviensteformer.gouv.fr

    Sources : l’Étudiant, Onisep

     

     

     


  • Cette formation s'adresse aux jeunes ayant échoué deux fois
    à un baccalauréat général ou technologique.

    Vous trouverez ci-joint le dossier de candidature à remplir par les candidats et à renvoyer au Rectorat avant le 8 septembre 2017.

    Ce dossier est également disponible en téléchargement sur le site académique dans la rubrique "Formation et orientation - Lutte contre le décrochage scolaire - MLDS" :

    http://www.ac-amiens.fr/237-mission-de-lutte-contre-le-decrochage-scolaire.html

     

    MLDS : Mission de lutte contre le décrochage scolaire

    Le décrochage scolaire peut être défini comme un processus cumulatif plus ou moins long qui conduit un jeune en formation initiale à se détacher du système de formation jusqu’à le quitter avant d’avoir obtenu un diplôme qualifiant.

     


  • Formation Complémentaire d’Initiative Locale

    Outil d’aide à l’insertion professionnelle, Les FCIL s’adressent à des élèves diplômés, scolarisés à l’année
    N-1 ou N-2 et ayant besoin d’un complément de formation pour faciliter leur accès à l’emploi local.

     

    Modalités d'inscription :

    Afin de postuler dans l'une des FCIL ci-dessus les candidats doivent compléter le dossier d'inscription téléchargeable en ligne et le transmettre avant le 29 septembre 2017 à l'adresse indiquée dans le dossier  (Direction des Services Départementaux de l’Éducation Nationale du département correspondant à la FCIL demandée en 1er vœu - 3 vœux possibles).

    La commission académique d’affectation des candidats se déroulera début octobre 2017.

    Télécharger « dossier_candidature_region_fcil_2016-2017.pdf »

     

     

    FCIL ouvertes à la rentrée 2017-2018 :

     Filière Sanitaire et Sociale :

    Établissement

    Intitulé de la FCIL

    Niveau requis

     
     
     

    Lycée Jean de la Fontaine
    (Château-Thierry)

    Préparation aux concours d'entrée en Institut de Formation en Soins Infirmiers

    Baccalauréat

     

    Lycée Jean Bouin
    (St Quentin)

    Préparation aux concours paramédicaux et médico-sociaux

    Baccalauréat

     

    LP Françoise Dolto

    (Guise)

    Préparation aux concours d'entrée en Institut de Formation d’Aide Soignant –d’Auxiliaire de puériculture et d’Infirmier

    CAP

     

    Lycée François Truffaut
    (Beauvais)

    Préparation aux concours d'entrée en  Institut de Formation en Soins Infirmiers

    Baccalauréat

     

    Lycée Jules Uhry

    (Creil)

    Information sur les métiers et préparation aux concours médico-sociaux

    CAP / Baccalauréat

     

    Lycée des métiers du Val d'Authie
    (Doullens)

    Préparation aux concours d'entrée en Institut de Formation en Soins Infirmiers et sociaux

    Baccalauréat

     

    Lycée Boucher de Perthes
    (Abbeville)

    Préparation aux concours d'entrée en  Institut de Formation en Soins Infirmiers

    Baccalauréat / Bac Pro

     

    LP JCA Peltier
    (Ham)

    Préparation aux concours paramédicaux et sociaux

    CAP / Baccalauréat

     

     

    Filières Hôtellerie-restauration et Tourisme :

    Établissement

    Intitulé de la FCIL

    Niveau requis

     
     
     

    Lycée Boucher de Perthes
    (Abbeville)

    Management des activités de tourisme, d’hôtellerie et de restauration en Picardie

    BTS

    DUT

     

     

    Filière Industrielle :

    Établissement

    Intitulé de la FCIL

    Niveau requis

     
     
     

    Lycée des métiers Lavoisier

    (Méru)

    Réalisation de circuits oléohydrauliques et pneumatiques

    CAP

     

     


     

     

     

     

     


  • APB 2017 : la procédure complémentaire plus facilement accessible

    Les candidats refusés, sur liste d’attente ou non inscrits sur Admission post-bac peuvent bénéficier de la procédure complémentaire, sans renoncer à leurs précédents vœux.

     

    Cette procédure s’ouvre mardi 27 juin à 14 heures et se terminera le 25 septembre à minuit. Avec une nouveauté importante cette année : les candidats qui s’inscrivent en procédure complémentaire ne perdent pas le bénéfice des vœux et propositions d’admission effectués et reçues lors de la procédure principale, qui a ouvert en janvier, et dont la deuxième phase d’admission a débuté lundi 26 juin.
    Toutefois un candidat ne pourra pas redemander une formation dans laquelle il a été refusé

    Cette procédure complémentaire s’adresse :

    • aux candidats qui ont déjà participé à la phase d’admission principale, mais qui n’ont pas obtenu satisfaction, soit parce qu’ils n’ont essuyé que des refus, soit parce qu’ils sont encore sur liste d’attente, soit parce qu’ils ont répondu « oui, mais » à une proposition qui leur a été faite, espérant obtenir un autre vœu ;
    • aux candidats qui se sont inscrits sur APB, mais qui ont abandonné la procédure en cours de route (par exemple, ils n’ont pas confirmé leurs vœux ou oublié de répondre aux propositions qui leur ont été faites lors de la première phase d’admission, du 8 au 13 juin) ;
    • aux candidats qui ne se sont pas inscrits sur la plate-forme cette année. Rappelons qu’il suffit d’être titulaire ou en préparation du bac ou d’un diplôme équivalent, et âgé de moins de 26 ans pour postuler, sur APB, à une première année d’études supérieures.
    Les candidats pourront formuler sur la plate-forme jusqu’à douze vœux dans le cadre de la procédure complémentaire, sans avoir à les classer comme lors de la procédure normale.
     
    Calendrier :
    • Saisie des vœux : du mardi 27 juin 14h au lundi 25 septembre minuit
    • Fin de l’affichage des propositions et de la gestion des listes d’attente : le vendredi 29 septembre minuit
    • Réponses des candidats : au plus tard le samedi 30 septembre minuit

    Délais de réponse des candidats :

    • 1 semaine jusqu’au dimanche 20 août
    • 72 heures du dimanche 20 août au jeudi 31 août
    • 24 heures à partir du vendredi 1er septembre (dès le 17 août pour l’académie de la Réunion).

     

    Le conseil : « se connecter très régulièrement », puisque le nombre de places vacantes ne sera pas fixé le 27 juin mais évoluera tout au long de l’été, « au fur et à mesure que les établissements construisent leurs classes ».

     
    Source : lemonde.fr

  • Le lycée des Métiers de l'ameublement dispense une formation d'exception, accessible à des élèves triés sur le volet : le Diplôme des métiers d'art (DMA) en ébénisterie. Le niveau d'excellence et le tour de main exigés y sont uniques en France.

    A quelques pas du centre-ville de Saint-Quentin et de ses fameuses façades Art Déco, une poignée d’élèves travaille au cœur du lycée des Métiers de l’ameublement. Avec méthode et minutie, ils s’appliquent à façonner des meubles remarquables.

    Dans l’atelier, ils sont onze garçons, une fille. Tous ont été rigoureusement sélectionnés, parmi plus de 1500 jeunes, pour composer la promotion 2015-2017 du Diplôme des Métiers d’Art (DMA), spécialité ébénisterie. Ils s’appellent Jonas, Antoine, Arnaud. Ils viennent des quatre coins de la France, du Sud-Ouest, de la Côte d’Azur, de la Bretagne. Certains ont obtenu leur baccalauréat avec mention, ont commencé un parcours universitaire, d’autres ont déjà un bac professionnel ou un Brevet des Métiers d’Art (BMA) en poche. Aujourd’hui, ils suivent une formation qui les mènera, d’ici un an, au sommet de leur art.

    "Faire perdurer le savoir-faire à la française"

    "Le DMA, c'est la crème de la crème, le plus haut degré de formation en ébénisterie en France", avance Jean-Claude Lallement. Depuis près de 20 ans, ce professeur est le responsable de l'enseignement technique du DMA auprès des futurs diplômés. Formé à l'ébénisterie à Nancy, l'homme aux fameuses moustaches rousses a d'abord fait ses gammes au Faubourg Saint-Antoine à Paris, "la Mecque des ébénistes". Il a ensuite choisi de se tourner vers la formation, pour transmettre son savoir.

    "La formation est étalée sur deux années, d'un très haut niveau d'intensité, explique-t-il. Au cours de sa première année, l'élève doit réaliser des travaux probatoires, commandés par un client. La deuxième année, il devra répondre à un sujet imposé, qui permettra d'affirmer le côté transversal de sa formation, façonné en lien avec d'autres métiers."

    Pour y arriver, les élèves du DMA pourront cumuler jusqu'à 8 semaines de stage par an. Avec toujours les mêmes maître-mots en tête : perfection, maîtrise, minutie, excellence. “L’idée n’est pas d’aller en stage chez des ébénistes, mais d’attiser sa curiosité en allant voir d’autres professionnels, d’autres spécialités. Cela peut-être chez un relieur, un ferronnier, un dentelier… Il existe 217 métiers d’art dans l’Hexagone et tous collaborent à faire perdurer le savoir-faire à la française.”

    Du mobilier contemporain "héritage"

    Derrière leurs établis, les futurs ébénistes mettent au point des présentoirs à bijoux, montés à la main et parés de chêne, de padouk d'Afrique, de cerisier. Marbella, qui possède des "corners" dans les grands magasins parisiens, a souhaité acquérir ces meubles pour exposer ses nouvelles collections au grand public. L'entrepreneure Adeline Moniez a donc confié au lycée saint-quentinois la lourde tâche de réaliser son mobilier, avec une condition : s'inspirer de la finesse des meubles hérités du XVIIe siècle pour en faire des modèles résolument contemporains.

    "C'est le degré d'exigence de cette formation, qui demande une vraie culture artistique et historique, explique Anne Lehovetski, professeur d'arts appliqués. Nos élèves doivent, dès cette année, gagner en autonomie. Cela passe par des enseignements très spécifiques, dispensés en salle de classe, sur l'histoire de l'art, l'évolution des techniques… Le tout leur permet, au cours de deux ans de formation, d'acquérir de solides bases tant en matière de conception que de méthodologie, de connaissances historiques ou encore de références culturelles."

    Taux d'embauche après formation : 100% !

    Antoine est originaire de Hénin-Beaumont, une ville située à moins de 100 kilomètres de Saint-Quentin. Son avenir, il le voit loin des Hauts-de-France, très loin… "Je rêve de devenir luthier en Finlande. Et la voie royale pour réaliser mon projet de vie, c'est de décrocher le DMA". Aujourd'hui, il travaille sur un présentoir inspiré d'un cabinet Louis XVI. Ce meuble est composé de 6 pieds tournés, d'une entretoise, d'un caisson équipé de niches pour présenter les bijoux de peau Marbella. "Chaque geste doit être précis, maîtrisé. Mais j'ai encore beaucoup à apprendre, avoue l'élève. Au moindre doute, dès que je dois passer un coup de rabot ou de ponceuse, je demande conseil à mon professeur, pour parfaire mon tour de main."

    Le jeune homme le sait, il a encore plus d'un an pour réaliser ses pièces de mobilier à la perfection. Il sait aussi que son choix de formation est le bon : après deux années passées en salle de classe, en atelier et en stage, 100% des élèves qui ont empoché leur DMA trouvent directement un emploi !

    Certains vont devenir ébénistes et exerceront leur art à leur compte, d’autres iront travailler dans un bureau d’étude, dans un centre d’art contemporain ou dans un atelier de design, confirme Jean-Claude Lallement. Nous essayons de former nos élèves au règles fondamentales de l’ébénisterie. Charge à eux de les mettre au service de leur future profession. Et de transmettre, ensuite, leur savoir-faire et leur savoir-être aux générations qui suivront.

    http://www.hautsdefrance.fr/dma-ebeniste-saint-quentin/

     


    Nicolas et Jonas sont apprentis au lycée de l’ameublement de Saint-Quentin et préparent le prestigieux diplôme des métiers d’art.

     

    Lycée des Métiers de l’ameublement
    Rue Fleming, 02100 Saint-Quentin
    03 23 65 09 98

    ameublement.lyc.ac-amiens.fr

     

    Recrutement et Affectation en 1 BMA 2 ébénisterie - Rentrée 2017

    Le recrutement en 1ere année de B.M.A Ébénisterie se fera par l’intermédiaire d’un dossier de candidature UNIQUE. La formation est accessible aux titulaires d’un CAP Ébénisterie et/ou menuisier fabriquant.
    Ce dossier et les pièces jointes sont à rendre au plus tard pour le Mardi 13 juin 2017. Les dossiers arrivés après cette date ne seront pas étudiés.
    Un avis d’affectation ou de refus vous parviendra par courrier et aucun résultat ne sera communiqué par téléphone.

     

    Dossier de candidature : http://ameublement.lyc.ac-amiens.fr/IMG/pdf/fiche_candidature_bma.pdf

     

    Les formations

    Dernier ajout : 28 juin 2016.


     

     


  • Un arrêté publié le 21 avril 2017 au Journal officiel ouvre l'accès aux études de médecine à partir de la deuxième année ou troisième année à de nouveaux publics. Les auxiliaires médicaux, et notamment les diplômés infirmiers, sont concernés par ces nouvelles dispositions. Explications.

    Les infirmiers n'auront plus à passer les épreuves du concours de fin de première année commune aux études de santé (PACES) pour suivre des études médicales, odontologiques, pharmaceutiques ou de sage-femme. Sous certaines conditions, ils pourront en effet accéder directement en deuxième ou troisième année d'études.

    Des candidats affectés en deuxième ou troisième année selon leur profil

    Etudiant examen

    Les études de médecine sont désormais accessibles sans concours de fin de PACES aux IDE.

    L'arrêté dispose que les professionnels paramédicaux justifiant d'un exercice professionnel de deux ans à temps plein et titulaires d'un diplôme sanctionnant au moins trois années d'études supérieures sont éligibles à ce dispositif. Chaque année, le nombre de places affecté en deuxième et troisième année à chaque filière est fixé par un arrêté des ministres chargés de l'enseignement supérieur et de la santé.

    Pour tenter d'être admis en deuxième ou troisième année d'études de médecine, les candidats doivent présenter un dossier de candidature, au plus tard le 31 mars de chaque année, auprès d'une unité de formation et de recherche médicale, odontologique ou pharmaceutique, ou d'une structure dispensant la formation de sage-femme. Un jury d'admission se charge ensuite, après examen des dossiers de candidatures, de sélectionner les candidats qui seront convoqués à un entretien. À la suite de la sélection, le jury affecte les candidats admis dans l'année, deuxième ou troisième, qui correspond le mieux à leur profil et les répartit entre les établissements.

    À noter que les candidats ne peuvent postuler qu'à une seule filière et leur dossier de candidature ne peut être déposé que dans un seul établissement de formation. Soulignons également que les postulants ne pourront soumettre leur candidature que deux fois, quelle que soit la filière.

    Les dossiers devant être déposés au plus tard le 31 mars de chaque année, cette mesure devrait être effective à la rentrée 2018.

    https://www.infirmiers.com/profession-infirmiere/legislation/medecine-infirmiers-admissibles-directement-2e-3e-annee.html

     

     


  • Ouverture d’un nouveau CAP en 1 an option art du tournage (Rentrée 2017), accessible après un diplôme métiers du bois.

    Ce CAP offre une réelle opportunité d’acquérir de nouvelles compétences et un nouveau savoir faire dans le domaine du bois, il permet de déboucher sur une poursuite d’études D.M.A ornements et objets : spécialités tournage d’art.

     

    LYCEE DES METIERS DE L’AMEUBLEMENT
    RUE FLEMING
    02100 ST QUENTIN
    03.23.65.09.98
    ce.0020051v@ac-amiens.fr
     

    Ce dossier et les pièces jointes sont à rendre au plus tard pour le mercredi 17 mai 2017. Un avis d’affectation ou de refus vous parviendra par courrier.

    http://ameublement.lyc.ac-amiens.fr/spip.php?article45

     


  • Micro-lycée de Saint-Quentin (Académie d'Amiens)

    Un micro-lycée accueille des élèves volontaires, aux itinéraires complexes, sans solution de scolarité à qui il propose

    des parcours de reprise d’études. Cette structure est rattachée à un EPLE (Établissement Public Local d'Enseignement)

    et bénéficie de moyens de l’académie et des partenaires, dont des collectivités territoriales, notamment la région.

    • Le micro-lycée propose un module de rescolarisation
      de niveau Seconde (générale, technologique ou professionnelle) dès la rentrée 2017.
    • Un module diplômant pour passer le BAC à la rentrée 2018.

     

    Plaquette de présentation du micro-lycée de Saint-Quentin format PDF - 4.3 Mo

    Dossier de candidature 2017-2018 du micro-lycée de Saint-Quentin format Word - 602 ko

    Les dossiers sont à renvoyer au lycée Jean Bouin. La date de renvoi du dossier n'est pas encore arrêtée à ce jour. Une date sera retenue pour courant juin 2017.

     

    Une Commission se réunit pour étudier les éléments de motivation. Cette commission doit impliquer les acteurs du micro-lycée qui auront ensuite à travailler au quotidien avec le candidat. Elle impliquera également l’IEN-IO ou sa représentante. Elle pourrait mobiliser deux binômes chargés chacun en parallèle de recevoir les candidats. Trois dates ont étaient arrêtées en juin : Mardi 13 Juin et Jeudi 22 Juin 2017
     

    Lycée Jean Bouin

    Lycée des métiers des services à la personne et aux collectivités
    Rue Gaston Bachelard
    02100 Saint-Quentin
    Tel : 03 23 62 85 00
     
     
     
     

  • AbiBac est la contraction de Abitur (examen de maturité équivalent allemand du bac français) et baccalauréat.

    L'obtention simultanée des deux diplômes est proposée dans certains lycées à la suite de l'accord du 31 mai 1994 signé entre l'Allemagne et la France, l'Accord intergouvernemental franco-allemand.

    L'AbiBac, selon les textes officiels, constitue « la délivrance simultanée du baccalauréat et de l'Abitur ».

     

    Cité scolaire Henri Martin
    1 Rue Gabriel Girodon,
    02100 Saint-Quentin
    Téléphone : 03 23 06 38 38

     

    Des entretiens de motivation sont organisés, en allemand, les 22, 23 et 24 mai 2017 pour les élèves de 3e voulant postuler pour cette affectation. (Fiche de pré-inscription pour le 08 avril).

    Prendre contact avec le lycée.

    http://cache.media.education.gouv.fr/image/01_-_janvier/34/2/15-01-Logo-Abibac-final_701342.95.JPG

    La délivrance simultanée du baccalauréat français et de l'Abitur (Allgemeine Hochschulreife allemande) permet aux élèves français et allemands de préparer les deux diplômes :

    • en France à partir de la classe de seconde des séries générales (L, E.S. et S)
    • en Allemagne à partir de la Gymnasiale Oberstufe

    Cette formation est préparée dans les lycées à section binationale "Abibac".

     

    Le dispositif repose sur des partenariats entre établissements français et établissements allemands permettant :

    • des échanges d'élèves
    • une coopération entre les enseignants pendant le cursus de formation

     

    L'enseignement est donné dans la langue du partenaire pour certaines disciplines spécifiques :

    • langue et littérature (allemand en France, français en Allemagne)
    • histoire et géographie en France
    • histoire et autre discipline de sciences sociales en Allemagne

    Cet enseignement dans la langue du partenaire est assuré à raison d'environ 9 heures hebdomadaires au minimum. En règle générale pendant les trois années scolaires et au minimum pendant les deux années scolaires précédant l'examen.

     

    Le déroulement des examens

    En France
    et dans les lycées français en Allemagne comportant une section Abibac

    Les élèves passent :

    • en français les épreuves correspondant à leur série et comptant pour le seul baccalauréat
    • en allemand les épreuves spécifiques comptant à la fois pour le baccalauréat et pour l'Abitur : histoire-géographie (à l'écrit) et allemand (à l'écrit et à l'oral).
      Les élèves ayant passé avec succès ces épreuves reçoivent, outre le diplôme du baccalauréat, une attestation de succès à l'Abitur. Cette attestation est délivrée par les autorités compétentes du Land de leur établissement partenaire.

     


  • Le guide Après un Bac + 2 :

    Afin de guider les étudiants dans leur choix de poursuite d'études, ce document de 64 pages recense de façon détaillée les formations accessibles après un bac+2 dans l'académie d'Amiens : diplômes d'écoles de commerce, d'art ou d'ingénieurs, bachelors, licences (L3), licences professionnelles, titres homologués…

    Visuel Guide bac+2 rentrée 2017

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le guide "Après un bac+2" est diffusé gratuitement, au mois de mars, aux étudiants de l'académie d'Amiens.

     

    Fiches pratiques : les licences professionnelles dans l'académie d'Amiens

    Les licences professionnelles à la rentrée 2017.pdf (796,93 ko)

     

    La licence professionnelle : 

    La licence professionnelle est, en France, un diplôme national d'enseignement supérieur de niveau 2.

    Le diplôme se prépare à l'IUT, à l'université, en école, en lycée ou en CFA (Centre De Formation Apprentis), après un diplôme national validant deux années d'enseignement supérieur (DEUG, DUT ou BTS) ou d'un titre ou diplôme homologué au niveau III par l'État.

    La formation dure un an et peut être initiale ou continue (alternance, apprentissage, etc.).

    Elle vise l'insertion professionnelle avec 12 à 16 semaines de stage, ainsi que des missions professionnalisantes, appelées projets tutorés.

    Bien que sa finalité soit l'insertion professionnelle immédiate, en tant que diplôme de niveau II, elle peut permettre à certains étudiants l'inscription dans certains masters professionnels ou écoles. Elle s'insère aussi dans le schéma LMD

     

    Une année d’études après un bac + 2

    La licence professionnelle est un diplôme national délivré par une université conférant le grade de licence, qui se prépare en deux semestres après un bac + 2. La licence professionnelle valide l’obtention de 60 crédits E.C.T.S. et correspond à un niveau global de 180 crédits E.C.T.S..

    Une formation qualifiante pour l'emploi

    La licence professionnelle est conçue dans un objectif d’insertion professionnelle directe. Elle répond aux engagements européens qui prévoient un cursus licence adapté aux exigences du marché du travail en Europe ainsi qu'à la demande de nouvelles qualifications, entre le niveau technicien supérieur et le niveau ingénieur-cadre supérieur.

    Elle permet aux étudiants qui le souhaitent d'acquérir rapidement une qualification professionnelle répondant à des besoins et à des métiers clairement identifiés.

    Les 173 mentions de licence professionnelle couvrent une large palette de métiers dans tous les secteurs professionnels : le domaine de la production agricole ou industrielle et le secteur tertiaire avec notamment le commerce, le transport, les services marchands et les services aux personnes et aux collectivités.

     

     

     


  • La journée des Arts au lycée Henri Martin est ouvert au public de 12h à 14h, le jeudi 4 mai 2017

    COLLÈGE ET LYCÉE
    HENRI MARTIN
    Établissements publics

    1 rue Gabriel Girodon
    02100 Saint-Quentin

    03 23 06 38 38

    Journée des Arts au Lycée Henri Martin - Saint-Quentin

     

     


  • Le compte personnel de formation (CPF) remplace le droit individuel à la formation (Dif) depuis le 1er janvier 2015.

     

    Le CPF a remplacé le droit individuel à la formation (Dif) mais les salariés ne perdent pas les heures acquises au titre du Dif et pourront les mobiliser jusqu'au 31 décembre 2020. Le CPF fait partie du compte personnel d'activité (CPA).

     

    Le CPF a été conçu pour inciter les salariés à prendre en main leur formation et pour faciliter une démarche d’apprentissage tout au long de la vie.

    Il recense :

    Les heures de formation acquises par le salarié tout au long de sa vie active et jusqu'à son départ à la retraite, et les formations dont peut bénéficier personnellement le salarié.

    Il s'agit de formations permettant notamment :

        d'acquérir une qualification (diplôme, titre professionnel, etc.),

        ou d'acquérir le socle de connaissances et de compétences,

        ou d'être accompagné pour la validation des acquis de l'expérience (VAE),

        ou de réaliser un bilan de compétences,

        ou de créer ou reprendre une entreprise.

    D'autres formations répertoriées sur une liste définie par les partenaires sociaux sont également éligibles.

     

    La réforme de la formation professionnelle : CPF, CPA, CEP...

    service-public.fr

    Pour avoir accès à ces informations personnalisées (heures, formations éligibles), il convient de se connecter au site internet dédié au CPF et d'ouvrir un compte en étant muni de son numéro de sécurité sociale :

    http://www.moncompteformation.gouv.fr/

    Vos heures CPF sont créditées automatiquement dans votre espace personnel sécurisé durant le 1er semestre de chaque année, sur la base des déclarations de votre(vos) employeur(s) pour l’année précédente (DADS ou DSN La déclaration annuelle des données sociales).

    Cet espace vous permet :

        de consulter le nombre d’heures CPF créditées sur votre compte,

        de sauvegarder vos heures DIF non utilisées,

        de rechercher des formations et de les sauvegarder,

        de remplir votre dossier de formation,

        de donner votre accord pour utiliser vos heures CPF afin de financer une formation.

     

    Le compte personnel de formation suit le salarié tout au long de sa carrière. Si celui-ci quitte son entreprise, il part avec son compte et ses heures de formation.

    Si le salarié se retrouve au chômage, il ne cotise plus sur son CPF, mais il peut justement utiliser ses heures pour monter en compétences et retrouver plus facilement un emploi.

    Contrairement au DIF, où l'entreprise avait un droit de regard sur le contenu de la formation choisie par son salarié, avec le CPF, celui-ci est beaucoup plus indépendant :

    - S'il veut se former en dehors de ses heures de travail : il n’a rien à demander à son employeur et peut s’inscrire à la formation de son choix sans son autorisation

    - S'il veut se former sur ses heures de travail : il doit impérativement obtenir l’autorisation de son employeur pour cela. L’entreprise a un mois pour répondre à ce type de demande. Si elle laisse passer ce délai, la formation est considérée comme étant acceptée.

     

    À compter du 15 mars 2017, il est notamment possible d'utiliser le CPF pour financer son permis B (préparations à l'épreuve théorique du code de la route et à l'épreuve pratique du permis de conduire).

    Il faut que :

        l'obtention du permis contribue à la réalisation d'un projet professionnel ou à favoriser la sécurisation du parcours professionnel du titulaire du compte,

        et que le titulaire du compte ne fasse pas l'objet d'une suspension de son permis ou d'une interdiction de solliciter un permis (cette obligation est vérifiée par une attestation sur l'honneur de l'intéressé).

    Pour être prise en charge, la préparation au permis B doit être assurée par un établissement agréé et déclaré en tant qu'organisme de formation.

     

    Le CPA : La fiche pratique

    Le compte personnel d’activité (CPA) est un outil qui permet à chacun de faire évoluer sa carrière et de sécuriser son parcours professionnel. Créé par la loi « travail » du 8 août 2016, il regroupe les droits issus de trois comptes :

    le compte personnel de formation (CPF),

    le compte personnel de prévention de la pénibilité (CPP- Le Compte Prévention Pénibilité permet aux salariés qui sont exposés à un ou plusieurs facteurs de  risques professionnels au-delà des seuils fixés par décret, d’acquérir des points.)

    et le compte d’engagement citoyen (CEC recenser les activités bénévoles ou de volontariat de son titulaire, et de permettre d’acquérir des heures inscrites sur le Compte Personnel de Formation CPF).

     

    Le CPA concerne tous les actifs à partir de 16 ans (dès 15 ans pour les apprentis).

    Le portail www.moncompteactivite.gouv.fr permet, au titulaire d’un CPA, de consulter les droits qu’il a acquis sur chacun des comptes, d’être informé sur leur utilisation possible et de bénéficier de services pour l’aider à construire son projet professionnel.

     

    À partir de janvier 2017, chaque actif peut créer son compte sur internet ou application mobile.

    • Les salariés du secteur privé et les demandeurs d’emploi auront accès au CPA dès janvier 2017.
    • Les fonctionnaires, les agents publics, les agents des chambres de commerce et d’industrie, des chambres de métiers et de l’artisanat et des chambres d’agriculture accumuleront leurs droits au CPA dès janvier 2017.
    • Les travailleurs indépendants auront accès au CPA à partir du 1er janvier 2018.

     

    Qui est concerné par le CPA ?

    Le CPA est ouvert pour toute personne âgée d’au moins 16 ans se trouvant dans l’une des situations suivantes :

    1° Personne occupant un emploi, y compris lorsqu’elle est titulaire d’un contrat de travail de droit français et qu’elle exerce son activité à l’étranger ;

    2° Personne à la recherche d’un emploi ou accompagnée dans un projet d’orientation et d’insertion professionnelles ;

    3° Personne accueillie dans un établissement et service d’aide par le travail (ESAT) ;

    4° Personne ayant fait valoir l’ensemble de ses droits à la retraite.

     

    Un compte personnel d’activité est ouvert dès l’âge de 15 ans pour le jeune qui signe un contrat d’apprentissage (à condition qu’il justifie avoir accompli la scolarité du 1er cycle de l’enseignement secondaire).

     

    Les personnes âgées d’au moins 16 ans qui n’exercent pas d’activité professionnelle et qui ne sont pas demandeurs d’emploi peuvent néanmoins ouvrir un CPA afin de bénéficier du compte d’engagement citoyen et accéder aux services en ligne du portail.

     

    L’utilisation des droits acquis sur le CPA relève de l’initiative du salarié. La loi précise en effet que le compte ne peut être mobilisé qu’avec l’accord exprès de son titulaire. Le fait de ne pas utiliser ses droits inscrits sur son CPA, ne constitue pas une faute pour le salarié.

     

    Le CPA organise la conversion des droits selon les modalités prévues par chacun de ces comptes : compte personnel de formation (CPF), compte personnel de prévention de la pénibilité (CPP), compte d’engagement citoyen (CEC).

    Le titulaire du CPA a droit à un accompagnement global et personnalisé destiné à l’aider à exercer ses droits pour la mise en œuvre de son projet professionnel. Cet accompagnement est fourni notamment dans le cadre du conseil en évolution professionnelle (CEP)

     

    Conseil en évolution professionnelle (CEP)

    Un conseil universel en évolution professionnelle attaché à la personne tout au long de sa vie active.

    Le conseil en évolution professionnelle (CEP) constitue pour chaque actif une opportunité de faire le point sur sa situation professionnelle et engager, le cas échéant, une démarche d’évolution professionnelle.

    Il a pour ambition de favoriser l’évolution et la sécurisation de son parcours.

    Il vise à accroître ses aptitudes, ses compétences et ses qualifications, en facilitant notamment son accès à la formation.

    À quoi sert le conseil en évolution professionnelle ?

    Le conseil en évolution professionnelle (CEP) est une offre de services en information, en conseil et en accompagnement personnalisés de projets d’évolution professionnelle. Elle est gratuite, confidentielle et accessible à chaque actif.

    Il n’existe pas de parcours type. L’offre de services, structurée sur trois niveaux, est mobilisée en fonction de la situation et du projet de la personne ; tous les services ne sont pas obligatoirement mis en œuvre.

    Niveau 1 : un accueil individualisé doit permettre au bénéficiaire d’analyser sa situation professionnelle, de décider de la poursuite ou non de ses démarches et d’identifier les acteurs susceptibles de l’aider.

    Niveau 2 : un conseil personnalisé, qui s’inscrit dans une démarche dynamique et itérative, doit permettre au bénéficiaire :

        de clarifier sa demande et de définir ses priorités ;

        d’identifier les compétences transférables dans une perspective de mobilité professionnelle et/ou à acquérir pour favoriser son évolution professionnelle (besoins de formation) ;

        de repérer les emplois correspondant aux compétences acquises ;

        de définir son projet professionnel et d’en apprécier la faisabilité au regard des opportunités identifiées (stratégie).

    Niveau 3 : un accompagnement personnalisé à la concrétisation de son projet qui consiste à établir et suivre le déroulement d’un plan d’action.

    Dans sa démarche, la personne active bénéficie de l’appui pédagogique d’un conseiller qui doit lui permettre de faire des choix professionnels éclairés et autonomes. Il est son référent de parcours.

    Son intervention consiste à l’aider à :

        prendre du recul sur sa situation et son parcours professionnels ;

        mieux appréhender son environnement professionnel, l’évolution des emplois et des métiers sur son bassin d’emploi ;

        formaliser et concrétiser son projet d’évolution professionnelle ;

        identifier les services et les prestations susceptibles d’être mobilisés ;

        élaborer, le cas échéant, un parcours de formation et son plan de financement.

     

    Comment mobiliser le conseil en évolution professionnelle et qui contacter ?

    En fonction de son besoin, la personne active prend l’initiative de recourir ou pas à un conseil en évolution professionnelle dans de multiples configurations, soit en anticipation d’une mobilité professionnelle, soit en période de transition professionnelle, ou encore dans le cadre d’une création ou d’une reprise d’entreprise.

    La personne s’adresse, selon sa situation, à l’un des opérateurs CEP prévus par la loi :

        à un OPACIF (Organisme Paritaire Agréé au titre du Congé Individuel de Formation) ;

        à Pôle emploi ;

        à l’APEC (Association pour l’emploi des cadres) ;

        à la mission locale ;

        à Cap emploi ;

        ou encore à l’un des opérateurs régionaux désignés par la région.

     

    Les salariés sont informés par l’entreprise de la possibilité de recourir au conseil en évolution professionnelle, notamment à l’occasion de l’entretien professionnel dont le contenu peut s’articuler avec celui du CEP. Il n’est pas nécessaire d’obtenir l’accord de l’employeur pour bénéficier du CEP.

     

    L’accompagnement de la personne dans le cadre du conseil en évolution professionnelle est réalisé sur le temps libre.

    Un accord de branche ou d’entreprise peut prévoir les conditions dans lesquelles celui-ci peut être mobilisé sur le temps de travail.

     

    En quoi consiste l’entretien professionnel ?

    Depuis le 7 mars 2014, chaque salarié doit être informé, dès son embauche, qu’il bénéficie tous les deux ans d’un entretien professionnel à l’initiative de son employeur, quelle que soit la taille de l’entreprise.

    L’entretien professionnel est consacré aux perspectives d’évolution professionnelle du salarié, notamment en termes de qualifications et d’emploi. À cet effet, l’employeur informe ses salariés, en amont ou à l’occasion de cet entretien, de la possibilité de recourir à des services de conseil en évolution professionnelle – CEP –, gratuits, dispensés par des opérateurs du CEP qui pourront à des fins de préparation de l’entretien l’aider à faire le point sur sa situation et ses compétences professionnelles ou encore l’accompagner dans ses projets professionnels.

    Il permet d’entretenir la motivation de chaque salarié, d’identifier ses besoins d’accompagnement et/ou de formation, et de l’impliquer dans la construction et la gestion de son parcours. Il prépare le salarié à être acteur de son évolution professionnelle.

    L’entretien professionnel se distingue de l’entretien annuel d’évaluation qui permet de faire le bilan de l’année écoulée (missions et activités réalisées au regard des objectifs fixés, difficultés rencontrées, points à améliorer…) et de fixer les objectifs professionnels et les moyens à mettre en œuvre pour l’année à venir.

    Les points obligatoirement abordés au cours de l’entretien professionnel concernent :

        l’évolution professionnelle du salarié, notamment en termes de qualification et d’emploi ;

        les questions relatives au suivi des actions de formation, de certification et de progression salariale ou professionnelle du salarié ;

        l’évaluation de son employabilité ;

        la réflexion sur l’avenir du salarié, le poste occupé et son projet professionnel.

     

    La responsabilité de l’organisation de l’entretien professionnel incombe à l’employeur

     

    Qui peut vous conseiller ?

    Vous pouvez solliciter l’OPCA dont dépend votre entreprise, et lui soumettre vos questions. Un certain nombre d’entre eux ont réalisé des guides, des plaquettes ou dispose sur leur site internet d’espace dédié, décrivant les modalités d’organisation et les enjeux de l’entretien professionnel.

    Un OPCA est un "Organisme Paritaire Collecteur Agréé" en charge de collecter les obligations financières des entreprises en matière de formation professionnelle. Il constitue également un interlocuteur privilégié pour les salariés qui souhaitent se former.

    L'Organisme Paritaire Collecteur Agréé est chargé de collecter, mutualiser et redistribuer les obligations financières versées par les entreprises au titre de la formation professionnelle.

     

    Il existe 21 OPCA : Afdas (culture, communication, médias, loisirs), Anfa (services automobiles), Constructys (BTP), Fafiec (sociétés du numérique, de l'ingénierie, du conseil, des études et des métiers de l'évènement), Fafih (hôtellerie et restauration), FAF.TT (travail temporaire), Fafsea (entreprises agricoles), Forco (commerce de détail et distribution), Intergros (commerce de gros et du commerce international), Opca 3+ (industries de l'ameublement, du bois, des matériaux pour la construction et l'industrie et de l'intersecteur des papiers cartons), Opca Baia (banques, sociétés d'assurances, mutuelles d'assurances, agences générales d'assurances, sociétés d'assistance), Opca CGM (industries graphiques), Opca Defi (chimie, pétrole, pharmacie, parapharmacie/vétérinaire, plasturgie), Opcalia (29 branches professionnelles), Actalians (professions libérales, établissements de l'hospitalisation privée et de l'enseignement privé), Opca Transports (transports), Opcaim (industries de la métallurgie), Opcalim (agro-alimentaire), Unifaf (secteur sanitaire, social et médico-social), Uniformation (économie sociale, habitat social et protection sociale).

     

    Et 2 OPCA interprofessionnels, OPCALIA et Agefos PME, dont le rôle est de collecter les fonds de formations des entreprises n'ayant pas d'obligation de verser à un OPCA de branche ou dont les branches professionnelles les ont désignés.

     

    Qu'est-ce que le Fongecif ?

    C'est un organisme paritaire d’Accompagnement, d'Information, d'Orientation et financeur d'actions de formation. Les FONGECIF gèrent les CIF (Congés Individuels de Formation), le CBC (Congés Bilan de Compétences) et le Congé VAE (Validation des Acquis de l'Expérience), dans le cadre de la formation continue.

     

    Ces fonds sont financés par les entreprises via le paiement obligatoire de la contribution à la formation de leurs employés. Même les salariés dont les entreprises ne sont pas assujetties peuvent réaliser une demande de financement. Il est à noter que l'employé faisant appel à un FONGECIF n'est pas tenu d'en informer son employeur.

     

    C'est un outil paritaire régional au service des salariés.

    Dans les conditions définies ci-dessus, le FONGECIF prend en charge tout ou partie des dépenses afférentes aux Congés Individuels de Formation, aux Congés de Bilans de Compétences et de Validation des Acquis de l’Expérience, des Formation hors temps de travail, du Compte personnel de formation dont bénéficient les salariés des entreprises ou établissements relevant de son champ d’application régional.

    Suite à la réforme de mars 2014, ce sont désormais les OPCA qui sont chargés de collecter les contributions des entreprises en lien avec les CIF puis de les reverser aux FONGECIF via le FPSPP (Fonds Paritaire de Sécurisation des Parcours Professionnels)

    Cette disposition prend effet à compter de la collecte 2016 (masse salariale 2015).

    http://www.fongecif-picardie.fr/

     

     

     

     


  • la Foire Exposition réunira cette année encore les savoir faire de différents domaines d’activités de notre département (l’Aisne) et de la région Hauts-de-France, mais également de la France, ainsi que ceux de certains pays Européens.

    Parmi les secteurs d’activité représentés, nous retrouverons: le monde industriel, l’habitat, l’artisanat, la gastronomie, l’automobile, le transport, la construction, les collectivités, le tourisme, la distribution, les services, l’enseignement, le sport mais aussi la ruralité, le monde agricole ainsi que le monde animalier. Soit environ 250 exposants.

    Pour cette nouvelle édition, le GRETA SAINT-QUENTIN CHAUNY a décidé de conforter sa présence et d’être force de propositions sur ces domaines en termes de formations et d’accompagnements.

    Sur le champ de foire, du 24 au 28 mai 2016, à la 2de édition de la Foire exposition de Saint-Quentin. L’entrée est gratuite!

     

     

     

     

     

     
     

     


  • Rénovation en septembre 2017.

    Ouverture du CAP commercialisation et services en hôtel-café-restaurant, suite à la Fusion des CAP restaurant, services en brasserie-café et services hôteliers.

    Cette formation est dispensée au lycée des métiers du bâtiment et de l'hôtellerie Colard Noël. 132 avenue de la république à Saint-Quentin.

    Fusion des CAP restaurant, services en brasserie-café et services hôteliers


  • À partir de la rentrée 2017, les universités pourront choisir leurs étudiants à l’entrée du M1. Mais, parallèlement, tous les étudiants titulaires d'une licence et souhaitant poursuivre leurs études devront se voir proposer une place en master.

     

    Sur la base de ces informations, le candidat effectue, de mars à juillet, des demandes d’inscription dans les masters de son choix. En cas de refus, l’étudiant peut alors faire jouer son « droit à la poursuite d’études » en s’adressant au recteur. Lequel, après un dialogue avec les établissements, doit formuler trois propositions, en lien avec la licence et le projet de la personne, et en essayant de privilégier des masters dans la même académie.

     

    Une sélection à l'entrée du M1

    Les universités pourront donc "fixer des capacités d'accueil pour l'accès" au M1 et, dans ce cas, "l'admission des étudiants sera subordonnée à un concours ou à l'examen du dossier du candidat". La sélection entre le M1 et le M2 disparaîtra alors.

    Quelques exceptions seront admises : certains masters continueront d'accepter tous les titulaires d'une licence et maintiendront une sélection entre le M1 et le M2. Ce devrait être le cas uniquement en droit et en psychologie.

    Comment se traduira ce "droit à la poursuite d'étude des étudiants" ?

    Vous pourrez toujours postuler à autant de masters que vous le souhaitez et pour cela, vous pourrez également vous appuyer sur un portail Internet des masters piloté par le ministère de l’éducation, de l’enseignement supérieur et de la recherche appelé trouvermonmaster.gouv.fr : cette plateforme, qui ouvrira en janvier 2017, devrait recenser l'ensemble des masters proposés sur le territoire, les pré-requis exigés, et les mentions de licences permettant de candidater.

     

    Dans l'hypothèse où vous ne seriez retenu dans aucun des masters demandés, c'est le recteur de la région académique qui jouera le rôle de médiateur. Il devra faire trois propositions de formations, tenant compte "du projet professionnel de l'étudiant et des prérequis des formations."

     

    Les masters de droit et de psychologie seront également en ligne sur cette plateforme Trouvermonmaster.gouv.fr, même s’ils font exception avec un régime dérogatoire leur permettant de rester dans l’ancien système de sélection entre la première et la seconde année de master.

     

     

     

     


  •  

    Du nouveau et de l'ancien au Lycée professionnel Françoise Dolto à Guise


  • La date limite pour compléter et confirmer les candidatures était fixée au 2 avril. Une confirmation automatique des candidatures complètes a eu lieu le 3 avril. Un candidat qui à ce jour n'aurait pas confirmé une ou plusieurs candidatures doit prendre contact avec les établissements d'accueil : ces derniers ont la possibilité d'octroyer un délai de confirmation supplémentaire. Il convient de ne pas attendre pour prendre contact avec les établissements, la récupération des candidatures débutant le 7 avril.

     

    Dans le cadre de l'expérimentation que mène l'académie d'Amiens sur l'orientation post-secondaire (procédure d'alerte), une photographie de l'état de confirmation des candidatures des élèves sur admission postbac a été réalisée à la date du 4 avril.

    Les élèves qui n’auraient pas confirmé une de leurs candidatures doivent se rapprocher de l’établissement demandé qui pourra leur donner (s’il le souhaite) la possibilité de confirmer hors délai.

    Établissement d’accueil :

    Confirmation hors délai : vous avez la possibilité de permettre aux candidats, qui vous en font la demande, de confirmer leur candidature pour une de vos formations.


    Dans l’onglet Candidatures > Candidats, faire une recherche par nom ou numéro, sur le résultat de la recherche vous pourrez constater que le candidat n’a pas confirmé, cliquer sur la ligne correspondante pour ouvrir le dossier puis sur la rubrique « Confirmation hors délai », vous aurez alors accès au bouton « Confirmation hors délai » sur lequel vous cliquez pour accorder 24h. Indiquez au candidat qu’il doit confirmer dans les 24h.

     

     


  • Enseignements d’exploration en seconde générale et technologique

    En complément des enseignements communs, les élèves choisissent deux enseignements d'exploration de 1 h 30 par semaine chacun (à l'exception des langues et cultures de l'antiquité et de la LV3 qui ont un horaire de 3h ou d'enseignements spécifiques comme création et culture-design, arts du cirque ou EPS). Ces enseignements ont pour finalité :

    • de faire découvrir des champs disciplinaires de connaissances et les méthodes associées
    • d'informer sur les cursus possibles au cycle terminal et dans le supérieur : IUT, classes préparatoires, université, etc.
    • d'identifier les activités professionnelles auxquelles ces cursus peuvent conduire

    Chacun peut ainsi expérimenter de nouvelles disciplines, afin de faciliter ensuite ses choix d'orientation.
    Ces enseignements ont un horaire de 54 heures par an, soit 1h30 par semaine en moyenne.

    C'est en fin de 3e que les élèves devront choisir ces enseignements. Leur demande sera satisfaite dans la limite des places disponibles

     

    Deux enseignements au choix

    Chaque élève choisit deux enseignements d’exploration, qui ne conditionnent en rien son orientation en première :

    1. au moins un enseignement d’exploration d’économie : "principes fondamentaux de l’économie et de la gestion" ou "sciences économiques et sociales"
    2. un second enseignement d’exploration, différent du premier, à choisir parmi 14 matières ou domaines

     

    Une offre complémentaire pour les enseignements technologiques

    Par dérogation, les élèves particulièrement motivés par les technologies peuvent choisir en plus de l'enseignement d'économie, deux enseignements d'exploration technologiques parmi : biotechnologies, sciences et laboratoire, santé et social, création et innovation technologiques, sciences de l'ingénieur. L'objectif est de valoriser la découverte de la voie technologique.

     

    Un seul enseignement d'exploration pour des formations spécifiques

    Les deux enseignements d'exploration peuvent être remplacés par un seul enseignement, en raison du poids horaire de ces enseignements et de l'investissement qu'ils exigent de la part des élèves qui les choisissent.

    • éducation physique et sportive : 5h hebdomadaires
    • création et culture design : 6 h hebdomadaires
    • arts du cirque : 6 h hebdomadaires

     

    Objectifs par enseignement d'exploration

    Au moins un enseignement d’exploration d’économie :

    Principes fondamentaux de l’économie et de la gestion

    Découvrir les notions fondamentales de l’économie et de la gestion par l’observation et l’étude de structures concrètes et proches des élèves (entreprises, associations, etc.).

    Sciences économiques et sociales

    Découvrir les savoirs et méthodes spécifiques à la science économique et à la sociologie, à partir de quelques grandes problématiques contemporaines

     

    Un second enseignement d’exploration, différent du premier :

    Biotechnologies

    • découvrir les protocoles expérimentaux, les procédés bio-industriels

    • aborder les questions de qualité et de sécurité biologiques

    • réfléchir à la place des sciences et des biotechnologies dans la société actuelle

    Création et activité artistiques : Arts visuels ou Arts du son ou Arts du spectacle ou Patrimoines

    • explorer divers lieux et formes et la création artistique contemporaine

    • apprécier les enjeux économiques, humains et sociaux de l’art

    • découvrir la réalité des formations et métiers artistiques et culturels

    Création et innovation technologiques

    • comprendre la conception d’un produit ou d’un système technique faisant appel à des principes innovants et répondant aux exigences du développement durable

    • explorer de manière active des domaines techniques et les méthodes d’innovation

    Informatique et création numérique

    • permettre aux élèves d'appréhender l'informatique dans sa dimension scientifique 

    • réfléchir aux enjeux de société qu'impliquent les usages de l'informatique

    Langue vivante 3

    • découvrir une langue nouvelle et une autre culture

    • acquérir les bases de la communication orale et écrite ainsi qu’un nouveau système graphique pour certaines langues

    Langues et cultures de l'Antiquité : latin ou grec

    • explorer trois sujets d’étude : l’homme romain/grec, le monde romain/grec, les figures héroïques et mythologiques

    • pratiquer la lecture des textes, notamment un extrait significatif d’une œuvre intégrale

    Littérature et société

    • connaître les enjeux, la variété et l’intérêt d'une formation littéraire et humaniste

    • percevoir les interactions entre la littérature, l’histoire et la société

    • explorer la diversité des cursus et des activités professionnelles liées aux études littéraires

    Méthodes et pratiques scientifiques

    • se familiariser avec les démarches scientifiques autour de projets interdisciplinaires

    • comprendre l’apport et la place des sciences dans les grandes questions de société

    • découvrir certains métiers et formations scientifiques

    Santé et social

    • découvrir les liens entre la santé et le bien-être social

    • aborder la préservation de la santé de la population et de la protection sociale

    • explorer les métiers du médical, du paramédical et du social

    Sciences de l’ingénieur

    • analyser comment des produits ou des systèmes complexes répondent à des besoins sociétaux à travers la question du développement durable

    •  découvrir les objectifs et les méthodes de travail propres aux sciences de l’ingénieur

    Sciences et laboratoire

    • découvrir et pratiquer des activités scientifiques en laboratoire

    • apprendre à connaître et utiliser des méthodologies et des outils propres aux différentes disciplines scientifiques concernées

     

    Un seul enseignement d'exploration pour des formations spécifiques :

    Arts du cirque

    • s’initier à l’univers du cirque, en collaboration avec un partenaire culturel habilité

    • acquérir des savoir-faire fondamentaux dans les différentes techniques circassiennes

    • se constituer une culture des arts du cirque et du spectacle vivant

    Éducation physique et sportive

    Suivre une formation pratique, exigeante et rigoureuse dans le domaine des activités physiques, sportives et artistiques (APSA)

    Création et culture design

    • acquérir les bases d’une pratique exploratoire et créative du design

    • appréhender une démarche de conception fondée sur des approches sensibles, plastiques, technologiques, économiques de différentes cultures et différentes époques

    http://www.education.gouv.fr/cid52692/les-enseignements-nouvelle-seconde.html

     

     

    Ce guide détaille les enseignements d'exploration proposés en classe de seconde générale et technologique dans l'académie d'Amiens.

    visuel guide EDE

     

     

     


  • Le samedi 8 avril au Palais de Fervaques à Saint-Quentin.

    De 13h30 à 18h

    Forum Jobs d'été à saint-Quentin, 8 avril 2017