• L'École compte parmi ses missions fondamentales celle de faire acquérir le respect de l'égalité entre femmes et hommes. À cette fin, elle veille à favoriser, à tous les niveaux, la mixité et l'égalité, notamment en matière d'orientation, ainsi qu'à prévenir les comportements sexistes et les violences qui peuvent en résulter.

     

    Une politique éducative en faveur de l'égalité à l'école

    Le code de l'éducation rappelle que la transmission de la valeur d'égalité entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes, se fait dès l'école primaire. Cette politique publique est une condition nécessaire pour que, progressivement, les stéréotypes s'estompent et que d'autres modèles de comportement se construisent sans discrimination sexiste ni violence. Elle a pour finalité la constitution d'une culture de l'égalité et du respect mutuel.

    Les établissements sont invités à inscrire cette problématique dans leur règlement intérieur et à mettre en place, dans le cadre des comités d'éducation à la santé et à la citoyenneté (CESC), des actions de sensibilisation et de formation dédiées. Les écoles, collèges et lycées sont également incités à nouer des partenariats, notamment avec des acteurs du monde économique et professionnel ou du secteur associatif, pour développer des projets éducatifs autour de l'égalité. Pour ce qui concerne les contenus d'enseignement, le socle commun de connaissances, de compétences et de culture et les programmes d'enseignement moral et civique ainsi que les quatre parcours éducatifs de l'élève (parcours citoyen, parcours d'éducation artistique et culturelle, parcours éducatif de santé, parcours Avenir) identifient précisément le respect de l'autre sexe et le refus des stéréotypes parmi les compétences sociales et civiques que tout élève doit acquérir.

    Une situation contrastée

    Les filles réussissent mieux que les garçons

    Dès l'école primaire, les filles obtiennent de meilleurs résultats scolaires que les garçons. Elles redoublent moins, leur taux de réussite au diplôme national du brevet et au baccalauréat est plus élevé.

    ...mais n'ont pas les mêmes parcours scolaires

    À la fin du collège, quels que soient leur milieu social d’origine ou leur réussite scolaire, les filles s’orientent davantage vers l’enseignement général et technologique que vers l’enseignement professionnel (et très rarement dans les sections industrielles).
    Dans l’enseignement général et technologique, elles délaissent plus facilement les filières scientifiques et techniques. Elles choisissent également des options différentes des garçons.

    Après le baccalauréat, dans les classes préparatoires aux grandes écoles, 74 % des élèves des filières littéraires sont des filles, pour 30 % des élèves de filières scientifiques. Seulement 29 % des diplômes d’ingénieurs sont délivrés à des femmes.

    Les différences d’orientation entre filles et garçons ont des conséquences sur leur insertion dans l’emploi.

    Filles et garçons intériorisent les stéréotypes

    Filles et garçons continuent à se conformer à ce qui est présenté comme leur domaine respectif de compétence dans les schémas socioprofessionnels fortement stéréotypés. Cette persistance des choix sexués est autant le fait des garçons que des filles :

    par exemple : 

    • quand ils se jugent très bons en mathématiques, huit garçons sur dix vont en filière scientifique
    • quand elles se jugent très bonnes en mathématiques, six filles sur dix vont en filière scientifique

    Un objectif ambitieux : rééquilibrer les filières

    En Europe, le processus de Lisbonne s’est fixé un objectif : l’excellence scientifique et technologique. Augmenter la part des femmes dans ces métiers est un des moyens d’y parvenir.

    http://www.education.gouv.fr/cid4006/egalite-des-filles-et-des-garcons.html

    Introduction aux outils pour l'égalité entre les filles et les garçons à l’école

    Un site internet dédié met à disposition des "Outils pour l'égalité entre les filles et les garçons".

    https://www.reseau-canope.fr/outils-egalite-filles-garcons.html

     

    Métiers et sexe : les professions ont-elles un genre ?

    Anne Boineau (monster.fr)
    Filles et garçons sur le chemin de l'égalité, de l'école à l'enseignement supérieur

    Filles et garçons sur le chemin de l'égalité, de l'école à l'enseignement supérieur. Édition 2017

    Télécharger Filles et garçons sur le chemin de l'égalité 2017

     

    Sites à consulter :

    Éduscol
    dossier : l'égalité filles/garçons
    missions du comité d'éducation à la santé et à la citoyenneté

    Outils pour l'égalité entre les filles et les garçons

    • Fondements et enjeux
    • Agir en classe
    • Agir dans l'école
    • Se former / S’informer

    Outils pour l'égalité entre les filles et les garçons

    Onisep

    Des métiers et des formations ouverts aux filles comme aux garçons. Des infos et des témoignages de parcours réussis. Des séquences pédagogiques pour les équipes éducatives.

    Égalité Filles - Garçons sur le site de l'Onisep

     

     


  • L'industrie représente, pour l’économie de la France, 3 millions d'emplois et plus de 12% du Produit intérieur brut (PIB). Si l'image de l'industrie continue de s'améliorer auprès des Français, notamment des jeunes, les entreprises rencontrent pourtant des difficultés de recrutement. La semaine de l'Industrie vise à valoriser l'industrie, à mieux faire connaitre les métiers et les opportunités de carrière qu'offre le secteur industriel.

    La huitième édition de la semaine de l'industrie se tiendra du 26 mars au 1er avril 2018.

    La Semaine de l'Industrie, qu'est-ce que c'est ?

    La Semaine de l’Industrie, manifestation annuelle d’ampleur nationale, contribue depuis 2011 à changer le regard du public et plus particulièrement des jeunes sur l’Industrie grâce à des événements organisés en France métropolitaine et DOM-TOM.

    Un large choix d’événements (job dating, visites d’entreprise, conférences/débats, intervention en classe…)  est proposé au public afin de découvrir une industrie innovante, moderne et respectueuse de l’environnement.

    La Semaine de l'industrie invite le grand public et notamment les jeunes à découvrir le secteur industriel et ses métiers.

    https://www.entreprises.gouv.fr/semaine-industrie

     

    Qu’est-ce que l’industrie ?

    A priori, l’industrie désigne les activités de production liées à la transformation de la matière au moyen de machines et de processus plus ou moins sophistiqués. Cette définition classique colle aux images traditionnelles des hauts-fourneaux et des grands ateliers d’assemblage à la chaîne rassemblant des milliers d’ouvriers non qualifiés.

    Mais l’industrie a beaucoup changé depuis cette époque. D’une part, il n’est plus possible - si tant est que cela ait vraiment été le cas par le passé - de l’identifier à quelques secteurs emblématiques (sidérurgie, automobile...) : elle s’est diversifiée et ses chaînes de valeur se sont considérablement complexifiées. D’autre part, les grandes entreprises intégrées de l’ère fordiste sont de plus en plus rares et la troisième révolution industrielle privilégie l’emploi qualifié, voire très qualifié.

    Enfin et surtout, les frontières entre industrie et services se sont déplacées. D’un côté, les entreprises industrielles se sont concentrées sur leur cœur de métier, externalisant les activités de services qu’elles intégraient traditionnellement. De l’autre, elles ont développé de nouvelles activités de services (services financiers, commerciaux, etc.). Du coup, il devient de plus en plus difficile de saisir la réalité de l’industrie à partir de catégories de produits. C’est pourquoi Gilles Le Blanc propose de la définir à partir de processus économiques. Il vise en particulier le travail de standardisation, dont l’objectif est de produire des biens en grande série et de réaliser ainsi des économies d’échelle. Ce serait là le véritable caractère distinctif de l’industrie.

    Alternatives Économiques Hors-série n°093

     

    Le secteur de l'industrie

    Le secteur de l'industrie regroupe les métiers de la conception, de la fabrication, de la vente des biens de consommation. Il faut donc avoir un sens créatif, du savoir-faire, et des compétences de gestion et de négociation. L'industrie est en constante évolution, les technologies de pointe offrent de nouvelles opportunités notamment dans le domaine du  développement durable.

     

    Les métiers de l'industrie : formation et compétences requises

    L'Industrie est le deuxième secteur le plus important de l'économie française : il représente près de 4 millions d'emplois directs, et plus encore avec tous les fournisseurs de biens ou de services qui travaillent avec lui.

    A elle seule, l'Industrie française regroupe près de 163 766 entreprises.

    Le principal attrait de ce poids lourd de l'économie, est de recouvrir tellement de domaines que les possibilités offertes d'y trouver du travail qui te plaise sont réelles et multiples !

    Cette attractivité contraste avec la mauvaise réputation dont le secteur a pâti pendant longtemps : pénibilité, métiers peu intéressants, mauvaises rémunérations, emplois non qualifiés... L'industrie a connu de nombreuses révolutions. L'arrivée des techniques ultra-modernes d'automatisation de la fabrication ont considérablement réduit la pénibilité du travail, faisant émerger du même coup nombre de métiers high tech, nécessitant diplômes et compétences techniques. Cette requalification des métiers s'est accompagnée d'une course à l'innovation : ce secteur est l'un de ceux qui emploient le plus de chercheurs du privé, bénéficiant de près de 24 milliards d'euros par an de crédits pour inventer les nouvelles technologies de demain. On est loin de Zola !

    Enfin, qu'il s'agisse de métallurgie, de chimie, d'aéronautique, de pharmacie, d'agro-alimentaire ou d'énergie, l'industrie française t'ouvre ses portes quelle que soit ta formation depuis le CAP jusqu'à bac +5, que tu aies la fibre environnementale, l'esprit bricoleur ou l'âme d'un chercheur. Quand on te dit que les possibilités sont immenses !

     

    Les métiers de l'industrie : marché de l'emploi

    Même s’il décroit au profit de des services, le secteur de l'industrie représente toujours une part significative du marché de l'emploi. La chimie, la pharmacie, l'habillement, l'agro-alimentaire comme la métallurgie sont concernés.

    Le développement durable, les nanotechnologies ouvrent de nouvelles perspectives passionnantes et rémunératrices.

    En France, plus d'un salarié sur cinq travaille dans l'industrie. Les trois quarts des salariés sont employés dans le secteur tertiaire (administration, activités financières, recherche...). La situation du recrutement est très variable d'une filière à l'autre.

    http://www.imaginetonfutur.com/eco-secteur-industrie.html

     

     

    Les activités industrielles en France

    La huitième édition de la semaine de l'industrie se tiendra du 26 mars au 1er avril 2018.

    https://www.entreprises.gouv.fr/semaine-industrie/activites-industrielles-france

     

    Afin de mieux cerner le secteur industriel voici la liste des branches industrielles qui le composent :
    Industries agroalimentaires ; Équipements électriques et électroniques & composants électriques et électroniques , Équipements du foyer, Pharmacie Parfumerie Entretien ; Chimie caoutchouc et plastique ; Industrie du bois et du papier ; Édition imprimerie, reproduction ; Équipements mécaniques ; Métallurgie transformation des métaux; Automobile, Industrie des produits minéraux ; Industrie textile ; Habillement et cuir ; Construction navale aéronautique ferroviaire ; Production et distribution d’électricité de gaz et d’eau ; Production de combustibles et carburants. INSEE

     

    MÉTIERS DE L'INDUSTRIE : CE QUE VOUS EN PENSEZ !

    Imagine ton futur est allé à la rencontre de jeunes afin de recueillir leurs connaissances et avis sur ce secteur. (2010)

     

    L’industrie en France (2015, base 2010)

    La huitième édition de la semaine de l'industrie se tiendra du 26 mars au 1er avril 2018.

    La huitième édition de la semaine de l'industrie se tiendra du 26 mars au 1er avril 2018.

    http://www.gouvernement.fr/partage/3813-l-industrie-en-france

     

    Mon Industrie - ONISEP

    La huitième édition de la semaine de l'industrie se tiendra du 26 mars au 1er avril 2018.

    http://www.onisep.fr/Mon-industrie

     

     

     

     


  • L’économie axonaise enregistre de nombreux signaux favorables au cours de ce 3ème trimestre 2017

    Les signes de redressement de l’activité qui montrent la pérennité de la croissance au niveau national sont visibles pour les entreprises axonaises. 60% des dirigeants sont satisfaits de leur niveau d’affaires pour les 3 derniers mois, portant le solde d’opinions à 47. Si les volumes reviennent, les prix restent cependant sous pression, ce qui contrarie pour partie la reprise des investissements.

    Sur le marché de l’emploi, les indicateurs sont au vert avec 26% de chefs d’entreprises qui déclarent une hausse de leurs effectifs au cours des 3 derniers mois contre 8% à la baisse, soit un solde de 18 points, traduisant pour partie le caractère pérenne de la reprise.
    Pour la fin d’année, les dirigeants axonais demeurent optimistes.

     

    Horizon éco - Hauts-de-France - n°256 - Situation économique des entreprises de l’Aisne au 3ème trimestre 2017

     

    Télécharger « Flash_Aisne_Sept2017.pdf »

     

    Présentation des chiffres clés de l'économie du département de l'Aisne. 03/04/2017

     

    Télécharger « Chiffres-cles-Aisne-2017..pdf »

     

    http://www.aisne.cci.fr

     

     

     

     


  • "Un jeune sur deux souhaite travailler dans l'industrie !" Pour la 5e édition consécutive, Arts et Métiers dévoile les résultat de son étude « Les jeunes et l’industrie » réalisée en partenariat avec OpinionWay. Cette étude est destinée à comprendre et analyser la perception de l’industrie qu’ont les lycéens des séries Scientifique et Technologique.

    Une opinion en constante amélioration depuis 5 ans

    La perception positive de l’industrie par les lycéens, en série S et technologique, a atteint son plus haut niveau depuis la mise en place du baromètre, 77% des lycéens ayant une bonne opinion de l’industrie. (+ 8 points sur 5 ans). Le rôle majeur dans l’économie et l’innovation qu’elle crée sont les principales raisons avancées. À l’inverse, les difficultés économiques de l’industrie et la pollution qu’elle génère expliquent l’image négative qu’en ont 22% des lycéens.

    Loin de l’image parfois véhiculée d’un secteur vieillissant, les jeunes affichent un certain optimisme pour l’industrie, considérant qu’en plus de représenter un secteur crucial, elle est également un secteur d’avenir. Cette industrie du futur, fondée sur l’innovation leur apparait comme une perspective réaliste.

    « Sondage OpinionWay pour Arts et Métiers ParisTech » 


  • La Cité des métiers de Saint-Quentin et son centre associé de Bohain-en-Vermandois organise une semaine dédiée aux métiers de la Métallurgie et de la Plasturgie
    du 11 au 15 décembre 2017.

    Au programme:

    •     Visite d'entreprises
    •     Visite de centres de formation

        Deux temps forts dédiés à ces métiers :

    Le mercredi 13 décembre de 10h à 12h et de 14h à 17h dans nos locaux au 8, boulevard Cordier à Saint-Quentin

    Le vendredi 15 décembre de 10h à 12h et de 14h à 17h à la Maison de l'Emploi et de la Formation de Bohain-en Vermandois, 6 rue Marcelin Berthelot.

    Pour plus de renseignements, n'hésitez pas à contacter Sophie Vitasse au 03.64.17.00.38 ou par mail à svitasse@maisonemploi-saintquentin.fr

    Campus des métiers : former des jeunes aux besoins du secteur de la métallurgie-plasturgie

     

    Les campus des métiers et des qualifications au cœur du redressement productif des territoires.

    Les Campus des métiers et des qualifications contribuent à soutenir, par la formation, les politiques territoriales de développement économique et social. Leur dynamique doit faciliter l’insertion des jeunes dans l’emploi. Ils peuvent en outre s’inscrire dans une synergie avec les pôles de compétitivités régionaux.

    C’est pour répondre à ces enjeux que les collectivités régionales sont associées dès la conception du campus.

    La loi pour la refondation de l’école du 8 juillet 2013 fixe à la Nation l’objectif de valoriser l’enseignement professionnel, atout pour le redressement productif de la France et pour l’insertion professionnelle des jeunes. La création des Campus des métiers et des qualifications s’inscrit dans cette perspective.

    Les campus des métiers regroupent des acteurs de la formation professionnelle autour d'une filière économique. Ils sont construits autour d'un secteur d'activité d'excellence correspondant à enjeu économique national ou régional soutenu par la collectivité et les entreprises. 12 campus sont déjà labellisés.

    http://www.education.gouv.fr/cid74455/les-campus-des-metiers-et-des-qualifications-au-coeur-du-redressement-productif-des-territoires.html

     

    Campus des métiers : former des jeunes aux besoins du secteur de la métallurgie-plasturgie

     

    Destiné à revaloriser l’enseignement professionnel dans la Région Picardie, le Campus des métiers et des qualifications de la métallurgie et de la plasturgie constitue un pôle composé d’une dizaine d’établissements de formation, de partenaires industriels et de branches telles que l’UIMM, La Fédération de la plasturgie et des composites et bien entendu le syndicat régional DIP ICAP pour le soutien au niveau territorial. Leur objectif : proposer une offre de formation complète adaptée aux besoins des entreprises dans les secteurs pourvoyeurs d’emplois que sont la plasturgie et la métallurgie.

    En appui autour du plateau productique du lycée Condorcet de Saint-Quentin, les établissements de formation associés à ce Campus, dont le lycée Jean Macé de Chauny proposant des formations en plasturgie et composites, vont travailler en réseau pour encourager l’orientation vers les métiers de l’industrie, actuellement en déficit d’image et qui pourtant offre des perspectives d’emplois.

    Les missions de ce Campus, articulées autour de la valorisation de la voie professionnelle, du partenariat et du développement de  projets collaboratifs sont multiples :

    • Mutualiser les moyens, compétences et connaissances de chacun afin de développer le tissu industriel régional.
    • Offrir une meilleure cohésion de la formation en lien avec les transformations du monde économique.
    • Dynamiser l’innovation au sein des entreprises et permettre aux laboratoires de développer leurs moyens techniques.
    • Le Campus doit permettre l’accès à tous les niveaux de formation professionnelle et se consacrer tout autant à la réduction des sorties sans qualifications qu’à la démocratisation de l’accès aux diplômes de l’enseignement supérieur.

    Espace scolaire Condorcet : http://condorcet02.lyc.ac-amiens.fr/site/

    Lycées publics de Chauny : http://www.lycees-publics-chauny.fr/

     

    Secteur industriel de la production des métaux et de leurs alliages, la métallurgie française regroupe, selon l'UIMM, Union des industries et métiers de la métallurgie, près de 43 000 entreprises. Plus de 8 entreprises sur 10 sont des PME.

    Les industries métallurgiques ou technologiques sont derrière tout ce qui roule, flotte ou vole… Mais aussi derrière les composants électroniques, toujours plus miniaturisés pour développer des appareils domestiques ou portables de plus en plus puissants. Elles ont de nombreuses applications que nous ne voyons pas mais dont l'utilité sociale est immense : développement de nouvelles énergies, matériel médical et chirurgical…

    Soumises à une forte concurrence internationale des pays émergents (Chine, Inde, Russie), à l'augmentation du prix des matières premières et une demande intérieure peu dynamique, les entreprises s'adaptent, au prix de restructurations, d'une réorientation de leur offre et de changements organisationnels conséquents.

    En dépit de la perte des emplois industriels, les différents secteurs de la métallurgie continuent à recruter pour compenser les nombreux départs en retraite.

    En ce qui concerne le secteur de la plasturgie, il faut savoir que la France se situe au 5e rang mondial et au 2e rang européen, avec 4 500 milliers de tonnes livrées par an.

    La plasturgie est l'industrie qui conçoit et fabrique les produits en matière plastique : bouteilles, canalisations, pare-chocs.... le plastique est omniprésent dans les objets du quotidien !

    Selon la Fédération de la plasturgie, le secteur compte environ 135 000 salariés et 3 750 entreprises, dont 2 leaders mondiaux (Michelin et Hutchinson), une trentaine de grandes entreprises et de très nombreuses PME (plus de 71 %).

    http://www.lesmetiers.net/orientation/p1_197515/les-metiers-de-la-metallurgie-et-de-la-plasturgie

     

    La métallurgie est la science des matériaux qui étudie les métaux, leurs élaborations, leurs propriétés, leurs traitements. Par extension, on désigne ainsi, l’industrie de la fabrication des métaux et des alliages, qui repose sur la maîtrise de cette science.

    Les métiers de la métallurgie

    Les métiers de la métallurgie se trouvent dans les secteurs de la structure métallique, de la productique (travail sur des machines-outils), de la mécanique industrielle, de l'électrotechnique (électricité) et de l'électronique.

    Les métallurgistes fabriquent des pièces usinées en métal ou en acier, ainsi que des composants pour appareils, machines et structures. Ils utilisent des machines à souder, des appareils pour les opérations de réglage, des machines à commande numérique. Les techniques de formage du métal déterminent les grands secteurs d'emplois de la métallurgie : la fonderie, la forge et la chaudronnerie.

    Pour donner une forme au métal, les professionnels de la fonderie (mouleurs-noyauteurs, de l'ouvrier qualifié au technicien supérieur) le chauffent, le fondent et le coulent dans un moule reproduisant la pièce voulue.

    A l'inverse, chaudronniers, tôliers et métalliers travaillent le métal à froid : ils donnent une forme à une feuille de métal ou à une barre en la tapant, la pliant ou la coupant.

    Quant aux soudeurs, ils sont chargés d'assembler les pièces réalisées par les autres spécialistes en s'appuyant sur des documents techniques.

    Mais la métallurgie ne concerne pas que la chaudronnerie et la sidérurgie, mais aussi l'électronique, l'électrotechnique ou l'informatique industrielle.

    Les débouchés se trouvent majoritairement dans des grandes entreprises : l'automobile, le ferroviaire, l'aéronautique, les ascenseurs, mais aussi dans les petites entreprises qui fabriquent des machines, des robots et qui font de la maintenance.

    Tous les niveaux scolaires sont requis du CAP à l'ingénieur en passant par les bacs pro, les bacs STI2D et les BTS.

     

    La plasturgie est l'ensemble des techniques utilisées par l'industrie du plastique pour la transformation des matières plastiques (polymères). Littéralement, la plasturgie est le travail du plastique.

    La plasturgie est une industrie relativement récente si on la compare aux autres industries telles que la sidérurgie avec laquelle elle partage certains points communs (gestion de la fusion, moulage, etc.)

    La plasturgie est aussi depuis peu confrontée à l'apparition d'imprimantes 3D de plus en plus sophistiquées qui remettent en cause de nombreux savoir-faire et techniques (ex. : plus besoin de moules pour les petites pièces).

    Les métiers de la plasturgie

    Les métiers de la plasturgie concernent la conception, la production, la maintenance et de nombreuses fonctions transverses : qualité, recherche et développement, commercial et marketing... La matière plastique étant omniprésente, les débouchés sont très diversifiés : emballage, automobile,bâtiment, aéronautique, médical...

    Automatisation et robotisation obligent, la plasturgie recrute à différents niveaux des professionnels qualifiés. Elle dispose d'une filière complète de formation du CAP au diplôme d'ingénieur spécialisé en plasturgie, en passant par le bac pro, le BTS et la licence professionnelle.

    Si la période est économiquement difficile, les entreprises manquent paradoxalement de personnel qualifié. Elles auront de plus rapidement à faire face à 3 000 départs à la retraite...

    Les principales fonctions recherchées sont en production et en administration, commercial et marketing et en maintenance, méthode, outillage.

    http://www.lesmetiers.net/orientation/p1_197463/les-metiers-de-la-metallurgie

    https://www.laplasturgie.fr/deux-campus-des-metiers-et-des-qualifications-dedies-a-la-plasturgie-et-aux-composites-viennent-detre-inaugures/

     

    Présentation du Campus des métiers de Saint-Quentin :
    former des jeunes aux besoins du secteur de la métallurgie-plasturgie

     

    http://www.onisep.fr/var/onisep/storage/images/media/regions/hauts-de-france/picardie/images/cmq-plasturgie-metallurgie/visuel-home-cmq_300x300/17960471-2-fre-FR/Visuel-home-CMQ_300x300_thematic_2.png 

    Lien de la page thématique sur le Campus des métiers et des qualifications de la métallurgie et de la plasturgie :

    www.onisep.fr/amiens/campus-plasturgie-metallurgie

    Campus des métiers : former des jeunes aux besoins du secteur de la métallurgie-plasturgie

     

     

    Le CIO de Saint-Quentin et ses conseillers (psychologues de l’Éducation Nationale) répondent à vos questions sur l’orientation, les filières de formation et les métiers. Vous êtes collégien, lycéen, étudiant, parent, vous pouvez les contacter en prenant rendez-vous

    au 03 23 64 27 77

    CIO de Saint-Quentin

    38 bis Boulevard Gambetta

    02100 Saint-Quentin

    ouvert du lundi au vendredi de 8h30 à 12h et 13h30 à 17h30

    le samedi de 9h à 11h

    Ouvert pendant les périodes de vacances scolaires de 9h à 12h et de 13h30 à 16h30

     

     

     


  • En savoir plus : Semaine de la persévérance scolaire du 4 au 8 décembre 2017

     

    Semaine de la persévérance scolaire : Moteur, un concours vidéos

     

    Semaine de la persévérance scolaire : Moteur, un concours vidéos

     

     

    Semaine de la persévérance scolaire : Moteur, un concours vidéos

     

     

     

     

     

     


  • Le Forum accueille les élèves de première et de terminale, de tous les lycées publics et privés de l'académie d'Amiens, ainsi que les étudiants.
    Il permet à tous les jeunes de s'informer et de préparer leur orientation.

    Le Forum est ouvert aux parents. Les Fédérations de parents d'élèves, FCPE, PEEP, APEL, les accueillent également sur leur stand.

    Le Forum est organisé en 7 Espaces : Formations, Orientation, Vie de l'étudiant.e, Emploi-Formation-Alternance, Europe et International, Rencontres avec des professionnels "Le Quart d'heure métiers", Innovation et recherche.

    Pourquoi ?

    Pour récolter en une seule visite, le maximum d'informations indispensables à la préparation de l'orientation après le bac. Orientation, études, vie pratique : toutes les réponses sont au Forum.

    http://www.ac-amiens.fr/forumdulyceen/web/images/forum-lyceen-2018.gif


    Le Forum est ouvert du jeudi 25 janvier au samedi 27 janvier 2018 
    de 9h30 à 17h
    à Mégacité à Amiens.


    L'entrée est gratuite.

    http://www.megacite.fr/sfSympalBossSiteModel1Plugin/images/megacite/logo.png
    Mégacité
    Avenue de l'Hippodrome
    80011 Amiens Cedex 1
     

    Le Forum du lycéen à l'étudiant à Amiens

    Le Forum est un temps fort de l'orientation en première et en terminale. Préparez votre visite pour en profiter au maximum.
     

    1. Avant votre visite

    2. Le jour de votre visite

    • Interrogez les enseignants et les étudiants présents sur les stands de l'Espace Formation. Avec le plan distribué le jour de votre visite, vous les localiserez facilement. Pour aborder tous les aspects des formations qui vous intéressent, voici une liste de questions à télécharger :
      " S'informer sur les formations ".

    • 2 plans vous permettent de cibler les espaces du Forum à visiter :
      " J'envisage de poursuivre mes études : que faire au Forum ? "
      " J'envisage d'entrer dans la vie active : que faire au Forum ? ".

    • Vous voulez approfondir une information ? Vous n'avez pas d'idée précise de ce que vous aimeriez faire plus tard ? Rendez-vous sur l'Espace Orientation du Forum pour consulter la documentation de l'Onisep, creuser vos intérêts avec des logiciels d'aide à l'orientation, rencontrer un ou une psychologue de l'Education nationale (ex. conseiller.ère d'orientation-psychologue).

    • Dans l'Espace Vie de l’Étudiant.e, posez vos questions sur le logement, les bourses d'études, les transports, la santé, la sécurité sociale.

    • Dans l'Espace Innovation Recherche, venez découvrir des domaines d'activités à travers les travaux de scientifiques et de chercheurs.

    • Dans l'Espace Emploi-formation-alternance, venez découvrir l'apprentissage, les métiers de la sécurité et de la défense, de la fonction publique et de l'animation. 

    • Profitez de votre visite pour vous informer sur les études, les stages, les jobs à l'étranger. L'Espace Europe et International vous offre l'occasion unique de rencontrer des spécialistes de l'orientation de nombreux pays. Des mini-conférences sont organisées.

    • Le Forum vous offre l'occasion de rencontrer un.e professionnel.le et de lui poser des questions sur son métier pendant 15 minutes. De nombreux secteurs d'activité sont représentés : paramédical, social, commerce-vente-distribution, bâtiment-travaux publics, informatique, droit, information-communication... Ces  Rencontres ont lieu le jeudi et le vendredi, sur l'espace Rencontre avec des professionnels : le quart d'heure métiers, de 10h30 à 12h30 et de 13h30 à 15h30. Pour n'oublier aucune facette du métier qui vous intéresse, voici une liste de questions à télécharger : " Dialoguer avec un.e professionnel.le ".

    • Participez aux conférences dans les espaces Orientation, Innovation recherche et Europe et international.


    3. Après le Forum

    L'orientation est un processus qui s'inscrit dans la durée. Tout au long de l'année, les psychologues de l'Education nationale vous accompagnent dans vos choix. L'Onisep élabore des documents d'information, diffusés dans les établissements scolaires aux élèves de terminale.


    http://www.ac-amiens.fr/forumdulyceen/web/

     

     


  • La procédure d’admission dans l’enseignement supérieur se transforme

    Le Plan étudiants propose un accompagnement de la terminale jusqu’à la fin de la licence aux lycéens et aux étudiants.

    Le renforcement de l’orientation au lycée a pour ambition de mieux accompagner les élèves dans la conception de leur projet d’avenir et de les aider à faire des choix pertinents pour réussir dans l’enseignement supérieur.

    L’accompagnement des lycéens est ainsi renforcé, avec principalement :

    • La possibilité de désigner deux professeurs principaux en classe de terminale ;
    • La mise en place de deux semaines de l’orientation dans les lycées ;
    • La consolidation du rôle du conseil de classe en matière d’orientation.
      Le rôle du conseil de classe dans l’orientation des élèves de terminale est renforcé. Les équipes éducatives engagent un dialogue avec les lycéens au cours de l’année afin de les accompagner dans la formulation de leurs vœux de poursuite d’études. Le deuxième conseil de classe examine tous les vœux avec bienveillance et confiance dans le potentiel de chaque élève pour contribuer aux avis que le chef d’établissement porte sur la fiche Avenir.

    Ces nouveautés ont pour objectifs de :

    • Stimuler la réflexion des élèves sur leur projet scolaire et professionnel ;
    • Personnaliser l’accompagnement des élèves ;
    • Favoriser une construction progressive des projets d’orientation des lycéens ;
    • Assurer une meilleure continuité avec l’enseignement supérieur ;
    • Donner davantage de cohérence à la mobilisation de tous les acteurs de l’éducation et de l’enseignement supérieur en faveur de l’accompagnement à l’orientation.

     

    APB (Admission Post-Bac) s'appellera désormais "Parcours sup"

     

    Télécharger « 2017_Plan Etudiants.pdf »

     

    La nouvelle plateforme d'admission post-bac s'appellera "Parcours sup", a annoncé mardi 21 novembre, la ministre de l'Enseignement supérieur, Frédérique Vidal.

    "L'élève aura toujours le dernier mot dans le choix de sa filière mais devra faire confiance à l'université et aux enseignants sur le chemin à parcourir pour le parcours qu'il souhaite obtenir", a souligné Mme Vidal.

    Elle a reconnu qu'une université pourrait décider de ne pas accepter un étudiant si le nombre de demandes excédaient toujours les capacités, "malgré le nombre de places qu'on va ouvrir dans les établissements et malgré les différents dispositifs pour accueillir les étudiants dans les filières en tension".

    21/11/2017 Le Point

     

    La nouvelle plateforme sera accessible le 15 janvier 2018.
    Les lycéens pourront formuler des vœux à compter du 22 janvier.

    La plateforme précisera également les attendus de chaque formation permettant de faire du sur-mesure dans ses choix d’orientation. Ces attendus, qui s’appuieront sur un cadre national, correspondent aux connaissances et aux compétences qui sont nécessaires à un lycéen pour réussir dans l’enseignement supérieur. Ils prennent en compte les résultats scolaires mais aussi le projet ou encore la motivation.

    Tous les bacheliers conservent la liberté de choisir la formation de leur choix mais les universités pourront leur proposer des parcours personnalisés, adaptés à leur profil, afin de leur donner toutes les chances de réussir.

    Sur la plateforme, les élèves ne pourront pas formuler plus d’une dizaine de vœux pour éviter toute forme d’orientation par défaut. Les règles de formulation des vœux (nombre minima, maxima, type de vœux, etc.) seront précisées avant l’ouverture de la plateforme. Les vœux ne seront pas classés. Chacun d’entre eux doit donc être souhaité et motivé. Au sein des vœux émis par un bachelier, on distingue comme aujourd’hui deux types de formation : les formations sélectives (CPGE, BTS, DUT, écoles…) et les formations non sélectives.

    Dans les deux types de formations, les dossiers et les projets des lycéens, notamment la fiche Avenir, sont consultés par les équipes des établissements où ils souhaitent étudier.

    Qu’est-ce qu’une fiche Avenir ?

    Une fois que les lycéens ont formulé leurs vœux sur la plateforme, les professeurs formulent pour chacun des vœux une appréciation sur les résultats dans leur discipline. Les professeurs principaux en font la synthèse, ce qui permet d’éclairer le chef d’établissement qui émet un avis sur chacune des fiches Avenir d’un candidat au lendemain du deuxième conseil de classe. Ces fiches sont alors transmises via la nouvelle plateforme d’admission aux établissements d’enseignement supérieur qui les étudient.

    Le tirage au sort est supprimé, tout comme l’algorithme d’affectation automatique.

    Les formations sélectives conservent leur capacité à refuser un candidat. Le lycéen peut recevoir trois types de réponses : « Oui », « En attente » d’un désistement ou « Non ».

    Les formations non-sélectives n’ont pas la possibilité de refuser un bachelier si des places restent vacantes. En revanche, elles peuvent conditionner l’inscription à l’acceptation d’un parcours pédagogique spécifique dans le cas où elles estiment que le bachelier ne maîtrise pas les attendus requis. Le lycéen reçoit alors la réponse « Oui, si ».

     

    À noter :

    Afin de lutter contre l'échec en licence, le premier cycle universitaire sera modulable (+ ou - 3 ans) avec notamment une éventuelle remise à niveau à l'entrée à l'université.

    Un semestre ou une année de césure pourront également être ouverts à chaque étudiant pendant la licence.

    À savoir :

    C'est dans le cadre de la présentation de ce « plan Étudiants » qu'a également été annoncé pour la rentrée universitaire 2018 le rattachement des nouveaux étudiants au régime général de la sécurité sociale. À la rentrée 2019, cette réforme s'appliquera aussi à l'ensemble des autres étudiants.

    http://www.education.gouv.fr/cid122039/plan-etudiants-accompagner-chacun-vers-la-reussite.html

    http://www.ac-amiens.fr/1749-plan-etudiants.html

    http://www.terminales2017-2018.fr/

     

    Calendrier prévisionnel spécifique à la classe de terminale en 2018

    APB (Admission Post-Bac) s'appellera désormais "Parcours sup"

    Attention, certaines formations recrutent en dehors du portail nationale (écoles de commerce, Sciences po, écoles d'art…). Pour y postuler, rendez-vous sur les sites des écoles pour connaître leur calendrier et leurs modalités de recrutement.

    Phase d’information : novembre – décembre 2017

    • Première semaine de l’orientation : les élèves s’informent.
    • Conseil de classe du premier trimestre. Il prend connaissance des intentions d’orientation des élèves et émet des conseils et des recommandations.

    Phase des vœux : janvier–mars 2018

    Tout au long du deuxième trimestre : les élèves poursuivent leur réflexion accompagnée par les deux professeurs principaux.

    • 15 janvier 2018 : ouverture et découverte de la nouvelle plateforme. Des tutoriels expliquent son fonctionnement ainsi que la procédure. Les lycéens peuvent également accéder à des ressources et informations sur les filières de l’enseignement supérieur.
    • 22 janvier - 13 mars inclus : les lycéens saisissent leurs vœux sur la plateforme.
    • 14 mars - 31 mars inclus : renseignement des fiches Avenir par les professeurs. Conseils de classe avec examen des vœux des lycéens ; le chef d’établissement émet via la plateforme un avis pour chaque vœu et transmet la fiche Avenir aux différents établissements d’enseignement supérieur.

    Phase de réception et d’acceptation des propositions : avril-juin 2018

    • À partir du 4 avril : les établissements d’enseignement supérieur analysent les dossiers.
    • Fin mai : les lycéens reçoivent les réponses à leurs vœux. L’acceptation des propositions se fait au fur et à mesure qu’ils les reçoivent. Pendant les épreuves écrites du baccalauréat, ils n’en reçoivent plus pour qu’ils puissent se consacrer à l’examen mais peuvent continuer à répondre aux propositions déjà reçues. La procédure reprend à l’issue de l’examen.

    Procédure complémentaire : juin-septembre 2018

    • Dès la fin des épreuves écrites du baccalauréat, ouverture d’une procédure complémentaire pour permettre à ceux qui n’ont pas encore obtenu d’affectation de faire de nouveaux vœux sur des formations qui ont encore des places vacantes.
    • Dès la parution des résultats du baccalauréat, une commission pilotée par le recteur se réunit afin d’entamer avec les lycéens sans proposition une nouvelle réflexion devant déboucher sur une proposition d’affectation la plus proche possible de ses vœux d’origine (il peut s’agir d’une formation différente mais dans le même domaine).
    • 21 septembre : fin de l’affectation, inscription administrative et pédagogique de tous les bacheliers.

     

    APB (Admission Post-Bac) s'appellera désormais "Parcours sup"

     

     


  • Du décrochage à la persévérance scolaire

    Le décrochage scolaire renvoie à un processus cumulatif, plus ou moins long, qui conduit un jeune
    en formation initiale à se détacher du système de formation jusqu’à le quitter avant d’avoir obtenu un diplôme.

    Dans le plan gouvernemental « Tous mobilisés pour vaincre le décrochage scolaire » présenté en novembre  2014,

    le  ministère en charge de l’éducation s’est fixé deux objectifs : prévenir  plus efficacement  le  décrochage

    afin de diviser  par deux le nombre de jeunes sortants sans qualifications du système éducatif et faciliter

    le retour vers l’école des jeunes ayant déjà décroché.

    Pour y parvenir ce plan prévoit une quarantaine de mesures réparties en 3 axes :

    • 1 Tous mobilisés contre le décrochage
    • 2 Faire le choix de la prévention
    • 3 Une nouvelle chance pour se qualifie

     

    Au sein de l’institution scolaire, il s’agit donc d’améliorer le climat scolaire, d’adapter les pratiques

    pédagogiques ou encore de développer la coopération entre élèves, enseignants et familles.

    Les actions issues d’une dynamique collective seront organisées par les établissements et coordonnées

    dans chaque bassin d’éducation et de formation par les réseaux Formation Qualification Emploi

    (FOQUALE) en lien avec les CIO.

     

    Cette année, deux partenariats avec lesquels nous sommes liés par une convention académique ponctueront

    la semaine de la persévérance scolaire avec deux temps forts :

    • Une signature avec l’association Energie jeunes qui intervient dans plusieurs établissements de l’académie
    • sur la remobilisation scolaire et la persévérance des élèves.
    • L’association Moteur ! qui lance, à l’occasion de la semaine de la persévérance un concours vidéo spécifique
    • à l’Académie d’Amiens. Les jeunes (de 14 à 22 ans) sont invités à réaliser une vidéo
    • d’une minute 30 secondes sur un adulte inspirant de leur entourage. Cette démarche les conduit à se poser
    • des questions sur les adultes qui comptent autour d’eux et à réaliser le projet d’un mini-film avec leur smartphone.

    Les 5 gagnants de l’académie se rendront au Festival de Cannes. Nous mettrons l’accent pour ce concours sur
    la valorisation de l’audace en encourageant les jeunes à sortir de chez eux pour rencontrer des personnes inspirantes.

     

    Une Semaine de la persévérance scolaire organisée autour de plusieurs thématique

    Pour cette troisième édition, les thématiques définies lors de la seconde édition dans notre académie pour

    aider les équipes éducatives dans la mise en œuvre de cette semaine sont reconduites.

    Ces thématiques constituent un outil leur permettant de répertorier les actions et ainsi d’en assurer la visibilité :

    1. Climat scolaire  : Bien-être - école bienveillante - intérêt pour l’école - Projets scolaires / médiations /
      parrainage / rôle des délégués - Lutte contre l’absentéisme …
    2. Relation École / Famille  : École des parents – formation parents – coaching
    3. Professionnalisation des acteurs : Échanges de pratiques / Formations
    4. Lutte contre les discriminations  : Handicap / mixité sociale / filles – garçons / Homophobie / isolement /
      grande pauvreté
    5. Médiations culturelles, scientifiques et sportives  : Vers une meilleure réussite éducative …
    6. Pratiques pédagogiques : Pédagogies innovantes, Élèves allophones / Prévention lutte contre l’illettrisme,
      adaptations, handicap, Accompagnement personnalisé tutorat
    7. Orientation : Liaison École/collège/lycée - Individualisation des parcours
    8. Estime de soi / confiance en soi : Ateliers…

    Dans le cadre de sa mission de lutte contre le décrochage scolaire (MLDS), le rectorat d’Amiens s’est rapproché de
    l’association « La Fabrique d’images » pour réaliser un court-métrage sur la prise en charge des élèves allophones.

    Celui-ci a vu le jour dans le courant de l’année 2017 et sera présenté lors de la 3e édition de la semaine
    de la persévérance scolaire.

    https://www.ac-amiens.fr/perseverance-scolaire.html

     

    Pour en savoir plus :  Voir notre article sur la semaine de la persévérance scolaire 2016

     

    La lutte contre le décrochage scolaire 

    http://www.education.gouv.fr/cid55632/la-lutte-contre-le-decrochage-scolaire.html

    Faire de la prévention dans les établissements et prendre en charge les jeunes sortis sans qualification : la lutte contre

    le décrochage scolaire se poursuit et s'améliore dans une action conjointe avec les partenaires de l'Éducation nationale.

    Ce travail porte ses fruits : si 140000 jeunes sortaient du système scolaire sans qualification en 2011, ce chiffre a été

    ramené à 98000 en 2016 et sera proche de 80000 avant fin 2017.

    .

    .http://www.ac-amiens.fr/sites/www.ac-amiens.fr/local/cache-vignettes/L800xH600/rubon304-f2c84.png?1510132419

    .

    .

     

     

    .

     

     

     

     

     

     

    .


  • Une filière d’excellence pour faciliter l’accès des jeunes picards aux études de médecine et la création d’une cordée de la réussite santé avec l’UPJV (Université Picardie Jules Verne).

    La filière d’excellence santé maintenant devenue une Cordée de la réussite Santé avec l’UPJV, est l’une des mesures initiées par l’ARS ( l’Agence régionale de santé de Picardie) pour lutter contre les déserts médicaux.

    Créée conjointement avec le Rectorat et en partenariat avec l’université de Picardie Jules Verne et la Région des Hauts-de-France, en partenariat avec le CROUS Amiens Picardie, elle permet à des lycéens de l’académie d’Amiens d’augmenter leurs chances de réussite dans les formations santé, notamment les études de médecine. La filière d’excellence est aussi un pari sur l’avenir : en ayant leurs attaches familiales et amicales dans la région, ces futurs professionnels de santé seront d’autant plus enclins à s’y installer.

    Ce dispositif accompagne des jeunes picards de la classe de seconde à la première année commune aux études de santé (PACES - filières médecine, dentaire, pharmacie, sage-femme). Elle bénéficie à des lycéens volontaires puis à des étudiants sélectionnés sur critères sociaux et d’excellence, avec plusieurs objectifs : tout d’abord démystifier les cursus santé et donner l’envie de s’engager, puis anticiper les savoirs, les méthodes de travail et les prérequis pour réussir ces parcours très sélectifs.

    Des enseignements hebdomadaires spécifiques sont dispensés aux élèves identifiés en première S et en terminale S. Ils visent à accroitre leur capacité de travail, à appréhender les notions nouvelles dispensées lors de la PACES et le contexte de la vie estudiantine.  
    .

    Sébastien Delescluse, interne en Santé Publique, référent Cordée santé UPJV et Charlotte Lecompte, étudiante en 2ème année de Médecine (élève ayant bénéficié de l’accompagnement au lycée Joliot Curie d’Hirson) et coordinatrice du tutorat PACES,étaient les invités de l’émission 9h50 le matin sur France 3 Hauts-de-France.

    Les élèves sont sélectionnés sur des critères de motivation en lycées puis sur dossier scolaire (performance) et critères sociaux pour le projet PACES. Ils bénéficient et bénéficieront d’un accompagnement de la seconde à la première année des études de santé (PACES) : enseignements spécifiques, apport méthodologique, tutorat, aide matérielle…

    La cordée de la réussite santé s’inscrit dans un continuum bac – 3/ bac +3 avec un dispositif de préparation et d’incitation auprès des lycéens à poursuivre des études de santé dès la seconde sur le versant bac -3 / bac :

    . Binôme enseignants du secondaire / médecin généraliste dès la 2nde pour découvrir le métier et ses spécificités ainsi que le cursus des études médicales + motivation

    . Renforcement scientifique en 1ère et Terminale en lien avec la PACES

    . Méthodologie pour découvrir l’enseignement supérieur (prise de note, autonomie …)

    . Stage de découverte de l’Université durant vacances de Pâques pour les Terminales (véritable immersion, « vie ma vie d’étudiant » : hébergement en internat, restauration en resto U et cours à l’UPJV)

    Le dispositif accompagne également ces lycéens sur le versant bac / bac +3 (mis en place depuis la rentrée 2016/2017) :

    . Installation des étudiants de la cordée (30) dans la Résidence Universitaire du Bailly à proximité directe de l’UPJV pour optimiser les conditions d’études

    . Tutorat spécifique hebdomadaire avec des enseignants du secondaire et étudiants tuteurs en santé en année supérieur (chaque jeudi, un étudiant en 2ème /3ème année de médecine-pharmacie vient approfondir une notion et réaliser des exercices avec ces étudiants)

    . Participation aux services du « Tutorat PACES » : entrainements hebdomadaires, concours blanc, parrainages, supports et fiches de cours …

     

    La filière d’excellence santé est expérimentée dans 6 lycées picards.
    Établissements engagés :

    • Paul claudel Laon
    • Gay lussac Chauny
    • Joliot Curie Hirson
    • Jean Racine Montdidier
    • Francois Truffaut Beauvais
    • Condorcet à Saint-Quentin
      Ce qui représente 214 élèves

    3 établissements des trois départements rejoignent la cordée à la rentrée 2017

    • Jean de la Fontaine à Château Thierry
    • André Malraux à Montataire
    • Boucher de Perthes à Abbeville

     

     


  • L' Agglomération du Saint-Quentinois, territoire Robonumérique d'excellence French-Tech a, en France, mis en place le 1er parcours complet de formation supérieure en robonumérique.

    la robonumérique, une contraction des mots "robotique" et "numérique".

     

    L'industrie du deux-roues a encore un bel avenir avec MBK Industrie à Saint-Quentin !

    Rappelons que MBK Industrie, racheté par le groupe japonais Yamaha en 1986, est connu pour son modèle phare la mobylette bleue de l'ère Motobécane. 80 000 articles sont produits chaque année pour alimenter le marché européen notamment.

    Aujourd'hui, l'usine continue d'innover : en 30 ans Yamaha a investi plus de 200M€, notamment dernièrement dans des machines à injection de pièces et des cellules robotisées de soudure et prochainement de peinture. Cet investissement robotique a permis le maintien d'emplois à plus forte valeur ajoutée et la réduction des tâches pénibles pour certains opérateurs.

    MBK La force d'un grand groupe à Saint-Quentin

    A Saint-Quentin depuis 1951.

    Créee en 1923, la société Motobécane s'installe à Saint-Quentin en 1951. Après son rachat par Yamaha en 1986, elle devient MBK.

    Pour répondre aux besoins des industriels et des 2 000 étudiants de la ville, des formations ont été créées autour des métiers du web, des systèmes embarqués, de la logistique et de la conception avec un BTS conception et réalisation de systèmes automatiques, et deux masters spécialisés : vision robonumérique et cloud compunting & mobility.
    St-Quentin Mag n° 171

     

    Projets industriels ambitieux orientés Robonumérique

    Des robots entre les mains des étudiants, Soprocos et Fapagau vont accueillir des étudiants de Saint-Quentin pour travailler sur des projets liés à la robotique.

    Soprocos et Fapagau, deux entreprises du groupe L’Oréal sont en train de lancer un partenariat avec le Pôle Université et le lycée Condorcet de Saint-Quentin. À la rentrée de septembre, des cadres des deux usines vont venir dans les écoles pour proposer des projets aux élèves. Les étudiants qui le souhaitent, et qui sont sélectionnés par leurs professeurs, pourront alors venir travailler sur les chaînes de projection.

    Les établissements concernés sont l’espace Condorcet, l’IUT (Institut Universitaire Technologique) de l’Aisne et l’Insset (Institut supérieur des sciences et techniques). L’objectif est de permettre à des étudiants en nouvelles technologies de travailler dans un environnement professionnel avec des machines sophistiquées. Soprocos emploie 300 salariés et fabrique des aérosols : déodorants, mousse à raser… Fapagau, quant à elle, fabrique du parfum et compte 200 salariés.

    Échange de bons procédés

    Ces usines misent sur ce partenariat pour embaucher des étudiants qualifiés. Car ce programme est parti d’un constat, comme le précise Ugo Ponchon, DRH de Soprocos : «  Nous avons de plus en plus besoin de techniciens de production capables de faire de la maintenance sur les robots  ». Et ce type de profil peut être difficile à trouver. Si l’entreprise recrute facilement des mécaniciens et des spécialistes en électronique, elle peine à trouver des programmateurs de robots.

    Les usines ont donc contacté l’Agglomération pour un échange de bons procédés. «  C’est pourquoi nous nous sommes mis en relation avec les pouvoirs publics, les formations doivent s’adapter aux besoins des industries  », avance Ugo Ponchon. C’est déjà le cas puisque l’université Jules-Verne a lancé, il y a un an, une licence pro spécialisée robotique connectée. «  Cette formation nous intéresse beaucoup. D’une manière générale, nous avons observé dans les différents établissements les enseignements qui correspondent à nos besoins pour leur proposer des projets. »

    Une vingtaine d’étudiants sélectionnés

    Pour le moment, L’Oréal prévoit au minimum une mission pour chaque entreprise, avec une dizaine d’étudiants pour chacune d’elles. Le partenariat est donc limité à des étudiants bien particuliers. «  Ce que nous regardons, ce sont des profils individuels plus que les écoles », précise Ugo Ponchon. Et les heureux élus pourront prétendre à une embauche chez L’Oréal à la fin de leur cursus. Parmi les projets en préparation, l’ergonomie des machines. Les jeunes vont devoir répondre à la question : quelles machines pour réduire la pénibilité au travail ?

    Ce projet s’inscrit dans le cadre de Robonumérique, la stratégie de développement lancée par l’Agglomération en 2013.

     

    • Dès la rentrée en septembre, la direction Soprocos est allée à la rencontre des étudiants de Master 2 "Conception et Simulation de produits" pour exposer leur problématique de process robotique. Le cahier des charges établi par les étudiants sera présenté devant le comité de direction Soprocos qui choisira la solution technique la plus appropriée, pour une mise en œuvre souhaitée en mai 2018.

      La dynamique robonumérique se poursuit avec ce partenariat gagnant-gagnant qui prend forme !

     

    Vue de l’intérieur de l’usine Soprocos, sur la chaîne de conditionnement des aérosols.

    MBK La force d'un grand groupe à Saint-Quentin

    Des formations high-tech

    Depuis le lancement du programme de développement Robonumérique, les formations du Saint-Quentinois se développent autour des nouvelles technologies.

    Par exemple, l’Inseet lance en septembre 2017 un master information et communication spécialisé en « cloud-robotique ». C’est-à-dire que les étudiants vont apprendre à faire communiquer des machines entre elles pour les coordonner, un axe de développement important dans les entreprises aujourd’hui. Du côté des usines, les professionnels du secteur parlent d’« industrie 4.0 » en référence à la quatrième révolution qui est en train d’être initié par ces transformations technologiques. Pour répondre à ces besoins, l’IUT de l’Aisne a lancé en 2016 une licence professionnelle gestion de production industrielle, un cursus spécialisé dans les automates connectés qui permet aux jeunes d’apprendre à gérer des usines de plus en plus automatisées. Même l’espace Condorcet suit le mouvement avec un BTS conception de systèmes automatiques. Plus de 2 000 étudiants se forment à Saint-Quentin. La ville propose 5 formations spécialisées en robotique, qui s’étalent du BTS au master.

    L'Aisne Nouvelle

    http://www.robonumerique.fr

    Saint-Quentin s'oriente sur un nouvel axe : la robonumérique, une contraction des mots "robotique" et "numérique".


    http://www.insset.u-picardie.fr/formations/master-ccm

    https://extra.u-picardie.fr/disi4/infocentre//documents/logosCatalogue/logo19/logo_iut_aisne.png

     

    iut-aisne.u-picardie.fr

    Campus de Soissons
    13/15, av. François Mitterrand
    02880 Soissons
    Tél. 03 23 76 40 20

    https://scontent-cdg2-1.xx.fbcdn.net/v/t1.0-1/12799186_1091935744179577_2687467740162597905_n.jpg?oh=50720b9a3e355b2b1747bd6514cc2b11&oe=5A717FB9

    Espace Scolaire Condorcet - Saint-Quentin

    http://condorcet02.lyc.ac-amiens.fr/site/formations/form-f_indus.php

     

     

    Pour en savoir plus, voir notre article précédent :

    Saint-Quentin, un parcours complet de formations robotiques du BAC+2 au MASTER 2.

     

     

    1er concours spécialisé en robotique industrielle et commande numérique…

    En mars 2017, quatre étudiants de première année de BTS Conception Réalisation de Systèmes Automatiques, du lycée Condorcet de Saint-Quentin, ont remporté le concours robotique industrielle organisé par un fabriquant japonais de robots.

     
    Les Olympiades de la robotique industrielle sont ouvertes, sur inscription, aux entreprises et aux enseignants ainsi qu'à leur étudiants. Cette manifestation se veut comme une passerelle entre les écoles et le monde professionnel.
     
    La 5e édition du mois d'avril 2018 accueille un nouveau concours sur une journée supplémentaire : Intégration Commande Numérique.
     

  • Le concours Science Factor vise à faire émerger des idées et projets d’innovation citoyens, avec une participation égale de filles et de garçons, en prenant appui sur les réseaux sociaux. Science Factor propose aux jeunes de la sixième à la terminale de construire en équipe (de 2 à 4 participants, pilotés par une fille), un projet scientifique ou technique innovant, une invention ayant un impact positif clairement démontré au niveau sociétal, économique ou environnemental.

    Concours organisé par Global Contact en partenariat avec le Ministère de l’Éducation Nationale, le Ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation et le Secrétariat Général pour la Modernisation de l’Action Publique.

    Objectif : stimuler l’intérêt des jeunes, et plus particulièrement des filles, pour les métiers scientifiques et techniques.

    L'édition 2017-2018 est ouverte du 11 septembre au 31 décembre 2017.

     Le calendrier de cette 6e édition du concours :
          - Septembre au 31 décembre 2017 : dépôt des projets des équipes participantes
          - Du 8 décembre 2017 au 8 janvier 2018 : votes pour les projets sur Internet et Facebook
          - Janvier 2018 : notation par le jury des projets retenus à l’issue des votes et annonce des finalistes
          - Février 2018 : coaching des finalistes pour l’oral du concours
          - 15 Mars 2018 : oraux de finale et journée nationale de rencontres
          - 15 Mai 2018 : remise des Prix et journée nationale de rencontres

    Qui peut participer ?

    Le concours s'adresse aux élèves francophones de la sixième à la terminale (ou niveaux équivalents pour les élèves scolarisés en filière professionnelle ou à l’étranger). Les équipes candidates, constituées de 2 à 4 jeunes, sont obligatoirement pilotées par une fille et peuvent être épaulées par des étudiants, enseignants ou professionnels issus de filières scientifiques et techniques.


    Que doit-on présenter et comment se déroule le concours ?

    Les équipes doivent présenter une innovation scientifique ou technique dont le caractère novateur, ainsi que l’impact sociétal, économique ou environnemental devront être clairement démontrés lors du dépôt du projet. Pour participer au concours, les équipes doivent réaliser une vidéo illustrant leur projet et remplir le formulaire de participation en ligne.

    Nous recommandons fortement aux équipes de réaliser une maquette (physique, virtuelle) ou un prototype de leur projet afin de permettre aux internautes et au jury de mieux se projeter dedans.

    Les équipes présentent ensuite leur projet sur Internet et les réseaux sociaux, et les soumettent aux votes des internautes. Ces votes établissent un classement à l’issue duquel les 5 meilleurs projets de chaque catégorie sont soumis au jury de Science Factor, qui sélectionnera 3 équipes finalistes pour chaque Prix. En 2016-2017, les projets Science Factor ont récolté plus de 15 000 votes ! Les équipes finalistes présentent alors leur projet à l’oral devant le jury, et une équipe lauréate est désignée par Prix.

    Que gagne-t-on ?

    Cette année, quatre prix sont attribués : un pour les collégiens, un pour les lycéens, le Prix ENGIE Science Factor qui récompense l’équipe de collégiens ou de lycéens pour la solution la plus économe en énergie ou la plus optimisée en production d’énergie et le Prix Orange Science Factor qui récompensera l’équipe ayant présenté la solution numérique (matériel, logiciel ou application, réseaux) dont l’utilité à la société civile sera la plus significative et la mieux démontrée.

    https://sciencefactor.fr/#1

    facebook.com/sciencefactor  

     

     


  • Pour aider les élèves de première et de terminale à découvrir les études de certaines filières de l'enseignement supérieur français, France Université Numérique a créé 7 MOOC (cours en ligne gratuit et massif) pour aider les lycéens dans leurs choix d'orientation.



    Ces cours gratuits sont diffusés sur la plate-forme FUN qui est l'organe de diffusion public des MOOC des établissements d'enseignement supérieur français
    (universités et grandes écoles)

    Une formation en ligne ouverte à tous (FLOT), aussi appelée cours en ligne ouvert et massif (CLOM), ou MOOC (massive open online course en anglais), est un type ouvert de formation à distance capable d'accueillir un grand nombre de participants.

    FUN propose 7 MOOC pour aider les lycéens à entrer dans l'enseignement supérieur

    www.fun-mooc.fr

    La plateforme publique FUN-MOOC diffuse depuis septembre 2017, des MOOC d’aide à l’orientation et à la préparation à l'entrée dans l'enseignement supérieur. Ces cours en ligne, gratuits et collaboratifs, créés par six universités et une grande école, ont pour objectif d'aider les élèves et leurs familles à imaginer un parcours d’étude à l'université, à s'inscrire en IUT ou à préparer des études en sciences. La présentation des cursus vaut pour l'ensemble des enseignements dans cette discipline quelque soit l'établissement.
    Avec ces MOOC gratuits, les établissements d’enseignements supérieurs souhaitent toucher un très large public et favoriser la démocratisation de la démarche d’orientation.

     

    Brochure : 7 MOOC pour entrer dans l'enseignement sup'

    Télécharger « MOOC_orientation_2018_v4.pdf »

    Brochure : un MOOC c'est quoi ?

    Télécharger « Un MOOC c'est quoi.pdf »

     

    EXEMPLE :

    Introduction à la psychologie à l'Université

    https://www.fun-mooc.fr/courses/course-v1:UT2J+59001+session03/about

    À propos du cours

    L’objectif de ce cours est de présenter ce qu’est la psychologie, ce que sont ses principaux secteurs, et les différents débouchés possibles.
    De nombreux étudiants s’inscrivent en licence de psychologie en ayant une idée vague, restreinte, voire erronée de ce qu’est la psychologie à l’université : quels contenus enseignés ? Est-il vrai qu’il y a des maths ? Quels métiers à l’issue de la formation ? Ils peuvent parfois être étonnés de découvrir, dès les premiers cours, que cela ne correspond pas vraiment à ce qu’ils avaient imaginé.

    Notre objectif principal est donc de présenter dans les grandes lignes, ce que sont la psychologie et le métier de psychologue ainsi que d’autres débouchés possibles. Ce cours peut donc être vu comme une introduction générale à la psychologie, un panorama non exhaustif des objets, méthodes et champs d’application. Il a pour visée une meilleure diffusion de l’information auprès du grand public, une meilleure orientation des étudiants dans cette filière, et, à terme, une meilleure réussite.

    • Fin d'inscription

    10 fév 2018

    • Début du Cours

    08 jan 2018

    • Fin du cours

    11 fév 2018

    À qui s'adresse ce MOOC ?

    Ce MOOC s’adresse au grand public sans aucun pré-requis. Il est conçu prioritairement pour les personnes qui souhaitent s’orienter vers un cursus de psychologie à l'université (lycéens et reprises d’études) mais s’adresse également à toute personne qui s’intéresse à cette discipline et à cette profession.

    Format et organisation du cours

    Le cours est ouvert sur une durée totale de 5 semaines nécessitant, chacune, une implication d’environ 2 heures par apprenant. Chaque semaine, des vidéos sont mises à disposition des apprenants, suivies de questions permettant de faire le point sur ce qu’il est important de retenir.

    Des activités complémentaires sont également proposées suite à certains contenus.

    La première semaine est une introduction générale, positionnant la psychologie, le métier de psychologue, ainsi que les différentes méthodes utilisées. Ensuite, au sein de chacune des autres semaines, deux perspectives complémentaires sont développées :

    • la première renvoie à la présentation de différents secteurs de la psychologie et des métiers associés (développement, cognitive, sociale, patho-clinique, …),

    • la seconde renvoie à des focus plus précis sur des études ou thématiques spécifiques (le stress, l’interprétation des visages, les faux souvenirs, les jeux vidéos ou en ligne, etc.).

    Des forums seront également mis en place pour répondre aux questions des apprenants.
    Plusieurs niveaux d’engagement sont possibles allant du simple visionnage de toutes ou d’une partie des vidéos jusqu’à la réalisation de tous les quizz et toutes les activités complémentaires proposées.

     

     

     


  • Dans les domaines du paramédical et du social,
    les formations sont accessibles sur concours. 
    Il faut contacter les écoles dès le mois d'octobre de l'année de terminale
    car les inscriptions sont souvent closes en février.

     

    Inscriptions aux CONCOURS : Les métiers du paramédical et social

    Inscriptions aux CONCOURS : Les métiers du paramédical et social

    Inscriptions aux CONCOURS : Les métiers du paramédical et social

    Inscriptions aux CONCOURS : Les métiers du paramédical et social

    Les écoles paramédicales préparent en 1 à 3 ans aux   DE obligatoires pour exercer les métiers d’infirmier, d’audioprothésiste, d’ergothérapeute, de manipulateurs en électroradiologie médicale...

    Accessibles le plus souvent sur concours (inscriptions payantes), la plupart des cursus paramédicaux sont sanctionnés par un DE (diplôme d’Etat) ou un CC (certificat de capacité), obligatoires pour exercer.

    Les  DE sans le bac se préparent en écoles spécialisées, souvent rattachées à des centres hospitaliers. Ces formations sont courtes (18 semaines à 1 an).

    Pour les formations post-bac, cap en général sur 3 à 5 ans d’études en écoles/instituts. Exceptions : les certificats d’orthophoniste et d’orthoptiste se préparent à l’université. Le DE de puériculture s’acquiert en 1 an après un DE d’infirmier ou de sage-femme.

    Sans le Bac :

    Les écoles sociales mènent en 3 ans aux DE souvent exigés pour exercer comme assistant de service social, éducateur spécialisé, éducateur technique spécialisé ou encore  éducateur de jeunes enfants.

    Selon le DE et son niveau, les études peuvent durer 1 an (comme le DE spécialité accompagnement de la vie à domicile), 2 ans (comme le DEME, de niveau bac) ou 3 ans (comme le DEEJE, de niveau bac + 2).

    Le coût de la formation peut être très élevé : de quelques centaines d'euros à 3000 euros par ans, selon les écoles et les diplômes. Mais les élèves bénéficient le plus souvent de dispositifs d'aide au financement (bourse du conseil régional, par exemple). L'apprentissage est aussi possible.

    A savoir. Pour le  DEASS Diplôme d'Etat d'assistant de service social et le DEES Diplôme d'Etat d'éducateur spécialisé, une tactique consiste à passer par le DUT carrières sociales de même option (AS et ES) pour tenter l'entrée en 3e année (procédure de sélection propre à chaque établissement). L'avantage : appréhender les différents aspects du travail social et acquérir une première expérience.

    Sans le bac :

    Les autres formations du social :

    Deux BTS (brevets de technicien supérieur), économie sociale et familiale et services et prestations des secteurs sanitaire et social, et un DUT (diplôme universitaire de technologie), carrières sociales, donnent accès aux métiers du secteur, ainsi que quelques licences pro et masters. Ces diplômes, plus axés sur la théorie, permettent de mûrir son projet et de se spécialiser pas à pas.

    Côté animation, des diplômes, tel le BPJEPS (brevet professionnel de la jeunesse, de l'éducation populaire et du sport), ou d'autres, de niveau bac + 2 ou + 3, sont souvent accessibles sans diplôme scolaire, car les critères de sélection portent davantage sur l'expérience en animation.

    Par ailleurs, les formations de conseiller pénitentiaire d'insertion et de probation et d'éducateur de la PJJ sont accessibles par des concours particuliers, relevant du ministère de la justice.

     

    Des bourses d’études ou des aides du conseil régional, par exemple existent. Le Conseil Régional des Hauts de France  attribue des bourses d’études sanitaire et sociale. http://www.apradis.eu/index.php/item/319-bourses-saso

    Rentrée 2017/2018 : ouverture de la plateforme régionale des bourses d'études sanitaires et sociales entre le 15 et 30 juillet 2017 jusqu’au 30 octobre 2017

     

    Le guide des formations sociales et paramédicales dans l'académie d'Amiens recense toutes les informations pratiques concernant les concours : conditions de diplôme, calendrier des concours, lieux de formation, frais d’inscription et de scolarité, etc.

    Guide formations sociales et paramédicales (académie Amiens 2017)

     

    Les diplômes ouverts à la VAE  : vae.asp-public.fr

    La VAE Sanitaire et Sociale

    Les diplômes du secteur sanitaire et social sont délivrés par les ministères chargés de la santé et des affaires sociales ; l'information pratique des candidats et la gestion des candidatures sont assurées par l'ASP pour le compte des Directions Régionales de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale (DRJSCS anciennement DRASS). Celles-ci continuent de décider de la recevabilité, d'organiser les jurys et de délivrer le cas échéant le diplôme.

    A ce jour, 15 diplômes sont accessibles par la VAE :

    SANTE    

        - diplôme d'état d'aide-soignant (DEAS)
        - diplôme d'état d'auxiliaire de puériculture (DEAP)
        - diplôme de préparateur en pharmacie hospitalière (DPPH)
        - diplôme d'état d'ergothérapeute (DEERGO)
        - diplôme d'État d'infirmier de bloc opératoire (DEIBO)

    Retrouver des informations sur le site du ministère en charge de la santé -> Cliquer ici

     

    SOCIAL

       - diplôme d'état d'accompagnant éducatif et social (DEAES)
               * spécialité accompagnement de la vie à domicile
               * spécialité accompagnement à l'éducation inclusive et à la vie ordinaire
               * spécialité accompagnement de la vie en structure collective
        - diplôme d'état d'assistant familial (DEAF)
        - diplôme d'état d'ingénierie sociale (DEIS)
        - diplôme d'état de médiateur familial (DEMF)
        - diplôme d'état d'auxiliaire de vie sociale (DEAVS) – (pour les dossiers déposés avant le 01/02/2016)
        - diplôme d'état d'assistant de service social (DEASS)
        - diplôme d'état d'aide médico-psychologique (DEAMP) – (pour les dossiers déposés avant le 01/02/2016)
        - diplôme d'état d'éducateur de jeunes enfants (DEEJE)
        - diplôme d'état de technicien de l'intervention sociale et familiale (DETISF)
        - certificat d'aptitude aux fonctions d'encadrement et de responsable d'unité d'intervention sociale (CAFERUIS)

    Retrouver des informations sur le site du ministère en charge des affaires sociales -> Cliquer ici

     

     

     


  • Dans le cadre de la lutte contre le décrochage à l’université et de l’accompagnement des étudiants en réorientation, le rectorat d’Amiens, en concertation avec l’université de Picardie Jules Verne, a mis en place une plate-forme numérique sous forme de "Portail de réorientation des étudiants".

    Ouverture du portail de réorientation des étudiants de l’université

     

    Ce dispositif prend le relais, au niveau académique, de la procédure Admission postbac à l'issue de la phase d'admission complémentaire, qui se termine fin-septembre.

    Le portail de réorientation des étudiants est ouvert du 2 octobre au 31 décembre 2017.

    Sont concernés par cette procédure les étudiants inscrits en 1re année de Licence ou de DUT qui souhaitent changer de formation au cours du premier semestre et envisagent d'intégrer un Brevet de technicien supérieur (BTS) ou un Diplôme universitaire de technologie (DUT).

    Les formations de ces filières qui disposeront de places vacantes à cette période pourront ainsi recruter directement ces candidats. Les étudiants intéressés pourront s'inscrire sur cette plateforme et déposer leur(s) candidature(s), en formulant trois vœux au maximum.

    Une admission pourra être proposée après entretien avec les responsables des établissements demandés, notamment chefs d'établissement et Directeurs délégués aux formations technologiques et professionnelles (DDFTP).

    En cas de non admission sur leur(s) vœu(x), les candidats seront alors pris en charge soit par le Centre d'information et d'orientation proche de leur domicile soit par la Mission académique de l'enseignement supérieur (MAES).

     

    Par qui être accompagné(e) ?

    Les psychologues de l'Éducation nationale spécialité Éducation, développement et conseil en orientation scolaire et professionnelle de la MAES peuvent conseiller les étudiants dans le choix de formations en vue de leur réorientation. Elles peuvent les aider tout au long de la procédure.


    Contact

    Mission académique de l’enseignement supérieur – MAES – 45 rue Saint Leu – 80000 Amiens
    Courriel : maes@ac-amiens.fr
    Tél : 03 22 92 28 78 

     

    Source : ONISEP Amiens

     


  • L'action régionale d’accompagnement vers l’alternance des personnes handicapées (3APH)
    en Picardie.
    Cette action vise l’accompagnement de parcours de formation par la voie de l’alternance (contrat de professionnalisation ou contrat d’apprentissage) pour les personnes en situation de handicap âgées de 16 ans et plus.

    (Expérimentation en 2014)

    Le public bénéficiaire :

    ·       Personnes âgées de 16 ans et plus, en situation de handicap, reconnues au sens de l'obligation d'emploi des travailleurs handicapés ou en cours de reconnaissance (récépissé de dépôt de dossier à la MDPH),

    ·       Disposant d'une orientation milieu ordinaire de travail,

    ·       Ayant un projet d'alternance et des besoins spécifiques d'accompagnement pour accéder à la qualification et à l'emploi.

     

    Objectif de l’action 3APH :        

    Cette action a pour objet l’accompagnement de la préparation de parcours  vers l’alternance, la sécurisation pendant et post alternance.

     

    Télécharger « 3APH 2017.pdf »

    La prescription est encore possible durant le mois d'octobre 2017

    Télécharger « Fiche de prescription 3 APH - Aisne 2017.pdf »

     

    Les prescripteurs possibles

    ·       Cap emploi

    ·       Éducation nationale (dont les Unités Localisées pour l'Inclusion
    Scolaire)

    ·       Etablissements Médico-sociaux (IME, IMPRO)

    ·       Missions Locales

    ·       Pôle emploi

    ·       Agefiph

     

    Mise en œuvre et suivi de parcours en alternance en 4 services opérationnels 


    P2 : Positionnement des candidats à l'alternance

    P3 : Elaboration et consolidation du projet en alternance

    P4 : Accompagnement à l'entrée du contrat en Alternance

    P5 : Appui durant le contrat en alternance

     

     Hand'T'Aisne / Cap Emploi

    8 rue de la Nef d'Or
    02100 Saint-Quentin

    03.23.05.27.68

    handtaisne.voltaire@handtaisne.fr.

     

    Contactez les Cap emploi de Picardie :
    CAP Emploi Aisne - HAND’T’Aisne
    7 chemin de l’hippodrome, 02000 Laon
    Tél : 03 23 27 75 00
    Mél. : capemploiaisne@wanadoo.fr


    Cap Emploi Oise - IPSHO
    Centre des tanneurs, 7 rue des tanneurs,
    60000 Beauvais
    Tél : 03 44 15 66 66
    Mél. : 3aph@ipsho.org


    CAP Emploi Somme - ALIHANSE
    6 allée des fleurs - Village Oasis - Dury,
    80044 Amiens Cedex 1
    Tél : 03 22 89 82 60
    Mél. : accueil.alihanse@orange.fr

     

     


  •  Vous souhaitez faire reconnaître vos compétences acquises dans la pratique de votre métier ? 
     
    La Validation des Acquis de l’Expérience ou VAE vous permet d’obtenir un diplôme ou un certificat à l’égal d’une formation classique.

    Dès le 1er octobre 2017, les règles s'assouplissent !

    Réformée à travers la loi Travail du 8 août 2016, la VAE pourra être demandée après 1 an d'exercice contre 3 ans auparavant.

    Recevabilité, financement et certification sont mis à jour par un décret publié au Journal Officiel en juillet dernier.
    Télécharger « decret VAE.pdf »

    Procédure de recevabilité

    Ainsi, de nouvelles règles de calcul de la durée d’exercice des activités en milieu professionnel vont s'appliquer à partir du 1er octobre. Cette dernière passe de 3 à 1 an, que l’activité soit exercée de façon continue ou non. L’ensemble des activités professionnelles salariées ou non, d’au moins 1 an en rapport avec le certificat demandé, est alors pris en compte.

    Pour déposer un dossier, le candidat devra présenter : un document cerfa renseigné et signé, en plus des documents justifiant de la durée des activités, en remplacement des anciens livrets 1 et 2. Le dossier doit ensuite être adressé au certificateur sur son site Internet ou via le portail gouvernemental dédié à la VAE. Attention : un seul dossier peut être déposé pendant la même année civile, pour le même diplôme, titre ou certification. Dans le cas de demandes pour différentes validations, le maximum de dossier de recevabilité est de 3.

    Information et financement

    Vous pouvez demander une aide gratuite à la constitution du dossier de recevabilité et des informations sur les principes, les modalités de mise en œuvre et de financement. L’accompagnement peut aussi être renforcé, pour des cas particuliers. Le salarié ne paie pas les frais de transport, de repas et d’hébergement, ni les frais d’examen du dossier de recevabilité et d’accompagnement ou d’organisation de session d’évaluation.

    Lorsque les actions permettant au salarié de faire valider les acquis de son expérience se déroulent au titre de plan de formation, hors temps de travail en accord avec son employeur, le salarié bénéficie aussi d’une allocation de formation.

    Certification totale ou partielle

    La date d’évaluation est proposée par le certificateur. Un jury de validation procède à l’examen du dossier du candidat et s’entretient avec lui. Si elle est prévue, une mise en situation professionnelle est organisée. La VAE peut être accordée pour la totalité du diplôme ou seulement pour une partie en estimant que vous souffrez de certaines lacunes.

    Le président (du jury) adresse alors au certificateur un rapport précisant l’étendue de la validation accordée, et dans le cas d’une validation partielle la nature des aptitudes, compétences et connaissances que le candidat doit acquérir et qui doivent faire l’objet d’une deuxième évaluation. Cela peut comprendre également l’orientation vers une formation complémentaire.

    Enfin, une attestation des compétences ou un livret de certification est remis au candidat. Dans le cas d’une certification partielle, la limite de validité de 5 ans est levée et devient définitive.

     

     


  • DIPLÔME UNIVERSITAIRE
    Faculté de Médecine d’Amiens

    UNIVERSITÉ DE PICARDIE JULES VERNE
    CENTRE DE RESSOURCES POUR LES INTERVENANTS AUPRÈS DES AUTEURS DE VIOLENCES SEXUELLES
    CHU D’AMIENS-PICARDIE
    CHI DE CLERMONT DE L'OISE

    DIPLOME D’UNIVERSITE VIOLENCE, SANTE & SOCIETE


    Présentation du D.U. :
    Les rapports nationaux et internationaux relatifs au champ de la violence et de la santé s’accordent sur la nécessité de former l’ensemble des acteurs concernés par la prise en charge des victimes et des auteurs de violences, notamment les Médecins, Psychologues, Professionnels de santé, Travailleurs sociaux, Magistrats, Personnels de l’administration pénitentiaire, des Forces de l’ordre, et des Associations.
    Travail en réseau et collaboration sont nécessaires à l’amélioration des prises en charge sanitaire, judiciaire et sociale.
     

    Objectifs de la formation :
    L’objectif principal de cette formation est de permettre l’acquisition d’un socle commun de connaissances aux professionnels des champs Santé, Justice et Social, et notamment de valider le cursus théorique des médecins coordonnateurs.


    Conditions d’inscription :
    Ce D.U. est ouvert aux :

    Docteurs en Médecine et étudiants de 3ème cycle de Médecine,
    Magistrats, Avocats et Juristes
    Psychologues et étudiants de 3ème cycle de Psychologie.

    Travailleurs sociaux
    Personnels de l’administration pénitentiaire
    Directeurs et cadres d'établissements de santé, médico-social, et social
    Autres personnels administratifs.

    Inscriptions :
    Après autorisation du comité pédagogique.
    Inscription auprès de Mme DUMONT Dominique,
    U.F.R. de Médecine d'Amiens, 3 Rue des Louvels - 80036 Amiens cedex 1
    Tel : 03 22 82 54 30.

     

    Pour en savoir plus : Télécharger « DU 2017-2018.pdf »

    Le GCS-CRIAVS de Picardie: http://www.criavs-picardie.org/

     

     

     


  • "Il y a deux gros changements lorsque l'on arrive en sixième : un nombre plus important de professeurs et le fait de ne pas être toujours dans la même salle de classe", résume Jean-Louis Seve, professeur principal de sixième au collège Pierre et Marie Curie de Braine, dans l'académie d'Amiens.

    Cycle 3 - cycle de consolidation : CM1, CM2 et classe de sixième

    Le cycle 3 relie désormais les deux dernières années de l'école primaire et la première année du collège, dans un souci renforcé de continuité pédagogique et de cohérence des apprentissages au service de l'acquisition du socle commun de connaissances, de compétences et de culture. La classe de 6e occupe une place particulière dans le cycle : elle permet aux élèves de s'adapter au rythme, à l'organisation pédagogique et au cadre de vie du collège tout en se situant dans la continuité des apprentissages engagés au CM1 et au CM2.

    Pour en savoir plus sur les programmes du collège : http://www.education.gouv.fr/cid81/les-programmes.html

    Les horaires en sixième (cycle 3)

    Le cycle 3, cycle de consolidation, unit le cours moyen 1re année (CM1), le cours moyen 2e année (CM2) et la classe de sixième. Il permet ainsi d’améliorer la continuité et la cohérence des apprentissages, en prenant appui sur un programme d’enseignement rédigé pour l’ensemble des trois années.

    L’année de sixième a pour objectif d'affermir les acquis fondamentaux de l'école élémentaire et d'initier les élèves aux disciplines et méthodes propres à l'enseignement secondaire.

    Un livret scolaire, contenant notamment les bilans périodiques de cycle 3 et le bilan de fin de cycle 2, est transmis par les écoles aux équipes du collège afin de favoriser la mise en place d’un accompagnement pédagogique dans le cadre des enseignements dispensés en sixième (enseignements communs et enseignements complémentaires). Il peut aider par exemple à la constitution de groupes selon les besoins des élèves, ou encore lorsque cela s’avère nécessaire, de programmes personnalisés de réussite éducative (PPRE).

    Volumes horaires des enseignements obligatoires applicables aux élèves du niveau sixième de collège

    Enseignements

    Horaires hebdomadaires

    Éducation physique et sportive

    4 heures

    Enseignements artistiques *

    (arts plastiques + éducation musicale)

    1 heure + 1 heure

    Français

    4,5 heures

    Histoire-géographie

    Enseignement moral et civique

    3 heures

    Langue vivante

    4 heures

    Mathématiques

    4,5 heures

    SVT, technologie, physique-chimie

    4 heures

    Total **

    26 heures ***

    * Chacun de ces enseignements peut être organisé à raison de 2 heures hebdomadaires sur un semestre.

    ** S'y ajoutent au moins 10 heures annuelles de vie de classe.

    *** Sur ces 26 heures, 3 heures hebdomadaires sont consacrées aux enseignements complémentaires sous la forme d'accompagnement personnalisé et/ou d'enseignements pratiques interdisciplinaires.

     

    Guide gratuit d'orientation

    Guide gratuit  "Entrer en 6e – Découvrir le collège" rentrée 2017

    Entrer en 6e, Rentrée 2017

    Télécharger le guide (pdf, 3,95 Mo)

     

    La classe de sixième

     

    Support numérique interactif (visite animée) :
    http://www.onisep.fr/Je-decouvre-le-college-avec-mon-enfant

     

    Quelles nouveautés en 2017 ?

    La rentrée 2016 a vu la mise en place de la réforme du collège. La rentrée 2017 va connaître quelques légères modifications. En sixième, trois heures par semaine seront consacrées aux "enseignements complémentaires", c'est-à-dire aux enseignements pratiques interdisciplinaires (EPI) et à l'accompagnement personnalisé (AP). Chaque établissement répartit à sa manière les horaires entre EPI et AP.

    Les EPI sont des cours mêlant plusieurs disciplines et l'accompagnement personnalisé est un temps pour approfondir ses connaissances et compétences ou pour travailler sur ses difficultés. L'accompagnement personnalisé doit également permettre d'acquérir de bonnes méthodes de travail. 

     À noter : les horaires sont les mêmes sur l'ensemble du collège, soit 26 heures de cours par semaine quel que soit le niveau avec 1h30 de pause à midi.

    Dans ces 26 heures sont aussi incluses 3 heures d’enseignements complémentaires.

    Se faire aider avec l'accompagnement personnalisé

    En 6e, les heures d’accompagnement personnalisé sont là pour :

    • vous adapter à votre nouvel emploi du temps en début d’année ;
    • vous aider à bien comprendre les consignes données ;
    • vous permettre d'approfondir certaines matières ;
    • vous mettre à niveau si nécessaire.

    Pendant ces heures, vous pouvez être réunis en petits groupes, en interclasse ou encore en atelier.

    Enfin, au moins 10 heures de vie de classe viendront s’ajouter sur l’année (par exemple, 1 heure tous les mois).

    Qu’est-ce que "la vie de classe" ?

    Les heures de vie de classe permettent de dégager du temps en dehors des cours pour parler de l’organisation de la classe ou du collège, des sujets de tous les jours (cantine, fournitures) mais aussi de questions plus graves comme les problèmes de comportement. On peut aussi y discuter des questions liées à l’actualité ou à la société... D’autres adultes peuvent faire des interventions pendant ces heures (d’autres professeurs, le CPE, des intervenants extérieurs au collège, etc.)

    Le Parcours Avenir

    Ce parcours éducatif débute en 6e : vous découvrez le monde du travail (visites d'entreprise, rencontres avec un professionnel...) et vous vous familiarisez avec des notions telles que "formations", "métiers", "secteurs d'activités", "entreprises", etc. L'idée est aussi de commencer à réfléchir à vos goûts, vos envies pour choisir un métier qui vous plaît plus tard.

     

    arrêté du 16 juin 2017 - J.O. du 18 juin 2017
    Organisation des enseignements dans les classes de collège

    arrêté du 19 mai 2015 - J.O. du 20 mai 2015

    L'Etudiant, ONISEP, Education.gouv

     


  •  

    Décret VAE : nouvelles modalités de mise en oeuvre au 1er octobre 2017

     

     

     

    Le décret du 4 juillet 2017 met la partie règlementaire du Code de l’éducation en conformité avec les nouvelles règles s’appliquant en matière de VAE issues :

    • des articles 1er, 6 et 21 de la loi n° 2014-288 du 5 mars 2014 relative à la formation professionnelle, à l’emploi et à la démocratie sociale ;
    • de l’article 78 de la loi n° 2016-1088 du 8 août 2016 relative au travail, à la modernisation du dialogue social et à la sécurisation des parcours professionnels.

    Télécharger « decret VAE.pdf »

    Règles de calcul de la durée d’exercice des activités en milieu professionnel

    Le décret rappelle que sont désormais prises en compte dans une demande de VAE l’ensemble des activités suivantes :

    • activités professionnelles salariées,
    • activités non salariées,
    • activités de bénévolat ou de volontariat,
    • activités exercées par une personne inscrite sur la liste des sportifs de haut niveau,
    • activités exercées dans le cadre de responsabilités syndicales,
    • activités exercées d’un mandat électoral local ou d’une fonction élective locale.

    Lorsqu’il s’agit d’activités réalisées en formation initiale ou continue, peuvent être prises en compte :

    • les périodes de formation en milieu professionnel,
    • les périodes de mise en situation en milieu professionnel,
    • les stages pratiques,
    • les préparations opérationnelles à l’emploi,
    • les périodes de formation pratique de contrat d’apprentissage, de contrat de professionnalisation ou de contrat unique d’insertion.

    Suite à la réforme opérée par la loi du 8 août 2016, sont prises en compte les activités exercées pendant une durée d’au moins un an, de façon continue ou non, en rapport direct avec le diplôme ou titre à finalité professionnelle ou le certificat de qualification professionnelle pour lequel la demande est déposée.

    Cette durée d’un an est calculée sur un nombre d’heures correspondant à la durée de travail effectif à temps complet en vigueur dans l’entreprise en fonction de la période de référence déterminée en application d’un dispositif d’aménagement du temps de travail (en référence à l’article L3121-41 du Code du travail).

    Il est aussi précisé que la durée des activités réalisées hors formation doit être supérieure à celle des activités réalisées en formation.

    Art. R335-6 du Code de l’éducation, modifié

    Procédure de recevabilité de la demande de VAE

    1° Étapes de la procédure de VAE

    Comme c’était déjà le cas auparavant, la procédure de validation des acquis de l’expérience comprend deux étapes :

    • une étape de recevabilité de la demande de validation des acquis de l’expérience ;
    • et une étape d’évaluation par le jury. Cette seconde étape est organisée par un organisme certificateur. Il peut s’agir de :
      • l’autorité administrative qui délivre la certification,
      • l’établissement ou l’organisme qui délivre la certification.

    Le décret précise que l’organisme certificateur peut proposer au candidat une aide gratuite à la constitution de son dossier de recevabilité.

    2° Dossier de recevabilité

    Il comprend :

    1. un formulaire de candidature dûment renseigné avec la signature manuscrite ou électronique du candidat dont le modèle est fixé par arrêté du ministre chargé de l’Emploi ;
    2. les documents justifiant de la durée des activités exercées par le candidat et le cas échéant, les certifications ou parties de certifications obtenues et les attestations de formations suivies antérieurement distinguant la durée des périodes de formation initiale ou continue réalisées en situation de travail, en rapport direct avec la certification ciblée ;
    3. les documents spécifiques éventuels, nécessaires à l’examen de la demande de validation, fixés par l’organisme certificateur délivrant la certification professionnelle.

    Il y aura donc désormais un modèle unique de formulaire de candidature (CERFA). Un cerfa est un formulaire administratif réglementé. Il s'agit d'un imprimé officiel dont le modèle est fixé par arrêté.

    3° Nombre de demande pouvant être déposées

    Deux règles sont posées :

    • un candidat ne peut déposer qu’un seul dossier de recevabilité pendant la même année civile et pour le même diplôme, titre ou certificat de qualification ;
    • pour des diplômes, titres ou certificats de qualification professionnelle différents, il ne peut déposer plus de trois dossiers de recevabilité au cours de la même année civile.

    Ces obligations et l’engagement sur l’honneur du candidat à les respecter sont rappelés sur chaque formulaire de candidature à une validation.

    4° Dépôt du dossier de demande

    Le candidat adresse le dossier de recevabilité à l’organisme certificateur, dans les conditions que ce dernier a préalablement fixées et rendues publiques, notamment sur son site internet ou sur le portail gouvernemental dématérialisé dédié à la VAE.

    5° Instruction du dossier de recevabilité

    L’examen du dossier de recevabilité est réalisé par l’organisme certificateur.

    Il consiste :

    • d’une part, à contrôler la conformité de la durée effective d’activité par rapport à la durée requise ;
    • et, d’autre part, à vérifier le rapport direct des activités déclarées par le candidat avec les activités du référentiel de la certification.

    6° Notification de la décision

    L’organisme certificateur notifie sa décision au candidat par tout moyen donnant date certaine à la réception de cette décision.

    La notification mentionnant une décision favorable indique, pour chaque certification la durée de validité de la recevabilité de la demande à l’expiration de laquelle le candidat doit renouveler sa demande ou, en accord avec l’organisme certificateur, la proroger si le contenu du référentiel de la certification reste inchangé.

    Cette notification peut comporter des recommandations, relatives notamment aux formations complémentaires.

    Pour rappel, sur proposition d’un représentant d’un des organismes membres du service public de l’orientation, l’accompagnement à la VAE peut aussi comprendre une assistance à l’orientation et à la recherche de financement pour la prise en charge d’une formation complémentaire correspondant aux formations obligatoires requises par le référentiel de la certification recherchée ou à l’acquisition d’un bloc de compétences manquant dans le parcours du candidat et correspondant à une partie identifiée dans ce référentiel (article R6423-3 du Code du travail).

    7° Session d’évaluation

    L’organisme certificateur propose au candidat au moins une date de session d’évaluation dans les 12 premiers mois à compter de la date d’envoi de la notification de la décision favorable sur la recevabilité.

    Art. R335-7 du Code de l’éducation, modifié

    Règles relatives à l’étape de validation

    1° Dossier de validation

    Le candidat, ayant reçu une décision favorable à sa demande de recevabilité, constitue son dossier de validation comprenant :

    • la description de ses aptitudes, compétences et connaissances mobilisées au cours de son expérience dans les différentes activités exercées ;
    • et, le cas échéant, au cours de formations complémentaires mentionnées ci-dessus.

    Il l’adresse à l’organisme certificateur, chargé de l’organisation du jury de la certification professionnelle, dans les délais et les conditions que ce dernier lui aura préalablement fixés et communiqués.

    Le dossier de validation est soumis au jury constitué et présidé conformément au règlement et aux dispositions régissant le diplôme, le titre ou le certificat de qualification postulé.

    Art. R335-8 du Code de l’éducation, modifié

    2 ° Décisions du jury

    Le jury décide de l’attribution ou de la non attribution du diplôme, du titre ou du certificat de qualification.

    Il peut délivrer une ou plusieurs parties identifiées de certification professionnelle classée au sein du répertoire nationale des certifications professionnelles (RNCP) et visant à l’acquisition d’un ou plusieurs blocs de compétences. Dans ce cas, il identifie les aptitudes, compétences et connaissances qui feront l’objet de l’évaluation complémentaire nécessaire à l’obtention du diplôme, titre ou certificat de qualification postulé.

    Art. R335-9 du Code de l’éducation, modifié

    La décision du jury est notifiée au candidat par l’organisme certificateur.

    Les parties de certification obtenues de manière définitive font l’objet de la délivrance au candidat :

    • soit d’attestations de compétences,
    • soit d’un livret de certification.

    L’organisme certificateur prend les mesures nécessaires pour être en mesure de satisfaire toute demande de duplicata des attestations ou du livret.

    Art. R335-10 du Code de l’éducation, modifié

    Pour la VAE des formations du supérieur, le président du jury adresse à l’organisme certificateur un rapport précisant :

    • l’étendue de la validation accordée,
    • la nature des aptitudes, compétences et connaissances que le candidat doit acquérir et qui doivent faire l’objet d’une évaluation complémentaire en cas d’attribution d’une ou plusieurs parties de certification.

    Art. R613-37 du Code de l’éducation, modifié 

    VAE dans l’enseignement supérieur

    1° Application des règles de droit commun de la VAE

    Peuvent donner lieu à validation, les acquis de l’expérience correspondant à l’exercice d’activités dont la nature et la durée sont définis dans les conditions de droit commun (voir ci-dessus l’article R335-6 du Code de l’éducation modifié).

    L’étape de recevabilité de la demande est régie par les dispositions de droit commun (voir article R335-7 du Code de l’éducation modifié ci-dessus) et le candidat, ayant reçu une décision favorable à sa demande de recevabilité, constitue son dossier de validation dans les conditions de droit commun (voir article R335-8 du Code de l’éducation modifié ci-dessus).

    2° Spécificités de la validation des formations dans le supérieur

    Dossier de demande

    Le formulaire de candidature est accompagné d’un dossier comprenant outre les diplômes, certificats et toutes autres pièces permettant au jury de validation d’apprécier la nature et le niveau de ces études.

    Il comprend par ailleurs :

    • l’annexe descriptive du diplôme,
    • les attestations certifiant les crédits européens obtenus représentatifs des études suivies lorsque celles-ci l’ont été dans le cadre défini par l’Union européenne pour favoriser la mobilité, dans un autre Etat européen.

    Art. R613-35 du Code de l’éducation, modifié

    Dossier de validation

    Le dossier de validation des acquis de l’expérience ou le dossier de la demande de validation des études supérieures est soumis au jury constitué et présidé conformément au règlement et aux dispositions régissant le diplôme ou le titre à finalité professionnelle auquel il est postulé.

    Rôle du jury

    Le jury de validation :

    • procède à l’examen du dossier,
    • s’entretient avec le candidat au regard de ce dossier.

    Une mise en situation professionnelle réelle ou reconstituée du candidat est organisée lorsque le référentiel de la certification ciblée l’a prévu.

    Les procédures d’évaluation permettent au jury de vérifier si les acquis dont fait état le candidat correspondent aux aptitudes, compétences et connaissances exigées par le règlement du diplôme ou du titre postulé.

    Décret n° 2017-1135 du 4 juillet 2017 relatif à la mise en œuvre de la validation des acquis de l’expérience

    Centre Inffo : www.droit-de-la-formation.fr

     

     


  • Espace Scolaire Condorcet, rond-point Joliot Curie, 02100 Saint-Quentin

    Tél. 03 23 08 44 44 - http://condorcet02.lyc.ac-amiens.fr/site/

    En partenariat avec
    la poste

    Pour intégrer directement la formation par apprentissage (à partir de la terminale professionnelle), le candidat doit être titulaire ou non d'un bac général, STMG ou professionnel et rechercher une qualification professionnelle.

    Modalités d'entrée en formation

    L'entrée en formation se fait par la signature d'un contrat d'apprentissage avec une entreprise du secteur marchand.
    Le recrutement se fait à partir d'un CV, d'une lettre de motivation et d'un entretien.

    Dans le cadre du partenariat avec le groupe La Poste, les apprentis retenus seront affectés en bureau de poste sur l'ensemble de la Picardie.

    15 places sont proposées, les apprentis sont affectés en bureau de poste sur l’ensemble de la Picardie. Le recrutement se fait sur dossier (CV et lettre de motivation) et entretien.

    Responsable UFA

    • Pascal OYER - 03 23 08 44 34 - pascal.oyer@ac-amiens.fr

    Organisation de la formation

    Ce bac professionnel se fait en alternance entre le CFA de l'Espace Scolaire Condorcet de Saint Quentin et l\entreprise à laquelle vous êtes liée par un contrat d'apprentissage sur une durée d'un an (agence commerciale de La Poste ou une entreprise commerciale).

    Comme tous les contrats de travail, le contrat d'apprentissage est soumis aux règles du code du travail et aux conventions collectives. Mais il s'agit d'un contrat de travail de type particulier : il comporte obligatoirement une formation qui est donnée à la fois en entreprise et dans un centre de formation d'apprentis (CFA).

    Les contrats d'apprentissage débutent le 1er septembre et s'étendent jusqu'au 31 août.

    L'alternance se fait selon un planning établi entre les entreprises et le CFA :

    • 26 semaines en entreprise
    • 21 semaines au CFA (examens compris)
    • 5 semaines de congés payés.

    Les apprentis suivent le programme de terminale bac pro commerce.

    Débouchés professionnels

    Le bac pro commerce permet d'être vendeur en magasin spécialisé (sport, textile, chaussures, cosmétiques…), dans la grande distribution (hypermarchés, grands magasins…) ou télévendeurs.

    Poursuite d'études

    • BTS Management des Unités Commerciales
    • BTS Négociations et relation client.

     

    Télécharger « BAC_PRO_COM_APP.pdf »

     

     


  • Au lycée Françoise Dolto, on propose depuis la rentrée aux élèves de seconde de renforcer leur anglais. L’objectif à terme est de séjourner et travailler dans un pays voisin.

    Par Jérôme Hémard | Publié le 04/09/2017 l'Aisne Nouvelle

     

    Le lycée professionnel Françoise Dolto travaille sans relâche son image et sa réputation. Ici, on s’emploie à former des élèves motivés dans des domaines porteurs. Pour cette rentrée 2017, on met en avant l’anglais et le secrétariat médical, deux nouveautés qui méritent un éclairage.

    Pour sa seconde rentrée à Dolto, le proviseur Muriel Morel multiplie les discours, les rencontres et les déplacements au sein de l’établissement qu’ elle dirige. Pour elle, seules la réussite et la motivation des jeunes priment.

     Ce lot de nouveautés doit largement y contribuer. «  Dès cette rentrée, on renforce l’anglais pour une ouverture à l’international de manière à ce que les élèves aient des bases pratiques, qu’ils puissent accueillir un touriste étranger par exemple et l’orienter. »

    Les élèves de seconde vont donc inaugurer ce concept avec l’idée de « les envoyer quand ils seront en classe de première et ou de terminale dans un autre pays où on parle anglais » détaille le proviseur. Un moyen aussi de mieux travailler la mobilité, un des freins les plus handicapants chez les jeunes de Thiérache en matière de formation et d’emploi.

    Initiation au secrétariat médical

    Autre nouveauté au lycée professionnel, l’initiation au secrétariat médical pour les élèves qui suivent le Bac pro gestion et administration. Là encore, il s’agit de coller au terrain et à la réalité pour répondre le mieux possible au marché de l’emploi. "On propose cette initiation par la mise en situation et une formation aux logiciels spécialisés" présente le proviseur, précisant que le professeur en charge de cette discipline a suivi une formation auprès du centre hospitalier de Guise. Cette initiation se fait en partenariat avec le lycée d’Hirson.

    Autre secteur renforcé pour mieux répondre à la réalité, celui de l’aide à la personne. Le CPA Petite enfance devient Accompagnement éducatif petite enfance. Outre le changement de nom, l’idée est de répondre davantage aux attentes des professionnels avec des bases élargies à d’autres métiers.

    Les débouchés sur les Hauts-de-France sont importants pour ce secteur porteur, reste à trouver les bons élèves motivés. Sur le cru sorti en juin, avec le Bac en poche, la moitié des élèves poursuivent par un BTS ou passent les concours pour devenir aide-soignante ou infirmier.

    Au lendemain de la rentrée, il est encore un peu tôt pour dire ce que ces jeunes feront demain. En tout cas avec des formations nouvelles ou plus traditionnelles, les élèves ont déjà des cartes en main.

     

     


  • Chaque année, environ 20 % des candidats au baccalauréat échouent à l’examen. Si le redoublement est fortement privilégié (80 % des élèves qui se présentent au bac pour la deuxième fois réussissent), des alternatives existent.

    • RETENTER SA CHANCE
      Pour mener des études supérieures, repasser le bac reste la meilleure solution.
      Mais attention, si le redoublement est un droit, il est accordé dans la limite des places vacantes : dès l’annonce des résultats, contacter le proviseur de son lycée pour obtenir l’autorisation de redoubler. pour en savoir plus, s'adresser au CIO.

    Redoubler dans votre lycée d'origine

    La première chose à faire est d’entamer les démarches pour redoubler dans votre lycée.

    Même si c'est un droit, le redoublement n’est pas automatique. Il faut contacter votre établissement pour en faire la demande. L'inscription ne posera pas de problème : contrairement à ce qui se passait avant 2015, une place au sein de votre lycée d’origine vous est désormais assurée. Attention, la mention "admis à redoubler" doit être inscrite sur votre dossier scolaire.

    Vous avez même la possibilité de conserver les notes au-dessus de la moyenne obtenues au bac, mais dans ce cas vous ne pourrez pas obtenir de mention.

    Se présenter en candidat libre. Dans le pire des cas, si vous pensez que vous êtes capable de travailler par vous même : les inscriptions s’effectuent directement auprès du rectorat. Il est possible de se préparer en prenant des cours par correspondance. CNED

     

    • S'INSCRIRE A L'UNIVERSITE
      En passant le DAEU (Diplôme d’accès aux études universitaires), les non bacheliers peuvent rejoindre les bancs de la faculté et s’inscrire en 1ère année.
      Ce diplôme de « substitution » offre les mêmes droits que le baccalauréat. Il se prépare en an à l’université. Il existe un DAEU A (littéraire) et un DAEU B (scientifique). A noter : ce diplôme est ouvert sans condition particulière aux candidats de 24 ans et plus. Les plus jeunes doivent justifier de deux années d’activité professionnelle.

     

    • FAIRE DU DROIT
      Les candidats recalés âgés d’au moins 17 ans peuvent passer une capacité en droit. La préparation se fait en deux ans en cours du soir (dans les UFR, au Cned ou dans des établissements privés) et l’enseignement passe en revue l’ensemble des notions juridiques. Les titulaires de la capacité en droit peuvent ensuite entrer en 1ère ou 2e année de licence de droit, en DUT carrières juridiques ou à l’Ecole de droit de notariat. Attention cependant, la capacité en droit exige beaucoup de travail personnel et le taux de réussite à l’examen n’est que de 20 %. Enfin, sachez qu’il existe également une capacité en gestion.

     

    • TENTER UN DIPLÔME D'ECOLE
      Certaines écoles spécialisées admettent des non-bacheliers dans des cursus professionnels, en particulier dans le secteur du tourisme, de l’hôtellerie-restauration, des arts... En général, il s’agit d’établissements privés qui délivrent des diplômes d’école, de qualité très variable et couteux.
      Certaines écoles, qui centrent leur formation dans un domaine spécifique, n’exigent pas le bac. C’est le cas d’Itecom Art Design, spécialisée dans le multimédia et les arts appliqués, ou de Doranco, qui se concentre sur les métiers d’Internet, tels que le développement multimédia et l’administration de réseaux.

     

    • PREPARER UN BTS ou DUT
      En théorie, le bac n’est pas indispensable pour intégrer un cycle court de type BTS. De nombreux établissements privés acceptent des non-bacheliers, mais attention au frais de scolarité souvent exorbitants. La majorité des structures privées proposent essentiellement d’accéder à des BTS du secteur tertiaire : assistant de direction, commerce international, management des unités commerciales... Si vous visez des filières rares, mieux vaut repasser votre bac pour espérer y accéder. Du côté des IUT, les places sont plus chères. On compte à peine 2 % de non-bacheliers dans leurs effectifs.
      Il est souvent demandé à ces étudiants de représenter le bac en fin de première année.

     

    • S'ORIENTER VERS LE SPORT
      Les diplômes de l'animation et du sport sans le bac, il est possible de préparer le Brevet professionnel de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport (BPJEPS) qui mène au métier d’animateur dans la spécialité choisie.

     

    • L'ALTERNANCE RESTE POSSIBLE
      L’alternance est ouverte aux non-bacheliers, sous réserve de posséder une expérience préalable dans le champ d’études désiré. « C’est plus facile pour trouver une entreprise susceptible d’accepter l’alternance si l’étudiant n’a pas le bac », précise un représentant de l’ISEE, école de commerce parisienne.
      Trois jours en entreprise, deux jours en formation... L’alternance permet aux jeunes de 16 à 26 ans d’acquérir une première expérience professionnelle, mais aussi d’obtenir un diplôme tout en étant rémunérés.

     

    • S'ENGAGER DANS l'ARMEE
      Les non-bacheliers peuvent être recrutés dans toutes les armées (garçons et filles de 18 à 25 ans). Comme volontaires, ils signent un contrat de 1 an renouvelable 4 fois.

    Autrement :

    Dans l'armée de terre : contrat d'engagé volontaire (EVAT) de 3, 5, 8 ou 10 ans, renouvelable jusqu'à 27 ans de service. Voir le site de recrutement de l'armée de terre

    Dans l'armée de l'air : possibilité de s'engager comme militaire technicien de l'air. Contrat initial de 4 ans (5 pour les pompiers). Voir le site de recrutement de l'armée de l'air.

    Dans la marine : possibilité de s'engager comme matelot de la Flotte (contrat de 4 ans à 9 ans). Pour les 16-17 ans, École des mousses (Brest). Voir le site de recrutement de la marine.

    Dans la gendarmerie nationale : possibilité de s’engager comme gendarme adjoint volontaire. Contrat de 2 ans, suivi éventuellement d'un contrat de 3 ans. Voir le site de recrutement de la gendarmerie.

    • LA FONCTION PUBLIQUE, les recrutements sans concours

    Le parcours d’accès aux carrières de la fonction publique territoriale, hospitalière, d’État (Pacte) est un contrat de droit public de 1 à 2 ans alternant formation et stage.
    Ouvert aux non-bacheliers de 16 à 25 ans, il permet d’intégrer la fonction publique comme fonctionnaire titulaire dans un emploi de la catégorie C. Voir le site portail de la fonction publique.

    • VALIDER SES ACQUIS DE L’EXPÉRIENCE

    Dans le cadre de la VAE (validation des acquis de l’expérience), il est possible d’obtenir tout ou partie d’un diplôme (bac pro, BTS, DUT...) ou d’un titre professionnel (CQP, titre homologué au RNCP...) avec 1 an d’expérience au minimum (3 ans pour les domaines sanitaires et sociales...). Se renseigner auprès du CIO, point-relais conseil VAE

    • LE DROIT AU RETOUR EN FORMATION

    Si vous avez entre 16 et 25 ans et que vous n'avez pas de diplôme ou de qualification professionnelle, vous pouvez faire valoir votre droit au retour en formation. reviensteformer.gouv.fr

    Sources : l’Étudiant, Onisep

     

     

     


  • Cette formation s'adresse aux jeunes ayant échoué deux fois
    à un baccalauréat général ou technologique.

    Vous trouverez ci-joint le dossier de candidature à remplir par les candidats et à renvoyer au Rectorat avant le 8 septembre 2017.

    Ce dossier est également disponible en téléchargement sur le site académique dans la rubrique "Formation et orientation - Lutte contre le décrochage scolaire - MLDS" :

    http://www.ac-amiens.fr/237-mission-de-lutte-contre-le-decrochage-scolaire.html

     

    MLDS : Mission de lutte contre le décrochage scolaire

    Le décrochage scolaire peut être défini comme un processus cumulatif plus ou moins long qui conduit un jeune en formation initiale à se détacher du système de formation jusqu’à le quitter avant d’avoir obtenu un diplôme qualifiant.

     


  • Formation Complémentaire d’Initiative Locale

    Outil d’aide à l’insertion professionnelle, Les FCIL s’adressent à des élèves diplômés, scolarisés à l’année
    N-1 ou N-2 et ayant besoin d’un complément de formation pour faciliter leur accès à l’emploi local.

     

    Modalités d'inscription :

    Afin de postuler dans l'une des FCIL ci-dessus les candidats doivent compléter le dossier d'inscription téléchargeable en ligne et le transmettre avant le 29 septembre 2017 à l'adresse indiquée dans le dossier  (Direction des Services Départementaux de l’Éducation Nationale du département correspondant à la FCIL demandée en 1er vœu - 3 vœux possibles).

    La commission académique d’affectation des candidats se déroulera début octobre 2017.

    Télécharger « dossier_candidature_region_fcil_2016-2017.pdf »

     

     

    FCIL ouvertes à la rentrée 2017-2018 :

     Filière Sanitaire et Sociale :

    Établissement

    Intitulé de la FCIL

    Niveau requis

     
     
     

    Lycée Jean de la Fontaine
    (Château-Thierry)

    Préparation aux concours d'entrée en Institut de Formation en Soins Infirmiers

    Baccalauréat

     

    Lycée Jean Bouin
    (St Quentin)

    Préparation aux concours paramédicaux et médico-sociaux

    Baccalauréat

     

    LP Françoise Dolto

    (Guise)

    Préparation aux concours d'entrée en Institut de Formation d’Aide Soignant –d’Auxiliaire de puériculture et d’Infirmier

    CAP

     

    Lycée François Truffaut
    (Beauvais)

    Préparation aux concours d'entrée en  Institut de Formation en Soins Infirmiers

    Baccalauréat

     

    Lycée Jules Uhry

    (Creil)

    Information sur les métiers et préparation aux concours médico-sociaux

    CAP / Baccalauréat

     

    Lycée des métiers du Val d'Authie
    (Doullens)

    Préparation aux concours d'entrée en Institut de Formation en Soins Infirmiers et sociaux

    Baccalauréat

     

    Lycée Boucher de Perthes
    (Abbeville)

    Préparation aux concours d'entrée en  Institut de Formation en Soins Infirmiers

    Baccalauréat / Bac Pro

     

    LP JCA Peltier
    (Ham)

    Préparation aux concours paramédicaux et sociaux

    CAP / Baccalauréat

     

     

    Filières Hôtellerie-restauration et Tourisme :

    Établissement

    Intitulé de la FCIL

    Niveau requis

     
     
     

    Lycée Boucher de Perthes
    (Abbeville)

    Management des activités de tourisme, d’hôtellerie et de restauration en Picardie

    BTS

    DUT

     

     

    Filière Industrielle :

    Établissement

    Intitulé de la FCIL

    Niveau requis

     
     
     

    Lycée des métiers Lavoisier

    (Méru)

    Réalisation de circuits oléohydrauliques et pneumatiques

    CAP

     

     


     

     

     

     

     


  • APB 2017 : la procédure complémentaire plus facilement accessible

    Les candidats refusés, sur liste d’attente ou non inscrits sur Admission post-bac peuvent bénéficier de la procédure complémentaire, sans renoncer à leurs précédents vœux.

     

    Cette procédure s’ouvre mardi 27 juin à 14 heures et se terminera le 25 septembre à minuit. Avec une nouveauté importante cette année : les candidats qui s’inscrivent en procédure complémentaire ne perdent pas le bénéfice des vœux et propositions d’admission effectués et reçues lors de la procédure principale, qui a ouvert en janvier, et dont la deuxième phase d’admission a débuté lundi 26 juin.
    Toutefois un candidat ne pourra pas redemander une formation dans laquelle il a été refusé

    Cette procédure complémentaire s’adresse :

    • aux candidats qui ont déjà participé à la phase d’admission principale, mais qui n’ont pas obtenu satisfaction, soit parce qu’ils n’ont essuyé que des refus, soit parce qu’ils sont encore sur liste d’attente, soit parce qu’ils ont répondu « oui, mais » à une proposition qui leur a été faite, espérant obtenir un autre vœu ;
    • aux candidats qui se sont inscrits sur APB, mais qui ont abandonné la procédure en cours de route (par exemple, ils n’ont pas confirmé leurs vœux ou oublié de répondre aux propositions qui leur ont été faites lors de la première phase d’admission, du 8 au 13 juin) ;
    • aux candidats qui ne se sont pas inscrits sur la plate-forme cette année. Rappelons qu’il suffit d’être titulaire ou en préparation du bac ou d’un diplôme équivalent, et âgé de moins de 26 ans pour postuler, sur APB, à une première année d’études supérieures.
    Les candidats pourront formuler sur la plate-forme jusqu’à douze vœux dans le cadre de la procédure complémentaire, sans avoir à les classer comme lors de la procédure normale.
     
    Calendrier :
    • Saisie des vœux : du mardi 27 juin 14h au lundi 25 septembre minuit
    • Fin de l’affichage des propositions et de la gestion des listes d’attente : le vendredi 29 septembre minuit
    • Réponses des candidats : au plus tard le samedi 30 septembre minuit

    Délais de réponse des candidats :

    • 1 semaine jusqu’au dimanche 20 août
    • 72 heures du dimanche 20 août au jeudi 31 août
    • 24 heures à partir du vendredi 1er septembre (dès le 17 août pour l’académie de la Réunion).

     

    Le conseil : « se connecter très régulièrement », puisque le nombre de places vacantes ne sera pas fixé le 27 juin mais évoluera tout au long de l’été, « au fur et à mesure que les établissements construisent leurs classes ».

     
    Source : lemonde.fr

  • Le lycée des Métiers de l'ameublement dispense une formation d'exception, accessible à des élèves triés sur le volet : le Diplôme des métiers d'art (DMA) en ébénisterie. Le niveau d'excellence et le tour de main exigés y sont uniques en France.

    A quelques pas du centre-ville de Saint-Quentin et de ses fameuses façades Art Déco, une poignée d’élèves travaille au cœur du lycée des Métiers de l’ameublement. Avec méthode et minutie, ils s’appliquent à façonner des meubles remarquables.

    Dans l’atelier, ils sont onze garçons, une fille. Tous ont été rigoureusement sélectionnés, parmi plus de 1500 jeunes, pour composer la promotion 2015-2017 du Diplôme des Métiers d’Art (DMA), spécialité ébénisterie. Ils s’appellent Jonas, Antoine, Arnaud. Ils viennent des quatre coins de la France, du Sud-Ouest, de la Côte d’Azur, de la Bretagne. Certains ont obtenu leur baccalauréat avec mention, ont commencé un parcours universitaire, d’autres ont déjà un bac professionnel ou un Brevet des Métiers d’Art (BMA) en poche. Aujourd’hui, ils suivent une formation qui les mènera, d’ici un an, au sommet de leur art.

    "Faire perdurer le savoir-faire à la française"

    "Le DMA, c'est la crème de la crème, le plus haut degré de formation en ébénisterie en France", avance Jean-Claude Lallement. Depuis près de 20 ans, ce professeur est le responsable de l'enseignement technique du DMA auprès des futurs diplômés. Formé à l'ébénisterie à Nancy, l'homme aux fameuses moustaches rousses a d'abord fait ses gammes au Faubourg Saint-Antoine à Paris, "la Mecque des ébénistes". Il a ensuite choisi de se tourner vers la formation, pour transmettre son savoir.

    "La formation est étalée sur deux années, d'un très haut niveau d'intensité, explique-t-il. Au cours de sa première année, l'élève doit réaliser des travaux probatoires, commandés par un client. La deuxième année, il devra répondre à un sujet imposé, qui permettra d'affirmer le côté transversal de sa formation, façonné en lien avec d'autres métiers."

    Pour y arriver, les élèves du DMA pourront cumuler jusqu'à 8 semaines de stage par an. Avec toujours les mêmes maître-mots en tête : perfection, maîtrise, minutie, excellence. “L’idée n’est pas d’aller en stage chez des ébénistes, mais d’attiser sa curiosité en allant voir d’autres professionnels, d’autres spécialités. Cela peut-être chez un relieur, un ferronnier, un dentelier… Il existe 217 métiers d’art dans l’Hexagone et tous collaborent à faire perdurer le savoir-faire à la française.”

    Du mobilier contemporain "héritage"

    Derrière leurs établis, les futurs ébénistes mettent au point des présentoirs à bijoux, montés à la main et parés de chêne, de padouk d'Afrique, de cerisier. Marbella, qui possède des "corners" dans les grands magasins parisiens, a souhaité acquérir ces meubles pour exposer ses nouvelles collections au grand public. L'entrepreneure Adeline Moniez a donc confié au lycée saint-quentinois la lourde tâche de réaliser son mobilier, avec une condition : s'inspirer de la finesse des meubles hérités du XVIIe siècle pour en faire des modèles résolument contemporains.

    "C'est le degré d'exigence de cette formation, qui demande une vraie culture artistique et historique, explique Anne Lehovetski, professeur d'arts appliqués. Nos élèves doivent, dès cette année, gagner en autonomie. Cela passe par des enseignements très spécifiques, dispensés en salle de classe, sur l'histoire de l'art, l'évolution des techniques… Le tout leur permet, au cours de deux ans de formation, d'acquérir de solides bases tant en matière de conception que de méthodologie, de connaissances historiques ou encore de références culturelles."

    Taux d'embauche après formation : 100% !

    Antoine est originaire de Hénin-Beaumont, une ville située à moins de 100 kilomètres de Saint-Quentin. Son avenir, il le voit loin des Hauts-de-France, très loin… "Je rêve de devenir luthier en Finlande. Et la voie royale pour réaliser mon projet de vie, c'est de décrocher le DMA". Aujourd'hui, il travaille sur un présentoir inspiré d'un cabinet Louis XVI. Ce meuble est composé de 6 pieds tournés, d'une entretoise, d'un caisson équipé de niches pour présenter les bijoux de peau Marbella. "Chaque geste doit être précis, maîtrisé. Mais j'ai encore beaucoup à apprendre, avoue l'élève. Au moindre doute, dès que je dois passer un coup de rabot ou de ponceuse, je demande conseil à mon professeur, pour parfaire mon tour de main."

    Le jeune homme le sait, il a encore plus d'un an pour réaliser ses pièces de mobilier à la perfection. Il sait aussi que son choix de formation est le bon : après deux années passées en salle de classe, en atelier et en stage, 100% des élèves qui ont empoché leur DMA trouvent directement un emploi !

    Certains vont devenir ébénistes et exerceront leur art à leur compte, d’autres iront travailler dans un bureau d’étude, dans un centre d’art contemporain ou dans un atelier de design, confirme Jean-Claude Lallement. Nous essayons de former nos élèves au règles fondamentales de l’ébénisterie. Charge à eux de les mettre au service de leur future profession. Et de transmettre, ensuite, leur savoir-faire et leur savoir-être aux générations qui suivront.

    http://www.hautsdefrance.fr/dma-ebeniste-saint-quentin/

     


    Nicolas et Jonas sont apprentis au lycée de l’ameublement de Saint-Quentin et préparent le prestigieux diplôme des métiers d’art.

     

    Lycée des Métiers de l’ameublement
    Rue Fleming, 02100 Saint-Quentin
    03 23 65 09 98

    ameublement.lyc.ac-amiens.fr

     

    Recrutement et Affectation en 1 BMA 2 ébénisterie - Rentrée 2017

    Le recrutement en 1ere année de B.M.A Ébénisterie se fera par l’intermédiaire d’un dossier de candidature UNIQUE. La formation est accessible aux titulaires d’un CAP Ébénisterie et/ou menuisier fabriquant.
    Ce dossier et les pièces jointes sont à rendre au plus tard pour le Mardi 13 juin 2017. Les dossiers arrivés après cette date ne seront pas étudiés.
    Un avis d’affectation ou de refus vous parviendra par courrier et aucun résultat ne sera communiqué par téléphone.

     

    Dossier de candidature : http://ameublement.lyc.ac-amiens.fr/IMG/pdf/fiche_candidature_bma.pdf

     

    Les formations

    Dernier ajout : 28 juin 2016.


     

     


  • Un arrêté publié le 21 avril 2017 au Journal officiel ouvre l'accès aux études de médecine à partir de la deuxième année ou troisième année à de nouveaux publics. Les auxiliaires médicaux, et notamment les diplômés infirmiers, sont concernés par ces nouvelles dispositions. Explications.

    Les infirmiers n'auront plus à passer les épreuves du concours de fin de première année commune aux études de santé (PACES) pour suivre des études médicales, odontologiques, pharmaceutiques ou de sage-femme. Sous certaines conditions, ils pourront en effet accéder directement en deuxième ou troisième année d'études.

    Des candidats affectés en deuxième ou troisième année selon leur profil

    Etudiant examen

    Les études de médecine sont désormais accessibles sans concours de fin de PACES aux IDE.

    L'arrêté dispose que les professionnels paramédicaux justifiant d'un exercice professionnel de deux ans à temps plein et titulaires d'un diplôme sanctionnant au moins trois années d'études supérieures sont éligibles à ce dispositif. Chaque année, le nombre de places affecté en deuxième et troisième année à chaque filière est fixé par un arrêté des ministres chargés de l'enseignement supérieur et de la santé.

    Pour tenter d'être admis en deuxième ou troisième année d'études de médecine, les candidats doivent présenter un dossier de candidature, au plus tard le 31 mars de chaque année, auprès d'une unité de formation et de recherche médicale, odontologique ou pharmaceutique, ou d'une structure dispensant la formation de sage-femme. Un jury d'admission se charge ensuite, après examen des dossiers de candidatures, de sélectionner les candidats qui seront convoqués à un entretien. À la suite de la sélection, le jury affecte les candidats admis dans l'année, deuxième ou troisième, qui correspond le mieux à leur profil et les répartit entre les établissements.

    À noter que les candidats ne peuvent postuler qu'à une seule filière et leur dossier de candidature ne peut être déposé que dans un seul établissement de formation. Soulignons également que les postulants ne pourront soumettre leur candidature que deux fois, quelle que soit la filière.

    Les dossiers devant être déposés au plus tard le 31 mars de chaque année, cette mesure devrait être effective à la rentrée 2018.

    https://www.infirmiers.com/profession-infirmiere/legislation/medecine-infirmiers-admissibles-directement-2e-3e-annee.html

     

     


  • Ouverture d’un nouveau CAP en 1 an option art du tournage (Rentrée 2017), accessible après un diplôme métiers du bois.

    Ce CAP offre une réelle opportunité d’acquérir de nouvelles compétences et un nouveau savoir faire dans le domaine du bois, il permet de déboucher sur une poursuite d’études D.M.A ornements et objets : spécialités tournage d’art.

     

    LYCEE DES METIERS DE L’AMEUBLEMENT
    RUE FLEMING
    02100 ST QUENTIN
    03.23.65.09.98
    ce.0020051v@ac-amiens.fr
     

    Ce dossier et les pièces jointes sont à rendre au plus tard pour le mercredi 17 mai 2017. Un avis d’affectation ou de refus vous parviendra par courrier.

    http://ameublement.lyc.ac-amiens.fr/spip.php?article45

     


  • Micro-lycée de Saint-Quentin (Académie d'Amiens)

    Un micro-lycée accueille des élèves volontaires, aux itinéraires complexes, sans solution de scolarité à qui il propose

    des parcours de reprise d’études. Cette structure est rattachée à un EPLE (Établissement Public Local d'Enseignement)

    et bénéficie de moyens de l’académie et des partenaires, dont des collectivités territoriales, notamment la région.

    • Le micro-lycée propose un module de rescolarisation
      de niveau Seconde (générale, technologique ou professionnelle) dès la rentrée 2017.
    • Un module diplômant pour passer le BAC à la rentrée 2018.

     

    Plaquette de présentation du micro-lycée de Saint-Quentin format PDF - 4.3 Mo

    Dossier de candidature 2017-2018 du micro-lycée de Saint-Quentin format Word - 602 ko

    Les dossiers sont à renvoyer au lycée Jean Bouin. La date de renvoi du dossier n'est pas encore arrêtée à ce jour. Une date sera retenue pour courant juin 2017.

     

    Une Commission se réunit pour étudier les éléments de motivation. Cette commission doit impliquer les acteurs du micro-lycée qui auront ensuite à travailler au quotidien avec le candidat. Elle impliquera également l’IEN-IO ou sa représentante. Elle pourrait mobiliser deux binômes chargés chacun en parallèle de recevoir les candidats. Trois dates ont étaient arrêtées en juin : Mardi 13 Juin et Jeudi 22 Juin 2017
     

    Lycée Jean Bouin

    Lycée des métiers des services à la personne et aux collectivités
    Rue Gaston Bachelard
    02100 Saint-Quentin
    Tel : 03 23 62 85 00
     
     
     
     





    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires