• Attention, suite à la loi  travail de 2016 qui précise que la durée minimale d’activité requise pour que la demande de validation soit recevable passe de trois ans à un an, que l’activité ait été exercée de façon continue ou non. Article L335-5 du Code de l’éducation modifié

     

    Cette nouveauté n'est pas actée par tous les organisme valideurs, ce n'est pas le cas par exemple du Ministère des affaires sociales et de la santé, pour les diplômes des secteurs du sanitaire et du social. Toutes les informations, ici : http://vae.asp-public.fr/

     

    Dans tous les cas, renseignez-vous auprès d'un point relais conseil

     

    Voir la liste des point relais conseil du département de l'Aisne : 

    https://formation.npdcp.fr/fr/listereseaux/voir-les-adresses.html?tx_basecontact_pi1%5Bpointer%5D=0&tx_basecontact_pi1%5Bcriteria%5D=eJwdi9sJwCAQBHu5CnwQCGsxcsQLCIKiMT9i79F8zTLsMDRGhHIMi9FwgO4oKZBr0AZ0aR%2BDr9KE%2B3YnKBep%2FOT6X0Bqc2Uvpy57W5A1y875AS2DG9A%3D&tx_basecontact_pi1%5Bdpt%5D=02

     

     Notre rubrique sur la VAE : http://ciosaintquentin.id.st/validation-des-acquis-de-l-experience-vae-p353652

     

     


  •  La seconde générale et technologique

     

     

    Réussir l'entrée au lycée professionnel

    Après la classe de troisième, le passage au lycée professionnel nécessite une attention particulière pour préparer au mieux les élèves aux spécificités de cette voie de formation.

    Après la 3e, choisir la voie pro, c'est apprendre un métier soit comme apprenti en CFA (centre de formation d'apprentis) ou comme élève dans lycée professionnel. Au bout de 2 ans pour le CAP et 3 ans pour le bac pro, on obtient un diplôme qui permet de travailler mais aussi la possibilité de poursuivre des études vers un niveau supérieur.

     

    La Seconde Professionnelle (Seconde Pro ou 2NDPRO), c'est la première année du Bac Pro. (la deuxième année s'appelle la première Pro et la 3ème année la terminale pro).
    L'enseignement se dispense dans un Lycée Professionnel. Le Bac Pro est une qualification de niveau IV.

    Le cycle peut être suivi par la voie scolaire dans les lycées professionnels ou par la voie de l'apprentissage dans les CFA (centre de formation d'apprentis).

     

    La préparation du baccalauréat professionnel dure donc trois ans,
    de la seconde professionnelle à la terminale professionnelle.

    Les enseignements sont basés sur la maîtrise de techniques professionnelles. Les élèves font des travaux pratiques en atelier ou en classe et plusieurs mois de stages en entreprise. Cette expérience professionnelle permet d’être opérationnel sur le marché du travail.

    La formation comprend également des enseignements généraux. Les élèves suivent des cours de français, histoire-géographie et d'éducation morale et civique (EMC), mathématiques, langue vivante, éducation physique et sportive, éducation artistique et selon les spécialités, un enseignement de sciences physiques et chimiques ou une deuxième langue vivante.

    Il existe près de 80 spécialités de baccalauréat professionnel. Les classes de seconde de 55 de ces spécialités sont rattachées à 19 champs professionnels.

     

    Programme d’enseignement

    • Des enseignements généraux quelle que soit la spécialité de bac professionnel
    • Des enseignements professionnels et des enseignements généraux liés à la spécialité du bac pro, avec des différences selon que le bac pro relève du secteur de la production (agriculture, espaces verts, génie civil, matériaux, mécanique-électricité...) ou du secteur des services (transports, logistique, commerce, gestion, services au personnes...).
    • Des périodes de formation en milieu professionnel (22 semaines réparties sur 3 ans)
    • Un accompagnement personnalisé : tout au long du parcours de bac pro, ce dispositif sera proposé en fonction des besoins des élèves et de leurs projets personnels. Cet accompagnement personnalisé pourra prendre la forme d'un travail de soutien, d’approfondissement et d'aide à l'orientation, en particulier pour la préparation à la poursuite d'études.

    PFMP :

    Le principe de la formation professionnelle  repose sur une pédagogie qui allie périodes de formation dans le lycée et périodes de formation en milieu professionnel. Les fonctionnements dans ces deux lieux de formation sont très différents.

    L'élève passe d'un environnement de lycéens à un environnement d'adultes basé sur les relations du travail, tant vis-à-vis de l'employeur que des salariés de l'entreprise

    Un redoublement n’intervient qu’à la demande, ou avec l’accord, de la famille.

    Les passerelles sont facilitées pour passer d’une formation professionnelle à une formation générale ou technologique, dans les deux sens.

    http://www.education.gouv.fr/cid2573/la-voie-professionnelle-au-lycee.html

     

    La seconde professionnelle prépare à un bac professionnel précis. Il existe de nombreuses spécialités de bac pro.

    Liste des spécialités

     

    Au programme :

    La Seconde Professionnelle (Seconde Pro)

    La Seconde Professionnelle (Seconde Pro)

    À noter : Les élèves ayant opté pour les bacs pro commerce, gestion administration, logistique, métiers de la sécurité, services de proximité et vie locale, vente suivront un enseignement général de langue vivante 2 (LV2)

     

     

    En quoi consiste le BEP aujourd'hui ? Il constitue une certification intermédiaire du cursus bac pro en 3 ans. C'est-à-dire que sa préparation est intégrée dans la formation du bac pro. Sa présentation est obligatoire pour les scolaires, facultative pour les apprentis. Les épreuves sont majoritairement évaluées en CCF (contrôle en cours de formation). Le BEP reste un diplôme national de niveau V comme le CAP.

     

    Le baccalauréat professionnel permet l'insertion dans la vie active ou la poursuite d'études en section de technicien supérieur.( BTS)

    "Après le Bac Pro, osez le BTS : une voie de réussite pour vous" : 

    http://ciosaintquentin.id.st/apres-le-bac-pro-osez-le-bts-une-voie-de-reussite-faite-pour-vous-a128122080

     

    Les bacs pro 12,00 €
    Collection : Diplômes
    Éditeur: Onisep
    Publication professionnelle utilisable par le grand public
    Juillet 2013
    184 pages

     

     


  • La seconde générale et technologique

    La classe de seconde générale et technologique est accessible après la classe de troisième. L’obtention du diplôme national du brevet n’entre pas en compte pour le passage en seconde. C’est la première étape pour obtenir le baccalauréat général ou le baccalauréat technologique. Dans ce sens, cette classe n’est pas déterminée pour une filière ou série particulière, le choix du bac se faisant à la fin de celle-ci.

    C'est à la fois une classe de consolidation d'une culture commune à tous les élèves et une classe de détermination qui favorise des choix d'orientation éclairés en première et terminale.

     

    Pour entrer en seconde générale ou technologique il faut obtenir l'accord du conseil de classe ; cet accord est donné pendant le conseil du troisième trimestre.

     

    La classe de seconde a pour objectif de laisser aux élèves les choix les plus ouverts possibles. Elle leur dispense une culture générale commune, tout en leur permettant de découvrir de nouveaux domaines littéraires, économiques, scientifiques ou technologiques.

    Elle associe :

    • des enseignements communs, qui ont un poids très fort (80 % de l'horaire-élève) ;
    • des enseignements d'exploration au choix. Parmi eux un enseignement est à choisir obligatoirement dans le domaine de l'économie.

    La seconde spécifique

    Certains diplômes technologiques se préparent à partir d’une seconde spécifique :

    • les baccalauréats technologiques Sciences et technologies de l'hôtellerie et de la restauration (STHR) et Techniques de la musique et de la danse (TMD)

     

    La procédure d’orientation en fin de seconde générale et technologique

    La voie technologique. Ces formations sont organisées par grands domaines comme l'industrie, la santé, le social, la gestion... Dans toutes les séries, conjugués aux matières générales, les enseignements technologiques sont privilégiés, principalement par le biais de projets et d’études de cas concrets.
    La voie générale. Les programmes des bacs généraux dotent les élèves d'une solide culture générale, de bonnes capacités d'expression écrite et de méthodes de travail utiles pour suivre des études supérieures. Le choix d'une série s'effectue en fonction de ses centres d'intérêt, des matières dominantes et des poursuites d'études envisagées.


    En fin de seconde GT, le choix de la série de la première fait l’objet d’une procédure d’orientation analogue à celle en vigueur en troisième. L’élève et sa famille expriment un vœu, suivi de la proposition du conseil de classe qui arrête l’orientation sous réserve de l’accord de la famille. En cas de désaccord, le chef d’établissement ou son représentant reçoit cette dernière. Si le désaccord persiste, la famille peut faire appel de la décision. La décision prise par la commission d’appel s’impose comme décision d’orientation définitive et se substitue éventuellement à celle du chef d’établissement.

     

    Notre rubrique "Après la seconde générale et technologique" : http://ciosaintquentin.id.st/apres-la-seconde-generale-et-technologique-p362561

     

    Pour aider les élèves à construire leur projet d'orientation et, au besoin, à le modifier, le lycée met en place pour ceux qui le souhaitent un suivi personnalisé sous forme d'un accompagnement ou de passerelles.

    L'accompagnement pour aider l'élève dans son projet d'orientation

    L'accompagnement s'intègre dans le parcours Avenir.

    Les enseignants, les conseillers d'orientation-psychologues, les conseillers principaux d'éducation contribuent à l'accompagnement de chaque élève tout au long de la scolarité. Ces acteurs l'aident à construire son parcours de formation et d'orientation et le guident vers les ressources disponibles. Leur dialogue vise à créer les conditions qui permettent à l'élève de devenir autonome dans ses choix.

    L'accompagnement personnalisé à chaque niveau

    En classe de seconde, l'accompagnement personnalisé aide les élèves à s'adapter aux exigences du lycée, à acquérir des méthodes de travail et à construire leur projet d'orientation.

    En classe de première,  l'accompagnement personnalisé favorise l'acquisition de compétences propres à chaque voie de formation. Il prépare les élèves à commencer à se projeter après le baccalauréat.

    En classe terminale, les activités portent en priorité sur les enseignements spécifiques de chaque série, pour aider les élèves à se préparer aux méthodes de l'enseignement supérieur. Les élèves sont ainsi en mesure de finaliser leurs choix d'orientation.

    Les stages passerelles

    Au lycée, les réorientations sont facilitées : possibilité d'effectuer un stage passerelle pour découvrir la filière visée et conforter son choix, tronc commun d'enseignements entre les séries générales pour favoriser les éventuelles corrections de trajectoires... Dans tous les cas, ces changements d'orientation doivent être préparés dans le cadre de l'accompagnement personnalisé avec l'aide du professeur principal et du conseiller d'orientation psychologue (COP).

    Concernant l'affectation dans un établissement public, la procédure à suivre et les documents à renseigner dépendent de la situation scolaire actuelle et du changement d'orientation envisagé.

    Les stages passerelles permettent des réorientations plus faciles d'une série à l'autre, voire d'une voie à l'autre, en cours ou en fin d'année.

    Les élèves volontaires, spécialement motivés, peuvent suivre ce type de stage sur recommandation du conseil de classe. Il leur permet un renforcement dans les disciplines majeures de la série souhaitée.

    Les contenus et les modalités du stage sont communiqués à la famille ou à l'élève, qui doivent donner leur accord. Le lycéen peut réaliser tout ou partie de son stage dans un autre établissement que le sien.

    • En seconde générale et technologique, ces stages concernent les élèves qui souhaitent changer de voie : intégrer la voie professionnelle ou à l'inverse passer de la voie professionnelle aux voies générale et technologique.
    • En première, ils permettent des changements de séries à l'intérieur des voies générale et technologique ou des passages de la voie technologique à la voie générale et inversement. L'élève construit son projet de changement d'orientation avec l'aide de son professeur principal, du conseiller d'orientation-psychologue et de son tuteur.

     

    http://eduscol.education.fr/cid51364/seconde-generale-et-technologique.html

     

    Le programme de la seconde générale et technologique

    Un tronc commun pour tous

    Horaires et programmes des enseignements du tronc commun sont identiques pour tous. Ils totalisent 23h30, dans les disciplines suivantes :

    • français ;
    • langues vivantes 1 et 2 ;
    • histoire-géographie ;
    • mathématiques ;
    • physique-chimie ;
    • sciences de la vie et de la Terre ;
    • éducation physique et sportive ;
    • enseignement moral et civique
    • accompagnement personnalisé.

    28h30 : c'est le nombre d'heures d’enseignements obligatoires des lycéens de seconde par semaine

    • Un tronc commun pour tous de 23 h 30
    • Deux enseignements d’exploration de 2 x 1 h 30
    • Un accompagnement personnalisé de 2 h
    • Un enseignement facultatif de 3 h

    La seconde générale et technologique

    ONISEP.fr

    8 enseignements obligatoires communs à tous les élèves

    Français

    4 grands genres littéraires (roman, théâtre, poésie, écrits d'argumentation) sont étudiés à différents moments de l'histoire littéraire (entre les XVIIe et XXe siècles) à travers des groupements de textes et des œuvres complètes. En vue des épreuves du bac, la pratique du commentaire de texte (écrit et oral) et de l'écriture d'invention est approfondie, et la dissertation littéraire est abordée.

    Histoire-géographie

    L'histoire des Européens est étudiée à travers celle du monde, de l'antiquité au milieu du XIXe siècle. En géographie, le programme qui propose 4 thèmes est centré sur les questions de développement durable.

    Langues vivantes étrangères (LV1 et LV2)

    L’objectif est de développer des compétences de communication : compréhension de la langue à partir de supports variés, expression orale, expression écrite et découverte de la culture des sociétés dont on étudie la langue.

    Mathématiques

    Au programme 3 domaines : les statistiques et probabilités ; les fonctions ; la géométrie. Diversification des activités mathématiques : chercher et expérimenter grâce à l'aide d'outils logiciels ; appliquer des techniques et mettre en œuvre des algorithmes ; raisonner, démontrer ; expliquer oralement une démarche, communiquer un résultat, à l'oral ou par écrit.

    Physique-chimie

    3 thèmes centraux (la santé ; la pratique du sport ; l’Univers) permettent d’aborder de grandes questions de société, tout en dispensant des connaissances scientifiques. Une place importante est donnée à la démarche scientifique et à l’approche expérimentale.

    Sciences de la vie et de la Terre (SVT)

    Les 3 thématiques (la Terre dans l'Univers, la vie et l'évolution du vivant ; les enjeux planétaires contemporains ; le corps humain et la santé) traitent des grands problèmes auxquels l'humanité se trouve confrontée. Une occasion de travailler les méthodes d'argumentation des sciences.

    EPS (Éducation physique et sportive)

    L'EPS offre une pratique adaptée et diversifiée d'activités physiques, sportives et artistiques. Elle permet à chaque élève de développer et mobilier des ressources pour enrichir sa motricité et entretenir sa santé.

     EMC (Enseignement moral et civique)

    À partir d'études de cas autour de "la personne et l’État de droit" et "Égalité et discrimination", les élèves sont amenés à identifier et à expliciter les valeurs éthiques et les principes civiques, à développer leur expression personnelle et leur sens critique...tout en s'impliquant dans le travail d'équipe.

     

    2 enseignements d'exploration

    Ces 2 enseignements, dont l'un est consacré à l'économie, sont destinés à vous sensibiliser à des matières que vous retrouverez en 1re et terminale et dans vos études supérieures.

    Chaque élève doit se déterminer pour 2 enseignements d'exploration de 1h30 par semaine (à l'exception des langues et cultures de l'Antiquité et de la langue vivante 3, qui ont un horaire de 3h). S'il est libre de ses choix, il n'aura cependant pas forcément tous les enseignements à sa disposition au sein d'un même établissement.

    Tous les lycéens doivent obligatoirement sélectionner l'un des deux enseignements d'économie : "principes fondamentaux de l'économie et de la gestion" ou "sciences économiques et sociales".

    Le second enseignement d'exploration est au choix parmi une offre de 12 domaines : langues et culture de l'Antiquité, méthodes et pratiques scientifiques, littérature et société, éducation physique et sportive, santé et social, etc. L'élève peut aussi se décider pour l'autre enseignement d'économie qu'il n'a pas retenu précédemment.

    À noter : dans les lycées agricoles, les élèves suivent systématiquement l'enseignement "écologie, agronomie, territoire et développement durable" en second enseignement d'exploration.

    Le cas de 3 enseignements. Les élèves attirés par les technologies ont la possibilité d'ajouter deux enseignements d'exploration à celui obligatoire d'économie parmi biotechnologies, sciences et laboratoire, santé et social, création et innovation technologiques et sciences de l'ingénieur.

    Le cas d'1 seul enseignement. Dans trois cas spécifiques, les lycéens ne suivent qu'un seul enseignement d'exploration : éducation physique et sportive (5h par semaine), création et culture design (6h) ou arts du cirque (6h). Cette organisation s'explique par le volume horaire plus étendu et par l'investissement plus important que ces disciplines exigent de la part des élèves.

    Ces enseignements d'exploration peuvent donner aux lycéens un avant-goût de ce que seront les matières dominantes d'une série de bac et leur permettre aussi de tester leurs aptitudes. Par exemple, un élève qui souhaite poursuivre en 1re STL peut se tourner vers "sciences et laboratoire" ou "biotechnologies" pour se faire une première idée des manipulations notamment. Celui qui envisage un bac STMG a peut-être tout intérêt à choisir "principes fondamentaux de l'économie et de la gestion". Ou encore pour un bac STD2A, l'enseignement "création et culture design" est à privilégier.

    Néanmoins, s'ils aident ainsi les lycéens à anticiper et à construire leur parcours de formation, ces enseignements ne sont pas déterminants pour la suite. En particulier, ils ne constituent pas un prérequis indispensable pour accéder à telle ou telle série de bac. Ainsi, l'élève peut très bien choisir une option artistique en 2de et continuer en sciences ou en économie en 1re. Au final, ce sont davantage ses résultats et son niveau dans les matières qui risquent de limiter ses possibilités de bac.

     

    1 enseignement facultatif

    En fonction de votre capacité de travail et de vos centres d'intérêt, vous pourrez choisir un enseignement facultatif parmi les 5 proposés (ou un atelier artistique dans certains lycées) :

    • langues et cultures de l'Antiquité : latin ;
    • langues et cultures de l'Antiquité : grec ;
    • LV3 étrangère ou régionale ;
    • arts (arts plastiques ou cinéma-audiovisuel ou danse ou histoire des arts ou musique ou théâtre) ;
    • EPS (éducation physique et sportive) ;
    • un atelier artistique (dans certains lycées).

    Dans les lycées agricoles, les élèves suivent, au choix : hippologie et équitation ; pratiques professionnelles ; pratiques sociales et culturelles.

    À noter qu'un même enseignement ne peut être choisi au titre des enseignements d'exploration et de l'enseignement facultatif.

    1 accompagnement personnalisé pour tous les élèves (2 h par semaine)

    Il est destiné à répondre plus étroitement aux besoins des élèves. Il peut comprendre des activités variées, en particulier :

    • du travail et du soutien sur les méthodes, pour aider les élèves à s'adapter aux exigences du lycée ;
    • de l'approfondissement, pour aborder certaines matières de manière différentes ou certains domaines ;
    • de l'aide à l'orientation, pour aider les élèves à construire leur projet de formation.

     

    Des stages et un tutorat pour faciliter vos choix d'orientation et de formation

     Pour les élèves qui souhaitent changer de série ou de voie, et après avis du conseil de classe de l'établissement fréquenté (passage de la voie professionnelle à la voie générale et technologique) ou après avis pédagogique de la classe de l'établissement d'accueil (passage de la voie générale et technologique à la voie professionnelle), des stages passerelles peuvent être organisés pour acquérir les compléments d'enseignement indispensables au changement d'orientation. Ces stages concernent en priorité les élèves de 1re générale ou technologique, éventuellement les élèves de 2de, et exceptionnellement les élèves de terminale.

    • Pour consolider vos connaissances ou améliorer vos méthodes de travail, vous pouvez suivre un stage de remise à niveau organisé au cours de l'année scolaire ou pendant les vacances.
    • Si vous le souhaitez, vous pouvez bénéficier d'un tuteur pour vous conseiller et vous guider dans votre parcours de formation et vos choix d'orientation, tout au long de votre scolarité au lycée.

    Dans tous les cas, renseignez-vous auprès de votre établissement

     

     


  • Charte de l'éducation à l'égalité filles-garçons

    Égalité des filles et des garçons

    L'École compte parmi ses missions fondamentales celle de garantir l'égalité des chances entre les filles et des garçons. À cette fin, elle veille à favoriser, à tous les niveaux, la mixité et l'égalité, notamment en matière d'orientation, ainsi qu'à prévenir les comportements sexistes et les violences qui peuvent en résulter.

    La loi du 8 juillet 2013 pour la refondation de l'École rappelle que la transmission de la valeur d'égalité entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes, se fait dès l'école primaire. Cette politique publique est une condition nécessaire pour que, progressivement, les stéréotypes s'estompent et que d'autres modèles de comportement se construisent sans discrimination sexiste ni violence. Elle a pour finalité la constitution d'une culture de l'égalité et du respect mutuel.

    Les établissements sont invités à inscrire cette problématique dans leur règlement intérieur et à mettre en place, dans le cadre des comités d'éducation à la santé et à la citoyenneté (CESC), des actions de sensibilisation et de formation dédiées. Les écoles, collèges et lycées sont également incités à nouer des partenariats, notamment avec des acteurs du monde économique et professionnel ou du secteur associatif, pour développer des projets éducatifs autour de l'égalité. Pour ce qui concerne les contenus d'enseignement, le socle commun de connaissances, de compétences et de culture et le programme d'éducation civique et morale ainsi que les quatre parcours éducatifs de l'élève (parcours citoyen, parcours d'éducation artistique et culturelle, parcours éducatif de santé, parcours Avenir) identifient précisément le respect de l'autre sexe et le refus des stéréotypes parmi les compétences sociales et civiques que tout élève doit acquérir.

    http://www.education.gouv.fr/cid4006/egalite-des-filles-et-des-garcons.html

    Convention interministérielle pour l'égalité entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes dans le système éducatif, 2013-2018

    http://eduscol.education.fr/cid46851/textes-de-reference.html

     

     


  •  

    L'espace scolaire Condorcet à Saint-Quentin vous informe de l'ouverture à la rentrée prochaine du Bachelor Banque Assurance

    Contrat d'apprentissage ou de professionnalisation de 1 an / Niveau : II (RNCP)

    Le Bachelor Banque Assurance permet d’accéder aux fonctions commerciales des établissements financiers ou de crédit. Proposé en partenariat avec des écoles de commerce ou les CCI, il permet d’obtenir un titre certifié par l’Etat – niveau II.

    Cette formation, tout en intégrant les fondements stratégiques de la vente, permet d’acquérir les connaissances techniques bancaires liées au marché des particuliers, ainsi qu’une solide culture économique, juridique et fiscale.  

    Formation financée par l’employeur.   Rémunération minimale du contrat de travail : 41% à 80% du SMIC en fonction de l’âge, du type de contrat (professionnalisation ou apprentissage) et du niveau d’étude.

    Publics concernés : jeunes de moins de 26 ans, titulaires d'un diplôme ou titre de niveau III (Bac+2).

    Métiers visés :

    • Conseiller clientèle de particuliers
    • Perspectives à 3/5 ans : vers des postes de Conseiller clientèle de professionnels, de Conseiller patrimonial agence, de directeur d'agence...

    Télécharger « Fiche-bachelor-banque-assurance-nord-ouest-1.pdf »

     

    BTS Banque Conseiller de Clientèle

     

    Contrat d'apprentissage / Niveau : III

    Le BTS Banque Conseiller de clientèle est un diplôme de l'enseignement supérieur de niveau bac+2 proposé aux jeunes bacheliers qui ont pour projet professionnel d'intégrer le secteur bancaire dans une fonction commerciale et de conseil à la clientèle des établissements financiers ou de crédit.

    Niveau de recrutement

    Bac général L série Littéraire, Bac général ES série Économique et sociale, Bac général S série Scientifique, Bac technologique STMG, Bac professionnel Gestion-Administration, Bac professionnel Commerce.

    Modalités d'entrée en formation

    L'entrée en formation se fait par la signature d’un contrat d'apprentissage avec une agence bancaire.
    Il faut adresser un CV et une lettre de motivation aux Directeurs des Ressources Humaines des établissements bancaires.

    Télécharger « BTS_BANQUE.pdf »

     

    Job Dating Bachelor / BTS à Saint-Quentin, lycée Condorcet


    Dans le cadre de la campagne de recrutement en BTS Banque pour la rentrée 2017, l'espace scolaire Condorcet en partenariat avec le CF3A et le CFPB, organise une session d'entretiens avec des responsables des ressources humaines des banques partenaires le vendredi 17 mars 2017 de 10h à 17h.

    Nos équipes de la délégation Nord Ouest vous guident en trois étapes jusqu’au recrutement !

      • Découvrez les métiers de la banque : le conseil en agence, la banque digitale, les fonctions support…

      • Découvrez les cursus qui mènent à ces métiers : journée dédiée au Bachelor et au BTS Banque. Des étudiants et des maîtres d’apprentissage répondront à vos questions sur les parcours en alternance dans la banque.

        Une session de training pour les entretiens de recrutement vous sera ouverte.

    Rencontrez des banquiers, prêts à vous recruter. N’oubliez pas votre CV ni votre lettre de motivation !

    Espace Scolaire Condorcet

    Rond-point Joliot-Curie, 02100 SAINT-QUENTIN
    Tel: 03 23 08 44 44
    Fax: 03 23 08 44 48
    Email: condorcet.st-quentin@ac-amiens.fr

    Contact :
    Monsieur OYER, référant apprentissage
    03 23 08 44 34
    pascal.oyer@ac-amiens.fr

    Job Dating Bachelor / BTS Banque Assurance à Saint-Quentin, lycée Condorcet

     

    Cette rencontre se déroule en plusieurs temps au foyer des élèves du lycée :

    • A partir de 10h, le CFPB anime des ateliers de Techniques de Recherche d’Entreprises.

      L'occasion pour vous d'échanger sur le CV, la lettre de motivation et surtout l'entretien de recrutement.

    • A partir de 14h, des entretiens de recrutement auront lieu avec des responsables des ressources humaines des banques.

      Ces personnes viennent pour faire une première sélection des candidats et ainsi enclencher un processus en vue de signer un contrat d'apprentissage en BTS Banque.

      Votre profil, votre personnalité, votre parcours seront à valoriser le temps des entretiens.

      Et toujours des ateliers de Techniques de Recherche d’Entreprises animés par le CF3A et le CFPB

     

    Pour aborder les entretiens de la meilleure façon qui soit, vous devez vous préparer.
    N'hésitez pas à vous entrainer avec vos proches.

    Lors de l'opération Portes Ouvertes de l'Espace Scolaire Condorcet qui aura lieu le samedi 04 mars de 9h à 16h, un stand BTS Banque sera tenu par des enseignants de la formation et des apprentis (l'après-midi).
    L'occasion pour vous d'obtenir des précisions sur les attendus dans la formation et en banque.

     

    Le CFPB

    L’Ecole Supérieure de la Banque
    Le CFPB est le formateur de référence  pour l’ensemble des  métiers de la banque en France.
    Créé à l’initiative de la profession bancaire, il est aujourd’hui le seul organisme à couvrir tout le spectre des besoins en formation des étudiants, des salariés et entreprises du secteur.


  • Les unités localisées pour l'inclusion scolaire (ULIS), des dispositifs pour la scolarisation des élèves en situation de handicap dans le premier et le second degrés.

    Les unités localisées pour l’inclusion scolaire (ULIS) Scolarisation des élèves en situation de handicap

    http://collectif-inclusion.blogspot.fr

    Les Unités localisées pour l'inclusion scolaire ou Ulis (ancienne dénomination : Unité pédagogique d'intégration ou UPI) sont un dispositif qui accueille, au sein de certaines écoles, de collèges ou de lycées généraux, technologiques ou professionnels, les enfants et jeunes dont le handicap a été reconnu par la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH). L'inscription d'un élève en Ulis est soumise à une décision de la Commission des droits et de l'autonomie des personnes handicapées (CDAPH).

    Les Ulis sont définies comme « une des modalités de mise en œuvre de l'accessibilité pédagogique pour les élèves handicapés. Elles proposent, en milieu scolaire ordinaire, des possibilités d'apprentissage souples et diversifiées »

    Les Ulis accueillent les élèves dans un dispositif collectif au sein d'un établissement scolaire avec 10 élèves maximum

    Les ULIS accueillent des élèves présentant différentes formes de handicap (sensoriel, moteur ou mental), dont la nature est compatible avec une scolarisation au collège ou au lycée. Souple et évolutif, ce dispositif se fonde sur l’alternance de regroupements pédagogiques spécifiques d’élèves handicapés et de périodes d’intégration. Ses objectifs prioritaires sont de scolariser ces élèves, même très partiellement, dans des classes ordinaires et de les faire participer le plus possible à la vie de la communauté scolaire.
    Les ULIS accueillent des pré-adolescent.e.s ou adolescent.e.s âgés de 12 à 16 ans. L’effectif est limité à 10 élèves par ULIS.

    Tous les dispositifs collectifs de scolarisation s'appellent unités localisées pour l'inclusion scolaire (ULIS) : ULIS-école, ULIS-collège, ULIS-lycée.  Elles permettent la scolarisation dans le premier et le second degrés d'un petit groupe d'élèves présentant des troubles compatibles.

     

    Public visé : les commissions des droits et de l'autonomie des personnes handicapées (CDAPH), au sein des maisons départementales des personnes handicapées (MDPH), ont pour mission de définir le parcours de formation de l'élève dans le cadre de son projet de vie.

    La CDAPH se prononce sur les mesures propres à assurer la formation de l'élève en situation de handicap, au vu de son projet personnalisé de scolarisation (PPS). Elle peut notamment orienter un élève vers une Ulis qui offre aux élèves la possibilité de poursuivre en inclusion des apprentissages adaptés à leurs potentialités et à leurs besoins et d'acquérir des compétences sociales et scolaires, même lorsque leurs acquis sont très réduits.

    Différentes Ulis selon le type de handicap :

    - TFC : troubles des fonctions cognitives ou mentales ;

    - TSLA : troubles spécifiques du langage et des apprentissages ;

    - TED : troubles envahissants du développement (dont l'autisme) ;

    - TFM : troubles des fonctions motrices ;

    - TFA : troubles de la fonction auditive ;

    - TFV : troubles de la fonction visuelle ;

    - TMA : troubles multiples associés (pluri-handicap ou maladie invalidante).

     

    Les ULIS sont des dispositifs permettant la mise en œuvre des projets personnalisés de scolarisation (PPS).

    Véritable feuille de route de l'ensemble des professionnels qui entourent l'élève handicapé, le PPS (projet personnalisé de scolarisation) définit les modalités de déroulement de sa scolarité et les actions répondant à ses besoins particuliers.

    Élaboré en concertation avec l'élève, sa famille et les professionnels. Le PPS est bâti par l'équipe pluridisciplinaire d'évaluation de la MDPH (maison départementale des personnes handicapées) en tenant compte des souhaits, compétences et besoins de l'élève.

    Le PPS est transmis à l' enseignant référent chargé de sa mise en oeuvre et de son suivi avec l' équipe de suivi de la scolarisation (ESS). Cette équipe veille à la mise en œuvre du projet personnalisé de scolarisation (PPS). Elle se réunit au moins une fois par an. L'ESS comprend l'ensemble des personnes qui concourent à la mise en œuvre du PPS, ainsi que l'élève et/ou ses parents : l'enseignant référent, les enseignants de l'élève handicapé (y compris les enseignants spécialisés de l'établissement médico-social), les professionnels de santé (y compris ceux issus du secteur libéral) et les professionnels des services sociaux.

    Le chef d'établissement ou le directeur de l'établissement médico-social, le psychologue scolaire ou le conseiller d'orientation-psychologue, le personnel du service social et de santé font aussi partie de l'équipe.

    Les parents peuvent se faire assister par une personne de leur choix ou se faire représenter.

    Le PPS fait l'objet de révisions régulières, et se révèle particulièrement important aux moments clés des paliers d'orientation (entrée en 6e, orientation en fin de 3e...) ; il garantit la continuité du parcours scolaire.

     

    Les élèves orientés en ULIS sont ceux qui, en plus des aménagements et adaptations pédagogiques et des mesures de compensation mis en œuvre par les équipes éducatives, nécessitent un enseignement adapté dans le cadre de regroupements et dont le handicap ne permet pas d'envisager une scolarisation individuelle continue dans une classe ordinaire. 

    Chaque élève scolarisé au titre des ULIS bénéficie, selon ses possibilités, de temps de scolarisation dans une classe de l'établissement scolaire où il peut effectuer des apprentissages scolaires à un rythme proche de celui des autres élèves.

    http://eduscol.education.fr/cid53163/les-unites-localisees-pour-l-inclusion-scolaire-ulis.html

    http://www.education.gouv.fr/pid285/bulletin_officiel.html?cid_bo=91826

     

    Favoriser la construction du parcours de l'élève handicapé à chaque niveau de scolarité

    A tous les niveaux d'étude, les élèves d'Ulis bénéficient, comme les autres élèves, de tous les dispositifs mis en place pour favoriser l'orientation.

    Cette préparation spécifique est détaillée dans un volet dédié à l'orientation dénommé PPO (projet personnalisé d'orientation) intégré au PPS (projet personnalisé de scolarisation).

    En lycée, l'équipe pédagogique et le coordonnateur de l'Ulis accompagnent le projet de poursuite d'études et préparent l'élève handicapé à l'entrée dans l'enseignement supérieur. Ils l'aident aussi dans ses démarches de demande d'aménagement des examens.

    Ce dispositif peut être organisé sous la forme d'un réseau de lieux de formations : EGPA (enseignements généraux et professionnels adaptés), LP (lycées professionnels), EMS (établissements médico-sociaux), CFA (centres de formation d'apprentis), pour permettre un choix plus étendu de formations professionnelles.

    La recherche de stages en entreprise se fait en lien avec l'organisme Cap Emploi et les associations d'accompagnement vers l'emploi. Les modalités pratiques sont prévues (transports, aide humaine et matérielle).

    Les élèves d'Ulis sortant de LP sans avoir accédé à une qualification reconnue, reçoivent une attestation des compétences professionnelles acquises dans le cadre de la formation préparant à un CAP.

    L'orientation en Ulis

    L'orientation en Ulis est envisagée au cours de l'élaboration du PPS (projet personnalisé de scolarisation) avec l'enseignant référent mais c'est la  CDAPH (commission des droits et de l'autonomie des personnes handicapées) qui décide de l'admission.

    Onisep.fr

     

    Télécharger « Les ULIS à la rentrée 2016.pdf »

     

    La commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (CDAPH)

    publication : 20 février 2015 Onisep.fr

    Au sein de la MDPH (maison départementale des personnes handicapées), la CDAPH prend les décisions relatives à l'ensemble des droits de la personne handicapée, en fonction du projet de vie que celle-ci aura énoncé. La CDAPH se base sur l'évaluation réalisée par l'équipe pluridisciplinaire et le plan de compensation proposé
    Des rôles multiples

    Reconnaissance du handicap

    La CDAPH évalue l'état de santé de la personne handicapée selon un guide-barème, et formule un taux d'invalidité. Elle octroie ou non la carte d'invalidité, en fonction de ce taux.

    Attribution d'aides financières

    La commission attribue l'AEEH (allocation d'éducation de l'enfant handicapé) selon l'état de santé de l'enfant ou de l'adolescent. Pour les adultes, elle décide de l'attribution de l'AAH (allocation aux adultes handicapés).

    Elle évalue les besoins de compensation de la personne handicapée (enfant et adulte) selon son projet de vie, et attribue la prestation de compensation.

    Orientation de l'enfant ou de l'adolescent handicapé

    La CDAPH se prononce sur les mesures propres à favoriser son insertion scolaire et sociale. Elle donne son accord pour l'orientation de l'enfant et de l'adolescent handicapé vers le milieu scolaire ordinaire. Si la commission préconise l'orientation vers le milieu médico-social, elle propose aux parents un choix entre plusieurs solutions adaptées d'établissements et de services d'accompagnement.

    Désormais, les informations sur la situation d’un élève handicapé sont regroupées sur un document unique, le GEVA-sco (guide d’évaluation des besoins de compensation en matière de scolarisation). C’est le document officiel permettant les échanges entre l’Éducation nationale (équipe de suivi de la scolarisation) et la MDPH.

    RQTH (reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé)

    La CDAPH reconnaît la qualité de travailleur handicapé, et se prononce sur l'orientation de la personne vers le milieu ordinaire de travail ou le milieu protégé. Toutes les décisions de la commission sont motivées et révisables périodiquement.

     

     

     

     


  •  

    Pour en savoir plus sur l'apprentissage, consultez notre rubrique : http://ciosaintquentin.id.st/l-apprentissage-p362667

     

    L'apprentissage : Les CFA de l'Aisne vous ouvrent leurs portes

    L'apprentissage : Les CFA de l'Aisne vous ouvrent leurs portes

     

     


  • La robotique est l'ensemble des techniques permettant la conception et la réalisation de machines automatiques ou de robots. L'ATILF définit le robot de la manière suivante : « Appareil effectuant, grâce à un système de commande automatique à base de micro-processeur, une tâche précise pour laquelle il a été conçu dans le domaine industriel, scientifique ou domestique »

     

    La Robonumérique  c’est :
    … la robotique alliée au numérique & aux objets connectés, soit un outil mécanique avec un cerveau numérique. Il s’agit de la 1ère révolution industrielle du XXIème siècle, créatrice d’activités et d’emplois, dont l’essor est comparable à celui de la micro-informatique.

     

    La robonumérique constitue un ensemble d’innovations technologiques « de rupture » robotiques numériques, du numérique en passant par les objets connectés. Aujourd’hui en plein essor, elle s’invite dans chaque secteur économique et bouleverse nos modes de vie et de production car il s’agit d’une révolution industrielle à part entière, une formidable opportunité de croissance, d’emplois et de perspectives pour la jeunesse.

     

    La Robonumérique à Saint-Quentin

     

    Saint-Quentin réunit sur son territoire tout un écosystème orienté vers le développement de projets robonumériques avec le seul parcours de formation supérieur en France en Robonumérique.

    Saint-Quentin veut devenir un haut lieu de la robotique en France.

    Par Guillaume Roussange lesechos.fr

    Devenir une référence dans le domaine des systèmes robotisés et automatisés. C'est l'objectif que s'est fixé la communauté d'agglomération de Saint-Quentin, dans l'Aisne, avec son plan d'action Robonumérique. Initié il y a deux ans, il vise à créer un écosystème impliquant des industriels déjà présents localement, comme Yamaha-MBK ou Tecman, un cursus d'études supérieures spécifique et le développement de start-up. « Nous disposons désormais d'une offre de formation complète, du BTS au mastère viso-robotique, que l'université de Picardie Jules- Verne ouvrira en 2017 », explique Frédérique Macarez, maire de Saint-Quentin. Au total, un vivier d'une cinquantaine d'étudiants, titulaires d'un BTS, d'une licence professionnelle ou d'un mastère en robotique seront opérationnels d'ici à deux ans.

    Parallèlement, la collectivité cherche à peser sur la scène internationale. Début décembre, elle a participé au Salon Irex à Tokyo, le rendez-vous mondial des professionnels de la robotique. Selon l'édile, cette présence, rare, d'une collectivité française a déjà permis d'attirer l'attention d'industriels asiatiques. « Les Japonais veulent trouver des partenaires, notamment des start-up. Les contacts noués sont très prometteurs », estime l'élue.

     

    BTS robotique

    Cette formation présente l'avantage d'être autant reconnue auprès des entreprises et des recruteurs qu'auprès des filières d'enseignement supérieur technologiques – pour ceux qui souhaitent poursuivre leur cursus.

     

    En formation BAC+2, l'Espace scolaire Condorcet à Saint-Quentin propose un BTS CRSA – conception et réalisation de système automatiques.
    Ce BTS permet d'acquérir en 2 ans un savoir-faire technique complet en matière d'automatisation en entreprise : élaboration du cahier des charges, conception, réalisation, installation sur site et maintenance.

    Naturellement orientée vers les nouvelles technologies, cette formation – classée 2ème aux Olympiades Fanuc 2015 – reçoit une forte coloration robotique rendue possible par un module de 33 heures supplémentaires en robonumérique en lien avec les acteurs du domaine.

     

    Télécharger « BTS_CRSA.pdf »

    Niveau de recrutement (Admission Post-Bac.fr)

    Bac STI2D (EE,AC,ITEC,SIN), Bac S Sciences de l'Ingénieur, Bac Pro MEI, Bac Pro EEEC, et tout autre bachelier motivé ou de retour de DUT, DEUG...

    http://condorcet02.lyc.ac-amiens.fr/site/index.php

     

    Licence professionnelle robonumérique

    Former en 1 an des techniciens supérieurs capables de participer à la robotisation d'une chaîne de production (diagnostic basé sur le procédé concerné, intégration, ergonomie, sécurité, collaboration homme-robot et cobotique ...).

     

    En formation BAC+3, l'IUT de l'Aisne, à Saint-Quentin. La licence professionnelle métiers de l'industrie : gestion de production industrielle parcours robotique ouvrira en septembre 2016 sur le Pôle universitaire de Saint-Quentin avec l'INSSET. L'Institut universitaire de Technologie (IUT) permettra d'assurer aux jeunes des perspectives de carrière en entreprise.

     

    Télécharger « Licence pro. spécialité robotique connectée.pdf »

    La formation s'adresse:

    • aux titulaires d'un diplôme Bac+2 ou niveau équivalent compatible avec la formation proposée (DUT, BTS, Licence 2...),

    • aux salariés en plan de formation ou en congé individuel de formation,

    • aux demandeurs d'emploi (avec ou sans Bac + 2) désirant une formation diplômante ou une reconversion.

    L'IUT de l'Aisne - UPJV (Université de Picardie Jules Verne)
    Campus de St-Quentin
    48, rue d'Ostende
    02100 Saint-Quentin
    Tél. 03 23 50 36 95

    https://iut-aisne.u-picardie.fr/

     

    Master EEAII parcours de vision robonumérique

    Formation articulée autour de la vision par ordinateur et de la robotique industrielle et mobile.

    En formation BAC+5, l'UFR des Sciences de l'Université de Picardie d'Amiens installe sur le campus universitaire de Saint-Quentin, son futur master dès septembre 2017 EEAII – Electronique, Electrotechnique, Automatique et Informatique Industrielle – en vision robotique « ViRob ».

    Master Cloud robotique

    Ce diplôme universitaire est très recherché par les entreprises qui cherchent à être en phase constante avec l'évolution des technologies et méthodologies de développement.

     

    En formation BAC+5, l'Institut des Sciences et Techniques – l'INSSET –, à Saint-Quentin, a créé en 2012 en collaboration avec l'Agglomération de Saint-Quentin et des entreprises du numérique, le 1er master de France Cloud Computing & Mobility, adossé à un incubateur.

    Cette formation est une demande des entreprises afin d'accompagner la migration des entreprises dans le Cloud.

    Elle s'adresse aux bac+3 dans le développement Web, et forme des cadres techniques de haut niveau en Cloud/DevOps, Cloud/IoT et Cloud robotique.

    Le salaire moyen des tout jeunes diplômés est de 35 K€ brut/an, tous trouvent facilement un emploi.

     

    L’Institut National Supérieur des Sciences et Techniques est un établissement basé à Saint-Quentin et antenne de l’Université de Picardie Jules Verne.

    Il propose diverses formations autour des métiers du web, des systèmes embarqués, de la logistique ainsi que de la conception et simulation de produits, allant de la licence au doctorat en passant par le master. L’INSSET se démarque plus particulièrement grâce à sa Licence Pro Web et son Master Cloud Computing & Mobility, unique en France.

    C’est à Saint-Quentin que se forment les premiers et futurs professionnels du Cloud Computing, qui peuvent même choisir d’incuber leurs propres projets au sein de l’Incubateur Cloud Computing Le Garage, durant leur formation. Salesforce, Aérospatial, CNES et bien d’autres encore font confiance à l’expertise et à l’inventivité de l’INSSET.

    Un large catalogue de formations autour des Sciences pour l'Ingénieur (SPI), du Web Développement (LPRO WEB), du Cloud Computing and mobility (CCM), la Logistique (MIL - LI), la Conception et Simulation de produits (CSP) et des Systèmes Embarqués (SE)

     
    Institut Supérieur des Sciences Et Techniques
    48 rue d'Ostende CS10422
    02315 SAINT-QUENTIN Cedex
    Tel : Accueil - Standard 03 23 62 89 59

    www.insset.u-picardie.fr/fr

     

     

    Publish at Calameo

     

    La Robonumérique à Saint-Quentin

     

    A un carrefour stratégique, proche des grandes capitales, Saint-Quentin est une ville à taille humaine, de traditions séculaires, structurées par un passé industriel riche et identitaire.
    Ville de cœur, attachante, et vraie, dynamique et festive, pugnace et pragmatique, Saint-Quentin s'inscrit désormais dans le XXIème siècle.

     

     

    Le site de la robonumérique : http://www.robonumerique.fr/

     

     

     


  • Dans le cadre de la modernisation des métiers de l'Éducation nationale, un nouveau corps unique de psychologue de l'Éducation nationale est créé pour la rentrée 2017.

     

    Offrant deux spécialités, il rassemblera les métiers de psychologue scolaire dans le premier degré et de conseiller d'orientation-psychologue et directeur de centre d'information et d'orientation dans le second degré. Qu’il soit issu de la spécialité "éducation, développement et apprentissages" pour exercer à l’école et en Rased ou de la spécialité "éducation, développement et conseil en orientation scolaire et professionnelle" pour travailler en CIO, en collège ou en lycée, le psychologue de l’Éducation nationale contribue au parcours de réussite des élèves. Il exerce auprès d’écoliers, de collégiens, de lycéens ou d’étudiants en fonction de sa spécialité.

     

    La création du corps unique des psychologues de l’Éducation Nationale avec ses 2 spécialités

    • Éducation, Développement et Apprentissage (EDA)
    • Éducation Développement et conseil en Orientation scolaire et professionnelle (EDO)

    a bien entendu, entre autres conséquences, nécessité de nouvelles modalités pour intégrer la profession et une nouvelle organisation de la formation .

    Les candidats doivent dorénavant être titulaires d’un cursus complet en psychologie, donc, être titulaire du M2 au moment de l’entrée en formation. Celle-ci dure une année.


    Les inscriptions sont ouvertes jusqu'au 7 mars prochain :
    http://www.education.gouv.fr/cid99001/devenir-psychologue-de-l-education-nationale.html

     

    Les psychologues de l'Education Nationale

    Plus de 300 postes de psychologues de l'Éducation nationale seront ouverts aux concours 2017. Les inscriptions se dérouleront du 7 février au 7 mars 2017.

    Télécharger « Avis de concours PsyEN 2017.pdf »

     

    Leurs missions : contribuer au parcours de réussite des élèves

    Les psychologues de l’Éducation nationale exerceront leur métier dans le respect des principes déontologiques et éthiques de la profession réglementée de psychologue. Ils mobiliseront leur expertise au service de la prise en compte du développement psychologique, cognitif et social des élèves pour assurer leur parcours de réussite. Ils apporteront aux familles ainsi qu’aux équipes pédagogiques et éducatives un éclairage spécifique sur les élèves. Lorsque les circonstances l'exigeront, ils participeront aux initiatives mises en place dans le cadre de gestion des situations de crise. Ils contribueront ainsi à favoriser une approche bienveillante de l’École.

     

    Les missions du psychologue de l'Éducation nationale de la spécialité "éducation, développement et conseil en orientation scolaire et professionnelle"

    La spécialité "éducation, développement et conseil en orientation scolaire et professionnelle" s’exercera auprès de collégiens, lycéens et étudiants.

    Sa mission sera de contribuer à créer les conditions d’un équilibre psychologique des élèves favorisant leur réussite et leur investissement scolaires. Le psychologue de l’Éducation nationale "éducation, développement et conseil en orientation scolaire et professionnelle" accompagnera les élèves et les étudiants dans l'élaboration progressive de leur projet d'orientation. En lien avec les équipes éducatives, il participera à la conception et à la mise en œuvre d’actions permettant l’appropriation d’informations sur les formations et les métiers et l’évolution de leurs représentations. Il contribuera à l’élaboration de parcours de réussite des élèves en leur permettant de prendre conscience des enjeux de leur formation et de s’orienter vers une qualification visant leur insertion socioprofessionnelle. Il informera ainsi les élèves et leurs familles ainsi que les étudiants, et les conseillera dans l’élaboration de leurs projets scolaires, universitaires et professionnels

    Il portera une attention particulière aux élèves en difficulté, en situation de handicap ou donnant des signes de souffrance psychologique. Il participera également à la prévention et à la remédiation du décrochage scolaire. Le psychologue de l’Éducation nationale "éducation, développement et conseil en orientation scolaire et professionnelle" mobilisera ses compétences sous l’autorité du directeur du centre d’information et d’orientation dans lequel il sera affecté.

     

    Les missions du psychologue de l'Éducation nationale de la spécialité "éducation, développement et apprentissages"

    La spécialité "éducation, développement et apprentissages" s’exercera auprès des écoliers.

    Sa mission sera d’agir en faveur du bien-être psychologique et de la socialisation des élèves pour faciliter l’acquisition de leurs apprentissages, et de participer à la prévention des risques de désinvestissement ou de rupture scolaires. Il favorisera ainsi par son expertise la réussite scolaire de tous les élèves.

    Le psychologue de l'Éducation nationale mobilisera ses compétences sous la responsabilité de l’inspecteur de l’Éducation nationale de circonscription pour accompagner les équipes pédagogiques afin de développer l’intérêt et la motivation des élèves. Il interviendra auprès des élèves en difficulté d’apprentissage comme en situation de handicap.

     

    En savoir plus : http://www.education.gouv.fr/cid104165/etre-psychologue-education-nationale.html

     

     

     


  •  

    L'Aisne Nouvelle Edition de Saint-Quentin

    Publié le 06/02/2017

    Par V.D

     

    Le Centre d’information et d’orientation assiste les lycéens dans leurs choix d’études supérieures. Cela nécessite de lever certains freins.

    Saint-Quentin : le CIO aide les lycéens à se dessiner un avenir

    Au coté de la directrice du CIO (à d.), le travail de Nicole, la documentaliste, est de faciliter la connaissance des filières existantes.

    Ils sont 4 000 à passer chaque année par le Centre d’information et d’orientation (CIO) de Saint-Quentin, boulevard Gambetta. Des élèves du collège au lycée, mais surtout des terminales en quête de conseils pour leur projet post-bac. Onze conseillers d’orientation-psychologues y tiennent à tour de rôle des permanences. « Chacun est présent une ou deux demi-journées par semaine. Le reste du temps, ils sont en établissement », explique Sylvie Pruvot, directrice du CIO.

    Jérôme Herbaj est pour la seconde année conseiller au centre. Le jeune homme de 28 ans intervient aussi au lycée professionnel Colard-Noël et au lycée Henri-Martin, à Saint-Quentin, ainsi qu’en collège à Guise. « Au CIO, surtout en ce moment, on assiste les terminales autour du portail Admission post-bac, c’est assez technique. » L’accompagnement va cependant bien au-delà. « On les conseille par rapport à leurs compétences et leurs envies. On travaille sur la cohérence entre les deux, à mettre en adéquation projet d’études et projet de vie. »

     

    « Les études courtes rassurent »

    Dans un département où BTS et DUT sont assez nombreux, mais où le niveau licence est réduit à la portion congrue, la tache des conseillers passe par l’ouverture – pas toujours aisée à faire intégrer – vers de nouveaux horizons. « Notre travail, c’est de favoriser l’ambition et la mobilité, lance, tel un slogan, Sylvie Pruvot. Les études courtes rassurent et c’est vrai que, dans l’Aisne, les licences sont peu nombreuses. » Il y a bien l’Institut des sciences et techniques de Saint-Quentin ou Staps du côté de Soissons, mais guère plus. Il faut quitter le département pour tout le reste et cela ne va pas de soi.

    Pour Jérôme, « il y a une vraie problématique sociale. La peur de ne pas pouvoir assumer le financement de son envie, mais aussi celle de l’éloignement de la maison ». Tout le travail des conseillers est de débloquer ces freins. Cela passe notamment par un accompagnement à des portes-ouvertes, des forums étudiants ou par des visites d’établissement.

    « L’année dernière, j’ai amené en bus des jeunes de Colard-Noël dans deux lycées de Lille et Hénin-Beaumont proposant certains BTS. Ça leur permet de voir que c’est pas si loin et de répondre concrètement à des questions comme où je vais manger le midi ?, où je vais dormir ? » Un vrai travail de sensibilisation est aussi fait – et de plus en plus – en direction des parents.

    Ce que remarque par ailleurs Jérôme, c’est que devant deux choix qui se présentent au futur bachelier, c’est le moins onéreux qui finit souvent par être privilégié. « On leur dit qu’il existe des bourses du Crous, des aides de la Région, l’aide au transport, des places en internat pour le BTS ou des BTS en alternance, moins coûteux. » « Le problème est de trouver l’entreprise », tempère Sylvie Pruvot.

     

    L’admission post-bac jusqu’à 26 ans

    En 2016 à Colard-Noël, 50 % des élèves avaient formulé un vœu pour un BTS. « Le pourcentage sera beaucoup plus bas cette année », sait déjà le conseiller. « Ça ne veut pas dire que les autres ne font rien, précise la directrice. Ça peut être, par exemple, passer le concours d’infirmière ou se diriger vers une spécialisation. » Ou entrer dans la vie active, comme cette élève d’un bon niveau scolaire que Jérôme n’a pu convaincre de choisir la voie du BTS. « L’admission post-bac, c’est jusqu’à 26 ans, rappelle Sylvie Pruvot, donc on peut travailler plusieurs années et y revenir. »

     

    Place aux vœux sur Internet

    Le portail Admission post-bac (APB) centralise les inscriptions dans la plupart des formations de l’enseignement supérieur. Depuis le 20 janvier, tout élève de terminale peut se connecter sur le site www.admission-postbac.fr, ouvrir un dossier électronique et saisir ses vœux de formation par ordre de préférence. Attention, quelques formations, notamment du secteur paramédical, sont exclues du système. Le nombre de souhaits est limité à 24 dont 12 maximum par type de filière, par exemple 12 DUT et 12 BTS. La date limite pour entrer ses vœux est fixée au 20 mars, 18 heures. Leur ordre pourra toutefois être modifié jusqu’au 31 mai. À partir du 8 juin, le bachelier pourra consulter les premières propositions d’admission et donner sa réponse.

     

     


  • Accueil, visites, échanges..., l'UPJV ouvrira ses portes aux lycéens et au grand public.

    C'est le moment de découvrir et d'apprécier la diversité des formations offertes aux nouveaux bacheliers et surtout de rencontrer étudiants, enseignants, chercheurs et personnels de scolarité qui se mobilisent pour accueillir les futurs étudiants et répondre à toutes les questions qu'ils se posent.

    Les portes ouvertes ont lieu sur les 6 campus de l'UPJV : AMIENS, BEAUVAIS, CREIL, CUFFIES-SOISSONS, SAINT-QUENTIN, LAON.

    le 8 mars pour les UFR (Arts, lettres, sciences...), le 8 et 11 mars pour les instituts, et le 11 mars pour la PACES (La première année commune aux études de santé).

    Portes Ouvertes de l'UPJV - Université de Picardie Jules Verne

    INSSET et IUT AISNE - Campus de St Quentin
    Mercredi 8 mars  : 14h 18h
    Samedi 11 mars : 10h 16h

    Programme du Mercredi 8 mars de 14h à 18h et Samedi 11 mars de 10h à 16h :

    Présence d’un stand dans le hall d'accueil pour présenter les différentes formations et des visites de l'établissement seront faites par groupe en fonction de l'affluence du public

    Visite des salles, TD, matériels pédagogiques, amphi, bibliothèque, installations sportives.

    Informations sur les filières, accueil organisé par les étudiants et les enseignants.

    IUT Aisne - Campus de Laon et Cuffies- Soissons
    Mercredi 8 mars : 14h 18h
    Samedi 11 mars : 10h 16h

    Programme du Mercredi 8 mars 2017 à partir de 10h et Samedi 11 mars de 10h 16h :

    Visite des salles, TD, matériels pédagogiques, amphi, bibliothèque, installations sportives, restaurant universitaire.

    Informations sur les filières, accueil organisé par les étudiants et les enseignants.
     
     
     

    Mercredi 8 mars

    Pôle cathédrale (Amiens)
    - Droit Science Politique 14h 17h
    - IPAG 14h 16h
    - Economie Gestion 14h 17h
    - IAE  14h 17h
    Pôle Arts (Amiens) : 10 h 17h
    Pôle Campus (Amiens)
    - Lettres 10h 16h30
    - Langues et cultures étrangères 10h 16h  (sous réserve)
    - Histoire Géographie 14h 17h
    - Sciences Humaines sociales et Philosophie 13h30  17h
    - STAPS  à partir de 14 h
    Pôle Santé (rue des Louvels Amiens)
    A partir de 14 h :
    - Sages femmes, Masseurs Kinésithérapeutes, Certificat de capacité d’Orthophonie, Certificat de capacité d’Orthoptie, Préventeurs, Institut Ingénierie de la santé.
    Pôle Sciences (Amiens) : 14h 17h
    Antenne Cuffies Soissons
    - STAPS : 14h 17h
    Antenne universitaire de Beauvais : 9h30 16h30
    ESPE : sites d’Amiens 10h-16h, Beauvais 10h30- 17h, Laon  10h-12h
     
     

    Mercredi 8 mars et samedi 11 mars

    IUT Amiens
    Mercredi 8 mars : 14h  17h
    Samedi 11 mars : 9h30  12h
    IUT Oise
    Mercredi 8 mars :
    Campus de Beauvais : 10h à 17h30
    Campus de Creil : de 10h à 17h30

    Samedi 11 mars : 9h à 12h

    Campus de Beauvais et de Creil
    INSSET et IUT AISNE - Campus de St Quentin
    Mercredi 8 mars  : 14h 18h
    Samedi 11 mars : 10h 16h 
    IUT Aisne - Campus de Laon et Cuffies- Soissons
    Mercredi 8 mars : 14h 18h
    Samedi 11 mars : 10h 16h
    Pôle Santé / PACES (bâtiment G)
    Le 11 mars uniquement à partir de 9h30 (médecine, odontologie, pharmacie, sages femmes)

     


  • Bourses nationales

    Elles sont accordées par l’état, sous réserve de conditions réglementaires, aux familles qui ne peuvent pas assurer seules les frais de scolarité de leurs enfants, en fonction des ressources de la ou des personnes assumant la charge de l’élève et du nombre d’enfants à charge.

    L’attribution et le montant dépendent des ressources et des charges de la famille.
    Elles sont attribuées pour une année scolaire en collège (dossier à constituer chaque année en septembre).

    En lycée, elles sont attribuées pour une année et reconductibles, sauf en cas de redoublement, de réorientation, ou d’évolution de la situation de la famille. Dans ce cas, la reconduction est soumise au réexamen des ressources et des charges de la famille.

    Une fois complété, le dossier doit être déposé à l’établissement de l’enfant, au plus tôt, accompagné des pièces justificatives nécessaires. En cas de fratrie, il faut un dossier pour chaque enfant. Conservez l’accusé réception du dépôt qui vous sera délivré, il est le seul document preuve du respect du calendrier.

    A compter de l’année scolaire 2016-2017, elles se déclinent en 3 échelons en collège, et 6 échelons en lycée. Le montant annuel de la bourse, variable selon les échelons, est versé en trois fois (à chaque trimestre).

    Pour toute question, vous pouvez vous adresser au chef d’établissement.

    en savoir plus :  http://www.ac-amiens.fr/247-bourses-nationales.html

     

    Pour les formations dans l’enseignement supérieur, l’interlocuteur est le CROUS de l’académie d’Amiens :

    http://www.crous-amiens.fr/bourses/

     

    Bourses départementales

     

    En savoir plus : http://aisne.com/-Bourses-scolaires-


  • Rentrée 2016/2017 

    Une prime sera versée aux décrocheurs de 16 ans à 18 ans qui reprennent leurs études en voie scolaire après 5 mois d'interruption suite à une démission ou une rupture d'assiduité.
    Ces élèves doivent être éligibles à une bourse nationale d'études.

    Il est instauré une prime complémentaire à la bourse nationale d'études du second degré de lycée destinée aux élèves à partir de seize ans et jusqu'à dix-huit ans révolus qui reprennent leurs études après une interruption d'au moins cinq mois suite à démission ou rupture définitive de l'assiduité, au sens de l'article L. 131-8 du code de l'éducation, et qui sont éligibles à une bourse nationale de lycée au moment de cette reprise d'études.
    Cette prime est versée aux élèves qui reprennent sous statut scolaire une formation du second degré sanctionnée par un diplôme inscrit au répertoire national des certifications professionnelles. 


    Le montant de la prime mentionnée à l'article 1er est fixé à 600 euros et assure à tous les élèves concernés un montant total de bourse d'au moins 1 000 euros. Cette prime, accordée pour la première année de reprise d'études, est versée par tiers à chaque trimestre en complément de la bourse nationale d'études du second degré de lycée dont elle fait partie intégrante.

     

    https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000033052939&dateTexte&categorieLien=id

     


  •  LOI n° 2016-1088 du 8 août 2016 relative au travail, à la modernisation du dialogue social et à la sécurisation des parcours professionnels, article 78

     

    Durée minimale d’activité requise

    La durée minimale d’activité requise pour que la demande de validation soit recevable passe de trois ans à un an, que l’activité ait été exercée de façon continue ou non.

    Article L335-5 du Code de l’éducation modifié
     

     

    Prise en compte des périodes de formation initiale ou continue en milieu professionnel

    Pour apprécier la durée d’un an, l’autorité ou l’organisme qui se prononce sur la recevabilité de la demande peut désormais prendre en compte les périodes de formation initiale ou continue en milieu professionnel.

    Article L335-5 du Code de l’éducation modifié
     

    La loi du 5 mars 2014 avait prévu que les périodes de formation initiale ou continue en milieu professionnel, suivie de façon continue ou non par les personnes n’ayant pas atteint le niveau V de qualification pour la préparation d’un diplôme ou d’un titre, sont prises en compte dans le calcul de la durée minimale d’activité requise. La loi du 8 août 2016, supprime cette disposition.

     

    Parties de certification obtenues acquises définitivement

    Désormais, les parties de certification obtenues sont acquises définitivement.

    Ces parties de certifications permettent des dispenses d’épreuve si le règlement fixé par l’autorité administrative, l’établissement ou l’organisme qui délivre la certification prévoit des équivalences totales ou partielles.

    Article L335-5 du Code de l’éducation modifié
     
     

    VAE dans l’enseignement supérieur

    La loi apporte les mêmes modifications en ce qui concerne la VAE dans l’enseignement supérieur.

    Articles L613-3 et s. modifiés du Code de l’éducation
     
     

    Obligation d’information sur la VAE lors de l’entretien professionnel

    L’entretien professionnel mis en place par la loi du 5 mars 2014 comporte des informations relatives à la validation des acquis de l’expérience.

    Article L. 6315-1 du code du travail

     

    Quand une entreprise embauche un salarié, elle se doit de l’informer de son droit à bénéficier d’un entretien professionnel tous les 2 ans. Durant un tel entretien qui n’est ni l’endroit ni le lieu d’évaluer le travail du salarié, l’employeur doit aborder avec celui-ci ses perspectives d’évolution professionnelle en termes particulièrement de qualifications et d’emploi.

    Ce qui change avec la « Loi Travail » :

    l’entretien professionnel comporte maintenant des informations relatives à la VAE. Il s’agit de promouvoir le dispositif dans l’entreprise ; et la « Loi Travail » précise que des modalités de cette promotion peuvent être déterminées par un accord d’entreprise dans les entreprises de plus de cinquante salariés.

     

    Congé de VAE

    1° Condition d’ouverture du droit à congé de VAE pour les titulaire d’un CDD et conditions de rémunération

    Une personne qui a été titulaire de CDD e a droit au congé pour validation des acquis de l’expérience. La loi supprime les conditions minimales d’ancienneté et aligne les conditions de rémunération sur celles du salarié titulaire d’un CDI.

    Article L. 6422-2 du code du travail
     

    Pour rappel, le salarié dont l’action de VAE est prise en charge par Opacif a droit à une rémunération égale à la rémunération qu’il aurait reçue s’il était resté à son poste de travail, dans la limite de 24 heures. La rémunération due au bénéficiaire d’un congé pour VAE est versée par l’employeur. Celui-ci est remboursé par l’Opacif.

    Article L. 6422-8 du Code du travail

    2° Durée du congé de VAE

    La durée de 24 heures du congé de VAE peut être augmentée par convention ou accord collectif de travail pour les salariés :

    • n’ayant pas atteint un niveau IV de qualification, au sens du répertoire national des certifications professionnelles,

    • ou dont l’emploi est menacé par les évolutions économiques ou technologiques.

    Article L. 6422-3 du code du travail
     

    Le salarié qui s’engage dans une démarche de VAE peut bénéficier d’un congé pour VAE dont la durée ne peut excéder 24 heures de temps de travail, consécutives ou non, par validation. La Loi du 5 Mars 2014 stipule qu’une personne ayant été titulaire de CDD peut bénéficier d’un tel congé qui est toutefois un droit « subordonné à des conditions d’ancienneté ». Les conditions de rémunération ne sont alors pas les mêmes pour un CDD et un CDI.

    Ce qui change avec la « Loi Travail » :

    Les conditions d’ancienneté pour les titulaires de CDD sont supprimées et c’est l’article L.6422-8 qui prévoit maintenant les conditions de rémunération. Selon cet article, « le salarié dont l’action de VAE est prise en charge par l’un des organismes collecteurs paritaires agréés a droit à une rémunération égale à la rémunération qu’il aurait reçue s’il était resté à son poste de travail, dans la limite par action de validation d’une durée déterminée par décret pour chaque action de validation. La rémunération due au bénéficiaire d’un congé pour VAE est versée par l’employeur. Celui-ci est remboursé par l’organisme collecteur paritaire agréé ». Aussi, le congé pour VAE n’est plus limité à 24 heures (de temps de travail, consécutives ou non, par validation) pour tous les candidats. La « Loi Travail » stipule, en effet, que « la durée de ce congé peut être augmentée par convention ou accord collectif de travail pour les salariés n’ayant pas atteint un niveau IV   de qualification, au sens du répertoire national des certifications professionnelles, ou dont l’emploi est menacé par les évolutions économiques ou technologiques ».

     

    Un accompagnement renforcé pour certains publics peut être prévu et financé par un accord de branche.

    La Loi du 5 Mars 2014 stipule notamment que « toute personne dont la candidature a été déclarée recevable […] peut bénéficier d’un accompagnement dans la préparation de son dossier et de son entretien avec le jury en vue de la VAE ».

    Ce qui change avec la « Loi Travail » : elle prévoit « un accompagnement renforcé pour certains publics peut être prévu et financé par un accord de branche. ».

    Article L. 6423-1 du Code du travail
     
     

    Participation au jury de VAE d’un salarié, d’un travailleur non salarié ou d’un retraité

    Entre dans le champ d’application des dispositions relatives à la formation professionnelle continue la participation à un jury de VAE.

    La loi précise désormais que les personnes pouvant être jury sont :

    • les salariés,

    • les travailleurs non salariés,

    • les retraités.

    Article L6313-1 du code du travail modifié
     

    Lorsque le membre du jury de VAE est un retraité, le remboursement des frais de transport, d’hébergement et de restauration lié à sa participation peut être pris en charge par un Opca selon les modalités fixées par accord de branche.

    Article L 6313-12 du code du travail modifié
     

     

    Droit à la VAE des travailleurs utilisant une plateforme de mise en relation par voie électronique

    Le travailleur bénéficie, dès le 10 août 2016, à sa demande, de la validation des acquis de l’expérience.

    La plateforme prend alors en charge les frais d’accompagnement et lui verse une indemnité dans des conditions définies par décret.

    Art. L. 7342-3 du code du travail nouveau
     
     

     

    La VAE

    Toute personne, quels que soient son âge, son statut et son niveau de formation, qui justifie d’au moins 1 an d’expérience en rapport direct avec la certification visée, peut faire reconnaître son expérience professionnelle. Cette certification, qui peut être un diplôme, un titre ou un certificat de qualification professionnelle, doit être inscrite au Répertoire national des certifications professionnelles (RNCP).

     

    A quoi sert la VAE ?

    La VAE vous permet, en faisant reconnaître votre expérience :

    • d’obtenir une certification ;

    • de faire reconnaître vos compétences ;

    • d’obtenir un niveau de qualification permettant d’accéder à une formation d’un niveau supérieur ou de s’inscrire à un concours ;

    • de changer d’emploi.

    La certification obtenue par la VAE a la même valeur que celle obtenue par la voie de la formation initiale.

    Qui peut bénéficier de la VAE ?

    La VAE est un droit ouvert à tous, sans condition d’âge, de nationalité, de statut, de niveau de formation ou de qualification.

    La durée minimale d’activité requise pour que la demande de validation soit recevable est de 1 an, que l’activité ait été exercée de façon continue ou non.

    Comment se déroule la procédure ?

    La recevabilité de la demande

    Avant de faire une demande de VAE, vous devez constituer un dossier de recevabilité. Vous devez pour cela :

    • retirer le dossier de recevabilité de la demande auprès du ou des organismes certificateurs ;

    • constituer le dossier de recevabilité et le déposer.

    L’autorité ou l’organisme qui délivre la certification professionnelle se prononce ensuite sur la recevabilité de la demande, au regard des conditions d’éligibilité (inscription de la certification visée au RNCP, durée de l’activité exercée en rapport avec le contenu de la certification).

    L’accompagnement à la VAE

    Si votre demande a été déclarée recevable, vous pouvez bénéficier d’un accompagnement dans la préparation de votre dossier et de votre entretien avec le jury. Cet accompagnement débute dès que le dossier de demande de validation a été déclaré recevable et prend fin à la date d’évaluation par le jury.

    La procédure de VAE

    Vous transmettez à l’autorité certificatrice un dossier décrivant votre expérience. Ensuite, selon la certification, vous serez mis en situation professionnelle devant un jury, ou vous lui présenterez votre dossier. Dans tous les cas, le jury s’entretient avec vous et prend une décision de validation totale, partielle ou d’un refus de validation. L’ensemble de la démarche dure entre huit et douze mois.

    Comment accéder à la VAE ?

    L’accès à la VAE dans l’entreprise

    A votre initiative, vous pouvez bénéficier d’un congé VAE. Il s’agit d’une absence qui ne peut excéder 24 heures de temps de travail, consécutives ou non. Vous devez demander l’autorisation à votre employeur de prendre ce congé 60 jours avant le début des actions de VAE. Il peut néanmoins, dans un délai de 30 jours, reporter l’autorisation d’absence pour des raisons de service.
    La VAE peut être également mise en œuvre à l’initiative de l’employeur dans le cadre du plan de formation. Elle ne peut être mise en œuvre qu’avec votre consentement, votre refus ne constitue ni une faute, ni un motif de licenciement.

    L’accès à l’accompagnement à la VAE dans le cadre du compte personnel de formation

    Seul l’accompagnement à la VAE est éligible au compte personnel de formation (CPF). Vous pouvez ainsi articuler votre demande de la manière suivante :

    • dans un premier temps, mobilisation du CPF pour la partie accompagnement ;

    • puis, un congé VAE pour la constitution du dossier et le passage devant le jury pour les salariés. Si vous êtes demandeur d’emploi, vous pouvez bénéficier d’une aide à la VAE après avoir effectué une demande auprès de Pôle emploi.

    Si vous décidez de suivre cet accompagnement sur votre temps de travail, l’accord préalable de l’employeur est requis.

    http://www.vae.gouv.fr/

     

     

     


  • De janvier à mars profitez des JPO pour découvrir les établissements d'enseignement.

    Quoi de plus efficace qu'un contact direct pour obtenir des informations et poser toutes les questions sur l'établissement dans lequel vous souhaiteriez poursuivre des études ?

    Journées Portes Ouvertes (JPO) - Toutes les dates dans l'académie d'Amiens

     

     

     

     

    Journées Portes Ouvertes post-3ème :

    Télécharger « JPO+Après+la+3e+2017.pdf »

    Journées Portes Ouvertes post-baccalauréat :

    Télécharger « JPO+Après+le+bac+2017.pdf »

     

     

     


  • Le métier de psychologue vous attire ? Vous envisagez des études de psychologie à l’université ? Mieux vaut prendre le temps d’explorer les différentes facettes de la profession et de décrypter la formation avant de vous lancer. Quiz, témoignages d’étudiants, conseils de profs…

    Renseignez-vous et prenez rendez-vous avec un conseiller d'orientation-psychologue pour construire votre projet

    CIO de Saint-Quentin : 03 23 64 27 77

     

    http://www.onisep.fr/Psycho-ou-pas

     

    ETUDES : s’informer sur la psychologie avant de s’y orienter (ONISEP)


  • Rentrée 2017

    Les académies d’Amiens et de Lille s’engagent à favoriser la poursuite d’études en BTS après
    un bac pro. Dans le cadre de cette politique volontariste favorisant la poursuite d’études en BTS pour les bacheliers professionnels.

    Après le bac pro, osez le BTS : une voie de réussite faite pour vous

     

    Bien qu'il permette de s'insérer dans la vie active, de nombreux titulaires d'un bac professionnel poursuivent leurs études en BTS ; une voie dans laquelle ils réussissent et que nous avons mis en avant cette année dans notre publication. L'académie d'Amiens vise en effet à améliorer et faciliter l'accès au BTS des bacheliers professionnels désirant continuer leurs études. À terme, l'objectif est de porter à 50% la part des bacheliers professionnels en STS (Sections de Technicien Supérieurs).
     
    Un accès privilégié
     
    Les lycéens qui ont eu leur bac pro avec mention bien ou très bien sont admis de droit en BTS du même domaine à la rentrée suivante. Dans l'académie d'Amiens, un accès en BTS est facilité pour les bacheliers pro dont le profil aura été jugé bon par le conseil de classe.
     

    L'équipe pédagogique, entre le 20 mars et le 2 avril sur Admission post-bac, émettra un avis sur chacun de vos vœux de BTS. Un avis favorable déclenchera un accès privilégié aux BTS choisis, dans la limite d'un nombre de places réservées aux bacheliers professionnels.

     

    Un accompagnement à la réussite en BTS

    • Conseils sur vos projets et vos choix de BTS,
    • Suivi de vos candidatures sur APB, aide au classement des vœux,
    • Soutien et approfondissement dans les matières générales pendant les heures d'accompagnement personnalisé…

    Cet accompagnement est réalisé par l'équipe éducative (professeurs, conseillers d'orientation-psychologues...), de votre lycée. Le conseiller ou la conseillère d'orientation-psychologue intervient en classe et peut vous recevoir en entretien individuel seul.e ou avec vos parents.

    L'accompagnement et le suivi pédagogique continuent aussi en BTS pour faciliter votre adaptation et votre réussite.

     
    Choisir un BTS après avoir décroché un bac professionnel est une étape cruciale. Prenez le temps de la réflexion et projetez-vous. Vous pourrez ainsi cibler les spécialités de BTS qui correspondent le plus à votre profil et à vos projets.
     

    Correspondances entre les spécialités de Bac pro et de BTS

    Ce tableau indicatif vous aidera à choisir la spécialité ou les spécialités de BTS qui correspondent le mieux à votre bac pro, c’est-à-dire celles qui vous offrent les meilleures chances d'admission et de réussite. Vous y découvrirez peut-être d’autres spécialités auxquelles vous n’auriez pas pensé.

    Télécharger : Correspondances entre les spécialités de Bac pro et de BTS (format A3)

     
     
    Destiné aux élèves de terminale Bac Pro, ce guide présente les poursuites d'études possibles après l’obtention du diplôme, les contrats de travail existants et donne des conseils pour réussir son insertion professionnelle.
     
    http://www.onisep.fr/var/onisep/storage/images/media/regions/picardie/images/rubrique-publications/guides-d-orientation-et-publications-thematiques/visuel-apres-le-bac-pro-2017/14004685-5-fre-FR/Visuel-Apres-le-bac-pro-2017_medium.jpg

    Bac pro : baccalauréat professionnel

    En 3 ans après la 3e ou en 2 ans après certains CAP (certificats d'aptitude professionnelle). Le bac pro mêle enseignements généraux (français, maths, langues…), enseignements professionnels et stages destinés à préparer à différents métiers dans la spécialité choisie.


    Brevet de technicien supérieur (Bac + 2)

    Le BTS est un diplôme national de l’enseignement supérieur, classé au niveau III dans la nomenclature interministérielle, qui atteste d’une qualification professionnelle supérieure.

    Il atteste que ses titulaires sont aptes à tenir les emplois de techniciens supérieurs dans les professions industrielles et commerciales, dans les activités de service ou celles relevant des arts appliqués, et sont capables de mobiliser leurs connaissances et leurs aptitudes pour se perfectionner et s’adapter au cours de leur vie professionnelle.

    Les contenus et les objectifs des enseignements, les définitions d’épreuves, ainsi que le règlement d’examen sont précisés dans le Référentiel de chacune des spécialités du Brevet Technicien Supérieur.


     

    Fiches diplômes régionales. Les Brevets de Technicien Supérieur (BTS)

    Picardie / publication : 11 avril 2016

    En lycée ou en école, les Brevets de technicien supérieur (BTS ou BTSA pour le domaine agricole) se préparent en 2 ans, dans une section de techniciens supérieurs (STS). Ces diplômes visent une entrée dans la vie active, mais ils permettent aussi une poursuite d’études, notamment en licence professionnelle (en 1 an).

    Couv BTS BTSA 2016

     
     
    Du CAP au BTS/DUT 12,00 €
    Collection : Diplômes
    Éditeur: Onisep
    Publication professionnelle utilisable par le grand public
    Juillet 2014
    240 pages
     
     
     

  • Admission postbac
    Les nouveautés de la session 2017

     

    Afin d’aider votre enfant dans ses choix et de vous informer sur les poursuites d’études post-bac, vous pouvez dès maintenant rencontrer son professeur principal et/ou un conseiller d’orientation-psychologue (dans son établissement ou en CIO). 

    Télécharger « Lettres aux parents - APB 2017 .pdf »

     


    • Calendrier : les dates clés restent inchangées sauf la date de fin de procédure complémentaire qui est fixée au 30 septembre (fin de saisie des voeux le 25).

    • Les dossiers de candidature sont entièrement dématérialisés : aucun dossier papier ne sera à envoyer par les candidats.

    • Une confirmation automatique des candidatures aura lieu le 3 avril (au lendemain de la date limite de confirmation). Seules les candidatures complètes seront confirmées automatiquement.

    • Intégration du portail APB par les 18 instituts de formations des manipulateurs en électroradiologie médicale suite à la suppression du concours d’accès (sélection sur dossier à partir de maintenant). Les formations regroupant les DE « manipulateurs radios » et les DTS « imagerie médicale » seront répertoriées dans la nouvelle rubrique « Formations diplômantes paramédicales »

    • L’intitulé « licence libre » est remplacé par « licence disposant habituellement de suffisamment de places pour accueillir tous les candidats ». La pastille verte restera affichée.

    • Lorsqu’une licence n’est pas dispensée dans son académie (au niveau de la mention ou de mentions connexes), le candidat sera considéré comme prioritaire au même titre que les néo-entrants du secteur.

    • Il sera possible d’interclasser les sous-voeux d’un voeu groupé parmi l’ensemble des voeux du candidat. Il ne sera cependant pas possible d’en retirer un de son classement.

    • Le nombre maximum de voeux en MANAA, MANAH et par voie de CPGE est désormais de 12.

    • Les candidats titulaires ou en préparation d’un bac professionnel n’ayant pas formulé de voeux de BTS se verront afficher un message les incitant à le faire. Il en est de même pour les candidats titulaires ou en préparation d’un bac technologique n’ayant pas formulé de voeux de DUT.

    • Les demandes de dérogation de secteur prioritaire sont à adresser au SAIO de l’académie d’origine via la rubrique « contact » d’APB avant le 3 mai 2017.

    Les pièces justificatives à fournir sont :
    - Le numéro de dossier APB
    - La justification de la mutation professionnelle et du déménagement de la résidence de la famille dans le secteur prioritaire
    SAIO/VI janvier 2017
    - La justification du futur domicile familial (s’il est connu)
    - Pour les sportifs de haut niveau : un document justifiant leur arrivée dans l’académie
    Pour les candidats mineurs à la date de constitution du dossier, il faudra ajouter :
    - Si le candidat vient vivre chez un de ses parents :
    Parents divorcés : ordonnance de jugement précisant la garde des enfants
    Parents séparés : courrier d’entente parentale
    - Si le candidat va habiter en dehors du domicile parental (chez une tierce personne) : délégation d’autorité parentale à demander auprès du tribunal du domicile des parents.


    • Fin de l’obligation de formuler un « oui définitif » lors de la dernière phase d’admission. Il sera possible pour les candidats de rester en « oui mais » et de bénéficier ainsi du rappel fin de liste pour les vœux en attente. Le rang de classement sur la liste d’attente lui sera communiqué.

    • Un candidat ayant répondu « oui définitif » ou « oui mais » à la proposition qui lui a été faite en procédure normale pourra formuler de nouveaux vœux sur toutes les formations de la procédure complémentaire (sélectives ou non) sans démissionner de la procédure normale, tout en conservant cette proposition qui restera valide jusqu’à la date limite d’inscription administrative signifiée par l’établissement lors de la réponse à la proposition d’admission. Il ne pourra cependant pas redemander des formations qui auraient refusé sa candidature lors de la procédure normale.

    • Une application pour smartphone à destination des candidats a été développée. Elle ne permettra pas d’accéder au dossier du candidat mais permettra de recevoir des alertes aux étapes clés.

    • La saisie des candidatures en apprentissage s’effectuera du 20 janvier au 25 septembre : elles figureront dans une seule et même liste, distincte de celle des candidatures sous statut scolaire. Les candidatures ne seront pas à classer par ordre de préférence. Il sera possible de formuler 24 voeux de formation en apprentissage + 24 vœux de formation sous statut scolaire. La saisie des voeux en apprentissage sera possible après le 20 mars pour les formations n’effectuant pas d’examen des dossiers de candidats (seules ces formations apparaîtront alors). Si le candidat présente son contrat d’apprentissage avant les phases d’admission, la proposition d’admission pourra être déclenchée avant le 8 juin.

    • Concernant l’accès aux licences, la priorité sera donnée aux candidats du secteur (passant le bac ou résidant dans le secteur), puis au rang du voeu attribué par le candidat et enfin, la situation de famille du candidat (priorité des candidats mariés, pacsés, en concubinage –au sens officiel du terme- ou ayant des personnes à charges).
    • Concernant l’année d’obtention du baccalauréat : un néo-bachelier et un candidat en réorientation seront traités de la même façon.

    • Pour les candidats en réorientation, l’académie de résidence retenue sera celle déclarée par le candidat.

    SAIO/VI janvier 2017


  •  

    Guide 3e_rentree_2017

    Après la 3e

    Un guide à destination des élèves de 3e pour les aider à préparer leur choix d'orientation.

    Découverte de l'après 3e

    La classe de 3e : préparer son orientation. Panorama des étapes clés de l'orientation de la classe de 3e et des interlocuteurs présents pour vous accompagner.

    Les filières de l'enseignement professionnel. Vous trouverez ici toutes les informations pour préparer un CAP, un bac pro... et apprendre un métier en passant progressivement de l'école au monde du travail. Des formations qui permettent parfois aussi de poursuivre ses études.

    Les filières de l'enseignement général et technologique. Vous trouverez ici toutes les informations pour préparer en 3 ans un bac général ou technologique qui vous ouvrira les portes de l'enseignement supérieur.

    Au sommaire

    • La classe de 3e : préparer son orientation

    • Les formations après la 3e

    • Vos questions, nos réponses...

    • Choisir la voie professionnelle

    • Choisir la voie générale et technologique

    • Élèves en situation de handicap

     

     

     

     

     

     

     

    L'Onisep édite chaque année des guides diffusés dans les collèges et les lycées. Ces guides accompagnent les élèves et leurs familles tout au long des études pour les aider dans leurs choix d'orientation.

    Pour connaître en supplément les formations proposées dans votre région et la liste des établissements dans lesquels s’inscrire, consulter le  guide régional.

    Le guide régional 2017 de l'Académie d'Amiens sera distribué à chaque élève des collèges gratuitement vers le mois de mars 2017.

    Pour en savoir plus, c'est ici : http://www.onisep.fr/Mes-infos-regionales/Picardie/Telechargement-des-guides-d-orientation

     

     


  •  

    Initiées en 2010, les Journées nationales des cordées de la réussite se dérouleront comme chaque année en janvier. Cette 8e saison associe cette année les cordées de la réussite et les parcours d'excellence mis en place à la rentrée 2016.

    Cet événement national doit être décliné au niveau académique au travers de la mobilisation des établissements scolaires au cours de la semaine du 16 au 21 janvier 2017. Il s'agit de promouvoir l'égalité des chances et de valoriser les actions menées dans ce domaine.

    Les parcours d’excellence dans l’Académie d’Amiens : http://www.ac-amiens.fr/876-parcours-d-excellence.html

     

    "La plupart des filières d'excellence sont portées par un ou plusieurs des 4 lycées Saint-Quentnois (le lycée Jean Bouin, l'Espace Scolaire Condorcet, le lycée Pierre de La Ramée et le lycée Henri Martin) et peuvent être mutualisés dans le cadre du réseau des lycées.

    Y figurent :

    • la filière d'excellence santé portée par le lycée Condorcet et élargie au réseau
    • la filière d'excellence avec le "programme d’Études Intégrées Sciences Po Lille" porté par le lycée Condorcet et élargie au réseau
    • les cordées de la réussite dans lesquelles on trouve : Réussir des études scientifiques du collège à l'université (lycée Pierre de La Ramée - IUT - INSEET voire ParisTech), plusieurs cordées Passeport Étudiant avec des écoles d'ingénieurs (lycée Condorcet avec l'UTC de Compiègne, le lycée Condorcet avec l'Ecole Supérieur d'Ingénieurs en Électronique et Électrotechnique d'Amiens, le lycée Henri Martin avec l'Escom de Compiègne), une cordée pour les 4 lycées avec l'UPJV (Université de Picardie Jules Verne) accès et réussite à l'université et enfin une cordée Bac Pro/BTS avec le lycée Condorcet."

     

    Cette année scolaire 2016/2017 des parcours d’excellence sont mis en place aux collèges Montaigne de Saint-Quentin et Henri Matisse à Bohain (REP+)

    • Visites d'entreprises, tutorat, dans la peau d'un lycéen (en partenariat avec le lycée Henri Martin), découvrir un lieu de ressource pour les questions d'orientation, le CIO, enrichir la connaissance du concept métier et faire prendre conscience de la subjectivité des choix (mise en œuvre de l'action au CIO de Saint-Quentin)...

    Le Collège Henri Matisse de Bohain en Vermandois organise une réunion à destination des parents d’élèves de 3ème le mardi 17 janvier à 18h sur le thème de l’accompagnement des élèves dans le cadre de l’orientation. Les cordées et les par-cours d’excellence seront évoqués.

    CIO de Saint-Quentin

     

     

    Des Cordées de la réussite aux parcours d’excellence :
    une continuité de la 3e à la terminale pour une excellence choisie.

    Les parcours d'excellence s'adresseront prioritairement à la rentrée 2016 aux élèves de 3e des collèges de l'éducation prioritaire renforcée (Rep+ en priorité, où la majorité des collégiens sont issus des quartiers prioritaires de la politique de la ville), sans pour autant exclure d'autres collèges, classés en Rep ou non, accueillant des élèves résidant dans les quartiers prioritaires de la ville ou, le cas échéant, en milieu rural isolé. L'accompagnement de ces élèves se poursuivra ensuite durant leur parcours au lycée.

    L'excellence doit s'incarner dans la réussite de tous les élèves, ce qui suppose de lever les obstacles liés à l'origine sociale ou territoriale qui sont autant de freins à la scolarité, et non dans la seule promotion de quelques-uns dans des filières où les places sont rares.

    L'estime de soi et la confiance en l'avenir, la bonne connaissance des parcours possibles, la curiosité intellectuelle nourrie par le plaisir d'apprendre et de se dépasser jouent un rôle essentiel dans l'accès des élèves à l'excellence, que ce soit dans la poursuite d'études supérieures ou dans l'insertion professionnelle.

    Créer les conditions d'une égalité réelle permettant à tous de réussir nécessite d'assurer dès le collège un meilleur accompagnement des élèves issus des milieux modestes dans l'élaboration de leur parcours de formation. Tel est le sens des parcours d'excellence mis en place, sur l'ensemble du territoire, à partir de la rentrée scolaire 2016, afin de tirer le meilleur profit mais aussi d'amplifier l'action volontariste - mais trop souvent concentrée au profit des lycéens, et plus particulièrement des lycéens généraux - conduite dans le cadre des 370 cordées de la réussite existantes.

    Les parcours d'excellence ne se substituent donc pas au dispositif des cordées de la réussite Ils s'inspirent des démarches qui ont fait leurs preuves et les amplifient en s'adressant à plus de jeunes et à plus d'établissements, à un public plus diversifié (dans ses dispositions scolaires et dans ses aspirations académiques et professionnelles) et en créant un continuum de la 3e à la terminale pour donner aux élèves issus des milieux modestes des moyens supplémentaires de réussir et d'exceller dans la voie qu'ils ont choisie, qu'elle soit professionnelle, technologique ou générale.

    Les parcours d'excellence reposent sur la construction de partenariats locaux qui associent les établissements scolaires, les établissements d'enseignement supérieur, le monde associatif et celui de l'entreprise, ainsi que les collectivités territoriales. Ils doivent trouver leur place dans le volet éducatif des contrats de ville, à l'instar des cordées de la réussite.

    Ces parcours d’excellence ont vocation à aller au-delà des cordées de la réussite à travers un accompagnement continu des élèves volontaires de la troisième jusqu’à la terminale. À compter de la rentrée 2016, l’objectif est de mettre en place des parcours d’excellence au sein des 352 collèges REP+ de France.

     

    Les cordées de la réussite

    Les cordées ont pour objet d'introduire une plus grande équité sociale dans l'accès aux " formations d'excellence ", de lutter contre les obstacles territoriaux, culturels et psychologiques qui conduisent des jeunes issus de milieux défavorisés à écarter d'office les études longues et notamment celles relevant de filières d'excellence.

    Afin d'accompagner en priorité les élèves issus des milieux les plus modestes, en particulier les élèves scolarisés en éducation prioritaire, le ministère de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche lance un nouveau dispositif en janvier 2016 : le parcours d'excellence.

    Les "cordées de la réussite" se fondent sur un principe de solidarité entre établissements et s'inscrivent dans une dynamique d'intensification des liens entre l'enseignement scolaire, l'enseignement supérieur et le monde professionnel.

    En savoir plus : http://www.cordeesdelareussite.fr/

    L’expression «cordées de la réussite» désigne des partenariats, mis en place entre un ou plusieurs établissements d’enseignement supérieur (grandes écoles, universités), des lycées à classes préparatoires et/ou classe de BTS d’une part, et des lycées ou collèges d’autre part, qui ont pour objectif de promouvoir l’égalité des chances et la réussite des jeunes dans l’enseignement supérieur, et notamment dans des filières d’excellence.

    Depuis 6 ans, le programme Egalité des chances s’inscrit dans la dynamique nationale des « Cordées de la réussite », dispositif qui favorise le partenariat entre établissements supérieurs et secondaires, pour promouvoir l’égalité des chances et la réussite des jeunes face à l’entrée dans l’enseignement supérieur, et notamment dans les filières d’excellence.

    L’UPJV (Université de Picardie Jules Verne) pilote 3 des 11 Cordées de Picardie :

    • La Cordée « Accès et réussite », qui fédère les programmes « Ambassadeurs » de l’université et « 300 tuteurs pour 300 lycéens ».
    • La Cordée « Réussir des études scientifiques à l’université », portée par l’IUT de l’Aisne
    • La Cordée « Arts - Camille Claudel », portée par l’UFR des Arts.

    https://www.u-picardie.fr/actualites/focus/les-cordees-de-la-reussite-404854.kjsp

     

    Objectifs des parcours d’excellence :

    Dans le cadre des parcours d'excellence, les élèves sont accompagnés de la classe de 3e jusqu'au baccalauréat, quels que soient leurs choix d'orientation au cours de cette période, afin de les appuyer, en complément de leur parcours Avenir, dans la construction d'un parcours personnel vers une excellence choisie (poursuite d'études post-bac ou insertion professionnelle directe).

     

    Définition des parcours d'excellence

    • Un continuum d'accompagnement de la 3e au baccalauréat

    Les parcours d'excellence entendent accompagner dans la durée des élèves volontaires de la classe de 3e au baccalauréat, quels que soient leurs choix d'orientation au cours de cette période afin de permettre la construction d'un parcours personnel vers une excellence choisie (poursuite d'études post-bac, insertion professionnelle directe).

     

    • La diversité du groupe des élèves mobilisés

    Tous les élèves de 3è des collèges proposant les parcours d'excellence ont la possibilité de bénéficier du dispositif. Au moins 30% des élèves de 3e de chacun des collèges concernés devront bénéficier du dispositif à chaque rentrée. On veillera à la mixité (scolaire et de sexe) des groupes pris en charge. On s'attachera également à ce que le groupe constitué soit représentatif des élèves du collège.

    Le dispositif n'a pas vocation à se limiter aux seuls élèves les plus brillants scolairement. L'équipe pédagogique et éducative veillera à inciter tous les élèves, notamment ceux n'osant pas le faire spontanément, à s'y engager. Une attention particulière sera portée aux élèves dont le rapport à l'École est en train d'évoluer positivement et pour lesquels le dispositif constituera un soutien bienvenu.

     

    • La complémentarité avec les actions menées dans le cadre des cordées de la réussite

    Les parcours d'excellence consistent à accompagner spécifiquement ces élèves sur l'année de troisième et au cours des années du lycée (professionnel, technologique ou général, ou agricole) pour les aider à réussir le baccalauréat dans les meilleures conditions possibles et à réaliser un parcours d'orientation favorable à une entrée réussie dans l'enseignement supérieur ou directement dans le monde du travail.

    Les parcours d'excellence ne se substituent pas au dispositif des cordées de la réussite, mais s'inspirent des démarches qui ont fait leurs preuves. Ils amplifient cette démarche en s'adressant à plus de jeunes, à un public plus diversifié (dans ses dispositions scolaires et dans ses aspirations académiques et professionnelles) et en créant un continuum de la 3e à la terminale. Ils interviennent en complément du parcours Avenir.

    Les parcours d'excellence s'appuient ainsi sur les démarches existantes et les consolident en assurant plus nettement le suivi des élèves dans la durée afin notamment de renforcer leur maîtrise de connaissances et compétences d'une part, la motivation et la confiance en leurs possibilités, d'autre part.

     

    • Des actions coordonnées d'accompagnement et de tutorat

    Lors de l'année de troisième, les élèves concernés sont suivis spécifiquement et des activités particulières leur sont proposées dans le cadre de l'accompagnement personnalisé et en complément, hors du temps scolaire :

    - travaux en groupe tutorés par un ou des professeurs ainsi que des assistants d'éducation et éventuellement des réservistes de la réserve citoyenne,

    - aide au travail personnel pour acquérir des méthodes efficaces pour apprendre,

    - connaissances et compétences culturelles pour situer les savoirs et développer l'ouverture sur le monde,

    - visites culturelles dans une perspective de renforcement de la culture générale,

    - visites de lieux de formation et rencontres avec des lycéens et des étudiants,

    - visites d'entreprises et rencontres de professionnels,

    - rencontres avec des personnalités (élus, journalistes, artistes...).

    Ces activités donnent toujours l'occasion d'anticiper, de préparer, de produire et de rendre compte, c'est à dire qu'elles permettent de développer notamment les compétences du socle commun relatives aux méthodes et outils pour apprendre.

    Ce dispositif doit avoir également des retombées pour tous les autres élèves de 3e. Il est particulièrement important que tous les élèves ainsi que leurs parents puissent être associés à certains événements (conférences, visites collectives de lieux d'étude, de lieux de culture dans le cadre du parcours d'éducation artistique et culturelle, d'entreprises, rencontre avec des associations ou des  réservistes,...). Pour mettre en œuvre ces activités, outre le professeur coordonnateur, pourront contribuer d'autres professeurs, des assistants d'éducation et des volontaires en service civique. Des interventions d'étudiants pourront être envisagées.

     

    Au lycée, des activités comparables sont proposées et un tutorat est en outre mis en place avec l'appui d'étudiants qui peuvent, selon le choix de l'établissement d'enseignement supérieur, être reconnus financièrement et/ou bénéficier de validations de crédits. En seconde, première et terminale, les élèves bénéficient par exemple des actions suivantes :

    - tutorat par des étudiants volontaires sur la base de maximum 35 heures entre novembre et mai, pour des groupes de 5 élèves environ ;

    - séquences d'aide au travail personnel pour consolider les méthodes qui favorisent des apprentissages ;

    - visites culturelles permettant le renforcement de la culture générale ;

    - visites des lieux de formation avec les tuteurs ;

    - visites d'entreprises et rencontres de professionnels, d'associations ou de réservistes de la réserve citoyenne.

    Au collège et au lycée, un tutorat proposé par des représentants des divers mondes professionnels ou associatifs peut être envisagé en appui des parcours d'excellence et être assuré par des tuteurs formés à cet exercice. Chaque établissement devra veiller à la bonne articulation de l'ensemble des apports proposés aux élèves concernés.

     

    Pour en savoir plus :

    http://www.education.gouv.fr/pid285/bulletin_officiel.html?cid_bo=105544

    http://www.education.gouv.fr/cid97575/parcours-d-excellence-pour-les-collegiens-de-rep-de-la-troisieme-jusqu-a-la-terminale.html

     

     


  • Que signifie SEGPA ?

    S.E.G.P.A. signifie : Section d'Enseignement Général et Professionnel Adapté.

    Les élèves inscrits dans cette Section connaissent tous à des degrés divers et dans des domaines différents, des difficultés d'apprentissage, d'expression ou autres.

    « Adapté » veut dire que l'ensemble des personnes qui interviennent auprès des élèves considèrent ceux-ci au niveau où ils sont, avec leurs difficultés, sans jugement de valeur, pour avancer avec eux.

    Une orientation en SEGPA au collège est possible si elle motivée par le besoin de remédier à des difficultés persistantes qui pourraient entraver la suite de la scolarité d'un élève.

    Des objectifs importants :

    - Retrouver la confiance par une image de soi plus positive.
    - Donner du sens aux apprentissages.
    - Se construire un socle de connaissances et de compétences à même de faciliter l'objectif d'entrée en formation qualifiante
    - La préparation à une insertion professionnelle à plus long terme…

     

    A qui sont destinées les SEGPA ?

    A la fin de la classe de 6e si les dispositifs d'aide mis en place ne semblent pas permettre à l'élève de surmonter ses difficultés, l'élève sera alors orienté en 5e SEGPA.

    Les Sections d’Enseignement Général et Professionnel Adapté ont la charge de scolariser des jeunes dont les difficultés scolaires sont trop importantes pour leur permettre de tirer profit d’une scolarisation dans les classes ordinaires des collèges.

    Accueillant des élèves de la 6e à la 3e, les classes de SEGPA sont intégrées dans des collèges et sont gérées par le principal du collège assisté d’un directeur spécialisé pour ces classes. Chaque classe regroupe un petit nombre d'élèves (maximum 16) et permet une individualisation réelle de la prise en charge des difficultés par les professeurs.

    La SEGPA regroupe les enseignements généraux et les enseignements professionnels (4e et 3e) pour aider les élèves à construire leur projet personnel et réussir leur intégration professionnelle et sociale. Ils pourront de cette manière après la classe de 3e recevoir une formation de niveau V (CAP) dans un lycée professionnel ou dans un Centre de Formation des Apprentis (CFA), certains élèves peuvent poursuivre leur études vers un Bac Professionnel. C’est le niveau de l'élève, sa motivation et son choix de projet professionnel qui dicte son orientation après la troisième SEGPA.

    L’élève de SEGPA est un collégien comme tous les autres. Il a donc accès aux mêmes services (CDI, restaurant scolaire…) et peut participer aux mêmes activités organisées en dehors de la classe (Association Sportive, foyer socioéducatif…).

     

    Comment entre-t-on en SEGPA ?

    L’élève est admis en SEGPA après examen de son dossier de candidature par une commission départementale d'orientation vers les enseignements adaptés (CDOEA) qui prononce, après examen des dossiers, l’orientation des élèves en SEGPA. Cette commission est présidée par l’inspecteur d’académie, directeur des services départementaux de l’Éducation nationale (IA.DSDEN). Celle-ci propose l’orientation vers la SEGPA mais la décision appartient à la famille.

     

    La SEGPA :

    Même si les programmes sont identiques à ceux du collège, ils sont adaptés aux capacités des élèves afin qu’ils puissent progresser de manière régulière et valorisante.

    Les heures de cours sont modulables en fonction des besoins spécifiques des élèves : 26h en 6e, 26h en 5e, 28h en 4e, 31h30 en 3e.

    En 6e et en 5e : les élèves bénéficient d'un enseignement général comportant l'ensemble des matières prévues pour toutes les classes de ce niveau, au collège (français, math, musique, EPS, anglais, technologie…)

    En 4e et en 3e : les élèves bénéficient toujours de l'enseignement général adapté comme dans les 2 niveaux précédents. En plus, ils ont des périodes en atelier. Là, il ne s'agit pas de se former à un métier, mais de répondre à 2 objectifs principaux :

    • Acquérir des compétences techniques, technologiques et comportementales utilisables dans n'importe quel secteur d'activité.
    • Contribuer à l'élaboration d'un projet d'orientation (choix d'un métier, choix d'une formation…) pour la fin de la 3e.

    Les élèves font le choix d'un atelier, mais sachez que, même si ce choix doit être réfléchi, il n'est jamais définitif et irréversible. La formation ne s'arrêtera pas à la fin de la troisième de SEGPA. En clair, cela signifie par exemple qu'un élève qui aurait choisi l'atelier maçonnerie en classe de 3ème peut tout à fait opter pour une formation au C.A.P. boulangerie, à l'issue de cette classe, si tel est son projet.

     

    Les stages en milieu professionnel font partie intégrante de la formation de l'élève de SEGPA :

    En quatrième, deux stages d'initiation en entreprise d'une semaine chacun, sont organisés.

    En troisième, deux stages d'application en entreprise de deux semaines chacun, sont organisés. Un troisième stage, d'une durée maximale de deux semaines, est envisageable en fin d'année scolaire.

     

    Télécharger « Les SEGPA à la rentrée 2016.pdf »

     

    Pour en savoir plus : 

    http://www.education.gouv.fr/pid285/bulletin_officiel.html?cid_bo=94632

    http://www.education.gouv.fr/pid285/bulletin_officiel.html?cid_bo=94714

    SEGPA, La Réforme du Collège 2016 en Clair : http://www.reformeducollege.fr/cours-et-options/segpa

    http://eduscol.education.fr/cid46765/sections-d-enseignement-general-et-professionnel-adapte.html

     

    Volumes horaires des enseignements applicables aux élèves
    des sections d'enseignement général et professionnel adapté :

     

    * S'y ajoutent au moins 10 heures annuelles de vie de classe par niveau.

    ** Ces 3 heures hebdomadaires sont consacrées aux enseignements complémentaires (accompagnement personnalisé).

    *** Ces 4 heures hebdomadaires sont consacrées aux enseignements complémentaires (accompagnement personnalisé et enseignements pratiques interdisciplinaires).

    **** Ces 4 heures hebdomadaires sont consacrées à l'enseignement de complément (découverte professionnelle).

     

    Sont clairement indiqués : Vie de classe (10 h annuelles dès la 6e), Enseignement complémentaire : Accompagnement Personnalisé (en 6e et 5e) et Enseignements Pratiques Interdisciplinaires (uniquement en 5e), Enseignement de complément (4 h incluses dans l'horaire, inchangé, de Découverte professionnelle en 4e et 3e).

     

    Guide Après la 3e SEGPA, rentrée 2017

     

    Après la 3e SEGPA rentrée 2017

     

    Vous y découvrirez :

    • Que faire après la 3e ;

    • Toutes les aides pour réussir ;

    • 5 étapes pour construire son projet ;

    • Paroles d’élèves ;

    • Les CAP et CAPA
      recommandés aux élèves de Segpa

    • Les contacts utiles.

     

    Le guide "Après la 3e SEGPA" est diffusé gratuitement,
    au mois de novembre, à chaque élève de troisième SEGPA
    de l'académie d’Amiens.

     

     


  • La procédure Admission Post-Bac concerne les élèves de terminale, mais aussi les étudiants de moins de 26 ans, qui après une 1re année d'études supérieures souhaitent se réorienter.

     

    L'inscription aura lieu du 20 janvier et le 20 mars 2017. Les candidats déjà bacheliers peuvent saisir leur numéro INE et récupérer l'ensemble des données saisies lors de la session précédente (à condition d'avoir toujours accès à l'adresse mél indiquée dans leur dossier APB 2016). Dans le cas contraire, les candidats ne rentrent pas de numéro INE en cliquant sur "pas de n° INE".

     

    À noter : le n°INE (Identifiant national élève) apparaît sur le relevé de notes du baccalauréat. Il est appelé également N°BEA (numéro de base élèves académique).

     

    Pour en savoir plus sur le calendrier de la procédure, consultez le site Admission post-bac, www.admission-postbac.fr, rubrique "Guide du candidat".

     


  •  

    Sur le site du CIO de Saint-Quentin (rubrique "Après le bac")
    Quand et Comment s'inscrire sur le site admission post-bac et faire ses vœux :

    http://ciosaintquentin.id.st/apres-le-bac-p362565

     

     

     


  • Du jeudi 12 janvier 2017 au samedi 14 janvier 2017 à Lille Grand Palais

    Pour en savoir plus : http://www.lavoixletudiant.com/salons/salon-du-lyceen-et-de-letudiant-de-lille/

    Salon de l’Etudiant et du Lycéen de Lille, les 12, 13, 14 janvier 2017


  • Visuel article Forum 2017

    Télécharger l'affiche en haute définition : Affiche_Forum du lycéen à l'étudiant_Edition 2017

    L'édition 2017 du Forum du lycéen à l'étudiant se déroulera du 26 au 28 janvier 2017. Cette manifestation vous offrira l'occasion de rencontrer des représentants de toutes les formations de l'enseignement supérieur, des professionnel.le.s parlant de leur métier, des conseillers.ères d'orientation-psychologues, des spécialistes des études à l'étranger et de la vie étudiante au quotidien.

    Jeudi 26 janvier
    Vendredi 27 janvier
    Samedi 28 janvier 2017

    de 9h30 à 17h à Mégacité à Amiens

     

    Site du Forum du lycéen à l'étudiant http://www.ac-amiens.fr/forumdulyceen/web/

     

    Rappel : le forum du lycéen à l'étudiant, les 26, 27 et 28 janvier à Amiens

     






    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires